Partie 5 – L’abandon des systèmes de pouvoirs

Les guerres et le contrôle total de l’être humain.

Nos chers ennemis, Dossier 2 : Les procédés qu’ils utilisent ?

Partie 3 Les procédés 5 et 6 Les guerres et le contrôle total de l’être humain.

« Si nous comprenons les mécanismes et les motivations de la pensée de groupe, ne pouvons-nous pas contrôler et enrégimenter les masses selon notre volonté, sans qu’elles ne s’en doutent? La pratique récente de la propagande a prouvé que c’était possible, du moins jusqu’à un certain point ». 

Edward Bernays, Propaganda, 1928.

La direction des conflits militaires et des guerres, y compris des guerres mondiales. 

C’est le cinquième procédé pour maximiser les profits des plus riches et pour soumettre les peuples à l’oligarchie financière anglo-saxonne.

Dans le dossier 3 nous présenterons les évènements historiques de ces conflits militaires. Ici, nous abordons seulement ce procédé pour le situer parmi les autres procédés et montrer sa particularité.

Une Société Socialiste

L’oligarchie financière de Wall Street voulait que les politiciens édifient une Société Socialiste car le socialisme nivelle par le bas, appauvrit et permet de mieux contrôler les peuples

Les mêmes hommes et les mêmes firmes internationales financèrent la Révolution Russe, le « New Deal » de Roosevelt et le National-Socialisme, les 3 “socialismes”.

A chaque fois, ces manœuvres politiques renforcèrent la dépendance des états et des peuples à l’égard de l’oligarchie financière qui y trouva des profits colossaux à travers deux guerres mondiales.

Aujourd’hui, la guerre froide disparue, le capitalisme reprend sa sauvagerie originelle et ce sont les états qui doivent eux-mêmes coopérer avec les financiers pour réduire les déficits publics justement creusés selon les vieilles méthodes séculaires. 

Nous sommes alors au point de départ de la manœuvre la plus ancienne qui a permis à ces financiers des enrichissements aussi énormes que monstrueux : la gestion des conflits militaires et la mise en place des guerres. Nous avons développé cette gestion des guerres dans le dossier 3.  

Dans cette partie nous ne retenons que la logique de l’oligarchie financière anglo-saxonne pour maximiser ses profits et creuser les inégalités politiques, économiques, sociales et culturelles à travers le monde.

En 2011, le risque de guerre prend forme entre les pays dont l’économie est excédentaire (Chine et Allemagne) d’une part et les pays fortement endettés (Europe du Sud, Amérique centrale et du sud, Japon, Asie…). 

En 2022, la guerre ouverte est à nouveau présente en Europe avec l’invasion russe en Ukraine.

Imposer la logique financière pour exiger que les actifs des pays endettés soient privatisés et rachetés par la Chine ou l’ Allemagne représente plus qu’une simple déclaration de guerre militaire, c’est aussi la chute immédiate du système économique capitaliste. Mais en réalité, les peuples ont été soumis, conditionnés par le conformisme imposé par l’oligarchie financière et leurs alliés au gouvernement des pays occidentaux.

Nous y viendrons, les peuples peuvent dans un référendum dire non à cette oligarchie financière anglo-saxonne, comme ce fut le cas notamment en France et en Grèce mais rapidement ils doivent se soumettre au diktat de la haute finance mondiale sous peine de voir leurs économies nationales ne plus être financées et donc condamnées à la ruine et à la misère.

Toute la question réside dans la poursuite ou la chute de ce conformisme, dans la montée des révoltes citoyennes et la volonté de quitter nos systèmes de pouvoir pour l’alternative des organisations en réseaux. 

Notre lecteur sur fileane.com l’a compris : tout repose actuellement sur la poursuite de l’ignorance des citoyens dans le domaine économique et la gestion des organisations. Au centre de cette ignorance imposée, la question de la création de la monnaie et le fonctionnement d’une Monnaie Pleine sans dettes et sans l’intervention des banques centrales privées de l’oligarchie financière anglo-saxonne est fondamentale et ces dirigeants le savent fort bien.

Nous avons montré dans le Diagnostic externe pour la remise en place d’une Monnaie Pleine, comment vers 1850, les banquiers anglo-saxons ont choisi d’écarter et d’éliminer le mouvement chrétien français autour de Pierre LEROUX, le premier fondateur du socialisme qui demandait notamment que les ouvriers, après quelques années d’ancienneté, deviennent associés dans leurs entreprises. Cette solution de la coopérative ou de la mutualisation des moyens de production fut rejetée par Adolphe Thiers après la loi de 1864 sur les sociétés commerciales par actions. La droite catholique française et la bourgeoisie, à travers cette trahison du christianisme originel, celui qui élimine l’esclavage et prône l’amour entre les êtres humains, ont poursuivi les politiques hostiles à la propriété commune issues de la Loi Le Chapelier de 1790.

L’oligarchie financière de Wall Street a sélectionné le socialisme scientifique allemand fondé sur le seul rationalisme et qui rejette notre première source de savoir initiatique et spirituelle. En choisissant les écrits de Karl Marx, elle a crée et financé le mouvement communiste dont le fonctionnement réside sur l’exclusivité de la propriété collective, celle du parti communiste. Les partis communistes dans leur chimère pour éliminer la propriété privée, font bien partie de la Société Socialiste définie par l’oligarchie financière anglo-saxonne mais ce sont des moyens politiques conçus pour permettre les pires tyrannies criminelles et les plus horribles crimes contre l’humanité. Les nazis et les soviétiques accomplirent ces crimes selon la volonté de leurs maîtres, les puritains anglo-saxons. Quant aux USA, le New Deal n’a pas permis de retrouver la croissance durable après la crise de 1929. Ce n’est qu’avec le développement de l’effort de guerre et les programmes d’armements que l’industrie américaine sortit enfin de la dépression de 1929.

Actuellement, ces maîtres de leur monde inhumain et criminel n’ont plus besoin d’une Société Socialiste puisqu’ils ont réussi à imposer leur Gouvernement mondial et que nous sommes devant un choix crucial de civilisation, thème principal de fileane.com.

L’ennui insupportable pour les citoyens français, c’est que les militants des partis socialiste et communiste, n’ont toujours rien compris à ce projet de la Société Socialiste mis en place à New York.

Ils sont obnubilés par leur contestation stérile du système capitaliste et leur désir simpliste de voir l’Internationale communiste triompher. Ils se déchirent en principe pour des questions électorales dans le système politique de la démocratie représentative en rêvant de conquérir le pouvoir dans ce système politique aux mains de l’oligarchie financière anglo-saxonne. Ce qu’ils refusent d’admettre mais qui pourtant leur permettrait d’apprendre à quitter ces systèmes de pouvoir et d’apprendre comment vivre en société sans eux avec l’alternative des organisations en réseaux fondés sur la démocratie directe locale participative et ses Confédérations. En clair, ils refusent de s’intéresser à fileane.com et aux autres mouvements alternatifs, ils refusent la solution de la Monnaie Pleine comme ce fut le cas dès 2017 pour Mélenchon et son équipe lors de l’élection présidentielle, etc., etc. tant il y a à dire et redire sur ce sujet plus que navrant pour nous électeurs français.

Le rôle des Bilderberg 

Nous présentons ici un article paru sur les réseaux sociaux, il suffit d’un copier/coller pour le conserver, ce que nous avons fait et ainsi il reste accessible sur Internet. De nombreux livres ont été publiés sur les réunions Bilderberg, nous en avons lu quelques uns et à partir de nos connaissances sur le sujet, nous avons sélectionné ici cet article.

document : 

Cette interview d’un ancien banquer Suisse, réalisée à Moscou le 30 Mai dernier (2011) et traduite pour LaPresseGalactique.com, risque d’en surprendre plus d’un. Je ne peux pour ma part affirmer que tout ce que dit cet homme est juste, mais pour avoir fait des recherches sur les Bilderberg par le passé, j’ai la certitude pour nombre des informations contenues dans cette interview, qu’elles sont vraies. Je laisse donc tout cela à votre discernement. Je pense moi aussi, comme il est dit dans cette interview, que la vérité mise au grand jour peut largement contribuer à arrêter ces gens dans leur folie. 

Les Bilderberg, pour ceux qui ne connaîtraient donc pas, il s’agit d’un groupe qui s’est formé en 1952 et réuni pour la première fois en 1954 à l’hôtel Bilderberg (d’où son nom), à Oosterrbeek aux Pays-Bas. Il est composé des gens les plus riches de la planète qui se retrouvent chaque année à grands renforts d’argent et de protection policière, et convient les personnages les plus utiles à leurs plans, venant du monde de la politique, des banques, de l’industrie et des médias, à la condition que rien ne sorte jamais de leurs réunions.

Un ego flatté étant souvent prêt à toutes les bassesses, on ne sait officiellement rien du contenu de ces sauteries si ce n’est que l’ordre mondial en est l’étendard. Qu’on s’interroge au moins sur ce que peuvent avoir de démocratiques de telles messes qui décident dans le secret des nantis des orientations du monde. 

Révélations stupéfiantes d’un banquier suisse « initié » – Interview réalisée à Moscou le 30 mai 2011. 

Q : Pouvez-vous nous dire quelque chose à propos de votre implication dans le business des banques suisses ? 

A : J’ai travaillé pour les banques suisses durant plusieurs années. J’étais l’un des top directeurs de l’une des plus grandes banques suisses. Durant mon travail j’étais impliqué dans les paiements, les paiements directs en cash à une personne qui a tué le président d’un pays étranger. J’étais présent lors de la rencontre durant laquelle il a été décidé de fournir l’argent cash à l’assassin. Cela m’a donné des maux de tête terribles et a troublé ma conscience. Ce n’était pas le seul cas qui était vraiment mauvais mais c’était le pire. C’était une instruction de paiement sur ordre d’un service secret étranger écrite à la main et donnant l’ordre de payer un certain montant à la personne qui avait tué le top leader d’un pays étranger. Et ce n’était pas le seul cas. Nous avons reçu plusieurs de ces lettres écrites à la main venant de services secrets étrangers donnant l’ordre de payer cash à partir de comptes secrets pour alimenter des révolutions et les assassinats de personnes. Je peux confirmer que ce que John Perkins a écrit dans son livre « Confessions of an Economic Hit Man ». Il y a réellement un système qui existe là et les banques suisses sont impliquées dans de tels cas. 

Q : Le livre de Perkins est aussi traduit et existe en Russe. Pouvez-vous nous dire de quelle banque il s’agit et qui en était responsable ? 

A : C’était l’une des trois plus grandes banques suisses à cette époque et il s’agissait du président d’un pays du Tiers-Monde. Mais je ne veux pas révéler trop de détails parce qu’ils me trouveront très facilement si je dis le nom du président et de la banque. Je risquerais ma vie. 

Q : Vous ne pouvez nommer aucune personne dans la banque non plus ? 

A : Non je ne le peux pas, mais je peux vous assurer que cela est arrivé. Nous étions plusieurs personnes dans la salle de conférences. La personne en charge du paiement physique du cash est venu vers nous et nous a demandés s’il était en droit de payer un montant si élevé en cash à cette personne, et l’un des directeurs a expliqué le cas et tous les autres ont dit OK, vous pouvez le faire. 

Q : Est-ce-que cela est souvent arrivé ? Est-ce-qu’il s’agissait d’une sorte de «Slash fund» (fond cassé) ? 

A : Oui. Il s’agissait d’un fonds spécial arrangé dans un endroit spécial dans la banque, d’où toutes les lettres codées arrivaient de l’étranger. Les lettres les plus importantes étaient écrites à la main. Nous devions les déchiffrer et elles contenaient l’ordre de payer un certain montant de cash depuis des comptes pour l’assassinat de personnes, de fonds pour les révolutions, les grèves, les fonds pour toutes sortes de partis. Je sais que certaines personnes qui sont les Bilderberg étaient impliquées dans de tels ordres. Je veux dire qu’ils donnaient des ordres pour tuer. 

Q : Pouvez-vous nous dire en quelle année ou décade cela s’est produit ? 

A : Je préfère ne pas vous dire l’année précise mais c’était dans les années 80. 

Q : Aviez-vous des problèmes dans ce travail ? 

A : Oui, un très gros problème. Je ne pouvais pas dormir durant plusieurs jours et après un moment j’ai quitté la banque. Si je vous donne trop de détails ils me traceront. Plusieurs services secrets de l’étranger, pour la plupart parlant anglais, ont donné des ordres de fournir des fonds pour des actes illégaux, même l’assassinat de gens à travers les banques suisses. Nous devions payer sur les instructions de pouvoirs étrangers pour l’assassinat de personnes qui n’avaient pas suivi les ordres des Bilderberg ou du FMI ou de la Banque Mondiale par exemple. 

Q : Ce sont des révélations stupéfiantes que vous êtes en train de faire. Pourquoi ressentez-vous l’urgence de dire cela maintenant ? 

A : Parce que les Bilderberg vont se rencontrer en Suisse. Parce que la situation du monde empire de plus en plus. Et parce que les plus grandes banques en Suisse sont impliquées dans des activités sans la moindre éthique. La plupart de ces opérations sont en dehors des bilans comptables (balance sheets). C’est au multiple de ce qui est déclaré officiellement. Il n’y a pas de vérification et tout arrive sans taxes. Les figures impliquées ont un tas de zéros. Il s’agit de montants énormes. 

Q : Alors il s’agit de billions ? 

A : Il s’agit de beaucoup plus, il s’agit de trillions, complètement non vérifiés, illégaux et au-delà du système de taxe. Grossièrement on vole tout le monde. Je veux dire que la plupart des personnes normales payent des taxes et se soumettent aux lois. Ce qui se produit ici est complètement à l’opposé de nos valeurs suisses, telles que la neutralité, l’honnêteté et la bonne foi. Durant les rencontres où j’étais impliqué, les discussions allaient complètement à l’encontre de nos principes démocratiques. 

Vous voyez, la plupart des directeurs des banques suisses ne sont plus des locaux, ils sont étrangers, la plupart Anglo-saxons, soit Américains ou Anglais, ils n’ont aucun respect pour notre neutralité, ils ne respectent pas nos valeurs, ils sont opposés à notre démocratie directe, ils se servent seulement des banques suisses pour leurs opérations illégales. Ils utilisent d’énormes montants d’argent créés à partir de rien et détruisent notre société et les peuples du monde uniquement par avidité. Ils cherchent le pouvoir et détruisent des pays entiers tels que la Grèce, l’Espagne, le Portugal ou l’Irlande, et la Suisse sera l’un des derniers en ligne. Et ils utilisent la Chine comme travailleurs esclaves. Et une personne telle que Josef Ackermann, qui est un citoyen suisse et le « top man » d’une banque allemande, utilise son pouvoir par avidité et ne respecte pas les gens comme vous et moi. Il a quelques problèmes juridiques en Allemagne et maintenant aussi aux USA. Il est un Bilderberg et s’en fiche de la Suisse ou d’un autre pays. 

Q : Est-ce-que vous êtes en train de dire, que quelques unes des personnes que vous mentionnez seront présentes pour le meeting des Bilderberg à Saint-Moritz en Juin ? 

A : Oui. 

Q : Donc ils occupent effectivement une position de pouvoir ? 

A : Oui. Ils possèdent d’énormes quantités d’argent à leur disposition et l’utilisent pour détruire des pays entiers. Ils détruisent notre industrie et la construisent en Chine. D’un autre côté, ils ouvrent les portes en Europe pour tous les produits chinois. La population européenne gagne de moins de moins sa vie. Le but réel est de détruire l’Europe. 

Q : Pensez-vous que la rencontre des Bilderberg à Saint-Moritz a une valeur symbolique ? Parce qu’en 2009 ils étaient en Grèce, en 2010 en Espagne et regardez ce qui leur est arrivé. Est-ce que cela signifie que la Suisse doit s’attendre à quelque chose de mauvais ? 

A : Oui. La Suisse est l’un des pays le plus important pour eux, parce qu’il y a tant de capitaux ici. Ils se rencontrent là parce que, à part d’autres choses, ils veulent détruire toutes les valeurs défendues par la Suisse. Vous voyez, c’est un obstacle pour eux, la Suisse ne faisant pas partie de la communauté européenne ou de l’Euro, n’est pas totalement contrôlée par Bruxelles et ainsi de suite. Concernant les valeurs, je ne parle pas de grosses banques suisses, parce qu’elles ne sont plus suisses, la plupart d’entre elles sont dirigées par les Américains. Je parle du vrai esprit Suisse que les gens chérissent et maintiennent haut. C’est certain que cela a une valeur symbolique, comme vous le disiez, concernant la Grèce et l’Espagne. Leur but est de constituer une sorte d’élite exclusive qui a tout le pouvoir et d’appauvrir tout le reste des gens. 

Q : Pensez-vous que le but des Bilderberg soit de créer une sorte de dictature mondiale, contrôlée par les institutions mondiales (global corporations), dans lesquelles il n’existera plus du tout d’États souverains ? 

A : Oui et la Suisse est le seul endroit qui reste avec une démocratie directe et se trouve en travers de leur route. Ils utilisent le chantage du « too big to fail » (trop grand pour tomber), comme dans le cas de l’UBS (Union de Banques Suisses) pour placer notre pays dans un état de grande dette, de la même manière qu’ils l’ont fait pour d’autres pays. A la fin peut-être qu’ils veulent faire à la Suisse ce qu’ils ont fait à l’Islande, avec toutes les banques et le pays en banqueroute. 

Q : Et ainsi l’étendre à la communauté européenne ? 

A : Bien sûr. La communauté européenne est sous le joug des Bilderberg. 

Q : Que pensez-vous qui pourrait stopper ce plan ? 

A : Eh bien, c’est la raison pour laquelle je vous parle. C’est la vérité. La vérité est le seul moyen. Mettre la lumière sur cette situation, les exposer. Ils n’aiment pas être sous le feu des projecteurs. Nous devons créer la transparence dans l’industrie banquière et à tous les niveaux de la société. 

Q : Ce que vous êtes en train de dire c’est qu’il existe un côté correct du business des banques suisses et quelques grosses banques qui utilisent dans le mauvais sens le système financier pour leurs activités illégales. 

A : Oui. Les grandes banques entraînent leurs équipes avec des valeurs anglo-saxonnes. Ils les entraînent à devenir avides et sans pitié. Et l’avidité est en train de détruire la Suisse et tout le monde. En tant que pays nous avons une majorité de banques opérant à travers le monde, si vous regardez les petites et moyennes banques. C’est seulement les grandes banques qui opèrent au niveau mondial qui posent problème. Elles ne sont plus suisses du tout et ne se considèrent pas comme telles 

Q : Pensez-vous que ce soit une bonne chose que les gens exposent les Bilderberg et montrent ce qu’ils sont en réalité ? 

A : Je pense que le cas de Strauss-Kahn constitue une bonne chance pour nous, parce qu’il montre que ces gens sont corrompus, malades dans leur esprit, tellement malades qu’ils sont remplis de vices et ces vices sont gardés secrets sous leurs ordres. Certains d’entre eux comme Strauss-Kahn violent des femmes, d’autres sont sado-maso, ou pédophiles et beaucoup pratiquent le satanisme. Lorsque vous allez dans certaines banques, vous voyez ces symboles sataniques, comme à la Banque Rothschild à Zurich. Ces gens sont contrôlés par le chantage à cause des faiblesses qu’ils ont. Ils doivent suivre les ordres ou ils seront exposés, seront détruits ou même tués. La réputation de Strauss-Kahn n’est pas seulement tuée dans les médias, il pourrait littéralement être tué également. 

Q : Puisque Ackermann fait partie du comité dirigeant des Bildeberg, pensez-vous qu’il y est un preneur de décisions important ? 

A : Oui. Mais il y en a beaucoup d’autres, comme Lagarde, qui sera probablement prochainement à la tête du FMI, alors ils sont capables de choses terribles. S’ils ont le sentiment de perdre le contrôle, comme les manifestations en Grèce et en Italie maintenant et l’Italie sera la prochaine, alors ils peuvent faire un autre Gladio. J’étais proche du réseau Gladio. Comme vous le savez, ils ont été les instigateurs du terrorisme payé par l’argent américain afin de contrôler le système politique en Italie et d’autres pays européens. Concernant le meurtre d’Aldo Moro, le paiement s’est effectué au moyen du même système dont j’ai parlé. 

Q : Ackermann prenait-il part à ce système de paiement d’une banque suisse ? 

A : (Sourire)…. Vous êtes le journaliste. Examinez sa carrière et la rapidité avec laquelle il est parvenu au top. 

Q : Que pensez-vous qui peut être fait pour les entraver ? 

A : Eh bien, il y a beaucoup de bons livres qui sont sortis et expliquent le background et relient les points entre eux, comme celui que j’ai mentionné de Perkins. Ces gens ont réellement engagé des gens qui se font payer pour tuer. Certains d’entre eux ont eu leur argent de banques suisses. Mais pas uniquement, ils disposent d’un système bien établi dans le monde entier. Il faut exposer au public ces gens qui sont prêts à tout pour garder le contrôle. Et je veux dire « tout ». 

Q : Nous pourrions les stopper en les exposant ? 

A : Oui, dire la vérité. Nous sommes confrontés à des criminels réellement sans pitié, aussi de grands criminels de guerre. C’est pire que les génocides. Ils sont prêts et capables de tuer des millions de gens juste pour demeurer au pouvoir et garder le contrôle. 

Q : Pouvez-vous expliquer de votre point de vue, pourquoi les médias occidentaux sont plus ou moins silencieux concernant Bilderberg ? 

A : Parce qu’il y a un accord entre eux et les propriétaires des mass medias. Vous ne parlez pas de ça. Ils les ont achetés. Certains des personnages clés des médias sont également invités aux meetings mais on leur demande de ne pas faire de rapport sur ce qu’ils ont vu et entendu. 

Q : Dans la structure Bilderberg, existe-t-il un cercle interne qui connaît les plans et puis, il y a une majorité qui suit seulement les ordres ? 

A : Oui. Vous avez le cercle intérieur qui pratique le satanisme et puis il y les naïfs ou les gens plus ou moins informés. Quelques personnes pensent même qu’ils font quelque chose de bien, le cercle extérieur. 

Q : Selon les documents exposés et leurs propres déclarations, les Bilderberg ont décidé en 1995 de créer la communauté européenne et l’Euro, alors ils ont pris des décisions extrêmement importantes. 

A : Oui et vous savez que le cercle des Bilderberg a été fondé par le Prince Bernard, un ancien membre des SS et du parti Nazi et qu’il a aussi travaillé pour IG Farben, qui a subsidiairement produit Zyklon B. L’autre gars était à la tête de l’Occidental Petroleum qui entretenait des relations étroites avec les communistes en Union soviétique. Ils ont travaillé des deux côtés mais vraiment, ces gens sont des fascistes qui veulent contrôler tout et tout le monde et celui qui se met en travers de leur plan est éliminé. 

Q : Le système de paiement dont vous parlez hors opérations normales est-il compartimentalisé et se fait-il en secret ? 

A : Dans ces banques suisses les employés normaux ne savent pas que cela se passe. C’est comme un département secret à l’intérieur de la banque. Comme je l’ai dit, ces opérations se font hors de la balance commerciale, sans aucune supervision. Certaines sont situées dans le même bâtiment, d’autres sont au dehors. Ils possèdent leur propre sécurité et des zones spéciales dans lesquelles seules des personnes autorisées peuvent pénétrer. 

Q : Comment gardez-vous ces transactions hors du système international Swift ? 

A : Eh bien, quelques-uns des listings de Clearstream étaient vrais au début. Ils ont juste inclus des faux noms pour faire croire aux gens que toute la liste était fausse. Vous voyez, eux aussi commettent des erreurs. La première liste était vraie et vous pouvez tracer beaucoup de choses. Vous voyez, il y a des gens autour qui découvrent des irrégularités et la vérité et la disent. Après cela, bien sûr il y a des procédures légales et ces gens sont forcés de la fermer. La meilleure façon de les arrêter est de dire la vérité, de les mettre sous le feu des projecteurs. Si nous ne les stoppons pas, nous finirons par devenir leurs esclaves. 

Q : Merci pour cette interview. 

Peter Odintsov – Moscou, le 30 mai 2011. 

Source originale. http://noviden.info/article_239.html– Traduit par Nicole pour LaPresseGalactique.com 

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source) 

Nous retrouvons ici le coeur même de l’idéologie capitaliste libérale : le dogme de la prédestination des élites à gouverner le monde et à soumettre ou à éliminer les peuples incapables ou hostiles à suivre les préceptes divins rédigés par cette secte des puritains anglo-saxons.

Du contrôle de l’image d’une entreprise ou d’un produit au contrôle total.

Ce sixième procédé est le plus récent et le plus utilisé actuellement avec le contrôle des Télécommunications et des Média, des institutions d’enseignement et de formation.

La propagande pour la société de consommation et de gaspillage. 

Ce sixième procédé est utilisé spécialement dans le fonctionnement de l’économie libérale et ce qui est devenu la société de consommation.

L’objectif est que les consommateurs soient fidèles à des marques, des produits et oublient ou ignorent comment ces produits sont réalisés et d’où ils proviennent. C’est très important pour les dirigeants de l’oligarchie financière anglo-saxonne.

Nous savons qu’ils ont détruit l’industrie en France et Europe pour faire de la Chine l’usine du monde avec des travailleurs sous-payés par rapport aux pays occidentaux. Ces produits, ces marques il y a quelques années encore étaient produites dans les pays industrialisés, ils sont toujours dans les gondoles des grandes surfaces de la Distribution avec des prix « attractifs » pour les consommateurs.

Peu importe qu’ils sont maintenant produits par un nouvel esclavage « moderne » dans les pays où le pouvoir est autocratique, despotique et où les capitaux sont la propriété des banquiers anglo-saxons. L’essentiel réside dans l’image du produit, c’est à dire dans le désir qu’il satisfait chez les consommateurs.

La mise en place de la Propagande.

« Si nous comprenons les mécanismes et les motivations de la pensée de groupe, ne pouvons-nous pas contrôler et enrégimenter les masses selon notre volonté, sans qu’elles ne s’en doutent? La pratique récente de la propagande a prouvé que c’était possible, du moins jusqu’à un certain point ». Edward Bernays, Propaganda, 1928.

Aujourd’hui, on connaît mieux Rockefeller pour l’infinie bonté de sa philanthropie munificente que pour ses pratiques illégales en affaires, sa brutalité dans les relations de travail, son rôle sinistre dans la montée de l’ Allemagne Nazie. C’est un retentissant succès de relations publiques ! 

Edward Bernays force une rupture importante dans la façon de mettre un produit en marché en faisant réaliser à l’industrie qu’il est plus efficace de s’adresser indirectement au désir (inconscient) du client qu’à ses besoins. Bernays raconte avec fierté comment il a réussi à faire fumer la cigarette aux femmes de la planète. 

Bernays a vécu jusqu’à l’âge de 105 ans. Il n’a jamais aimé la cigarette et n’a jamais fumé. Au courant depuis les années 30, comme ses employeurs de l’époque, des dangers du tabac, il convainquit même sa femme de cesser de fumer. Possiblement rongé par la culpabilité, il prêta ses talents à la lutte anti-tabac dès les années soixante, proposant même des campagnes si radicales qu’elles furent rejetées par les autorités. 

Partiellement conscient (un peu moins que Guy Debord, disons) des aspects néfastes du monstre qu’il avait engendré, il tenta pendant quarante ans de baliser les possibles excès de la propagande et des relations publiques, proposant des lois, des conseils, des ordres professionnels… Sans succès. 

source : http://mccomber.blogspot.com/2007/07/le-mauvais-sicle-9-edward-l-bernays.html 

Bernays peut être considéré comme l’initiateur qui poussa le marketing à ne plus se contenter de prendre en considération les besoins des consommateurs, assez vite satisfaits par la production de masse, mais à aller au devant des désirs des gens en créant de toute pièce ces désirs de manière à développer toujours plus loin la production et le commerce dans la société de consommation et aujourd’hui la société de surconsommation et de gaspillage.

Mais ce qui est le plus intéressant dans la vie de Bernays, c’est que vers 60 ans, il décida de se retirer des Affaires. Il fonda son Institut et y consacra sa fortune pour dire exactement le contraire de ce qu’il a fait et écrit auparavant. Il avait compris les ravages, désastres, injustices auxquels menait la société de sur consommation et de gaspillage.

Il avait compris que sa publicité pour faire fumer les femmes et sauver l’industrie du tabac n’était qu’un crime contre la santé humaine. Avait-il eu connaissance des crimes de ses maîtres empressés de financer le communisme puis le nazisme puis la seconde guerre mondiale dans l’espoir de conquérir ainsi les richesses de la Russie ? Connaissait-il la secte des puritains anglo-saxons et leur programme criminel pour gouverner le monde ?

Pendant plus que quarante ans, de 60 à plus de 100 ans, Bernays, en digne neveu de Sigmund Freud, comme son oncle 3 ans avant sa mort, eu le courage et l’audace de combattre ses anciens maîtres et leur folie criminelle pour contrôler le monde et imposer leurs intérêts cupides de financiers sans aucun scrupule. Nous ne devons pas oublier cette prise de conscience et cette expérience précieuse pour combattre ces “maîtres du monde”.

Pour Freud, nous avons mentionné cette lucidité pour comprendre que ses théories sur la société patriarcale sont fausses. Bronislaw Malinowski avec son étude sur les indigènes des îles Trobriand lui avait démontré toute la supériorité humaine des sociétés matriarcales. Sans nul doute Edward Bernays, après 1945 et vers 60 ans, a compris ce qui a poussé son oncle au soir de sa vie à rejeter toutes ses théories pour adopter les enseignements des peuples premiers et de la vie sexuelle des sauvages.

Souhaitons que d’autres Freud et d’autres Bernays se manifestent rapidement pour nous aider à quitter ces systèmes de pouvoir qui nous oppressent et ne répondent pas à nos raisons de vivre.

La société de surconsommation et de gaspillage

Cette volonté du système de pouvoir capitaliste et néo libéral de créer toujours plus de désirs superficiels et le plus souvent inutiles, lui permet à travers cette production toujours plus rentable de continuer à amasser des profits considérables.

Mais cette volonté qui se traduit aussi par l’imposition du travail à l’ensemble des populations, marque de domination extrêmement forte et coercitive pour pouvoir accéder à un pouvoir d’achat et payer cette satisfaction des désirs matérialistes.

Les exclus du travail n’auront que la misère et surtout pas le bénéfice des biens et d’équipements minimaux pour satisfaire leurs besoins individuels, même s’ils ne veulent assouvir aucun désir ostentatoire de richesses supplémentaires et inutiles.

En faisant rêver et saliver de désirs les populations devant la profusion de biens matériels, la domination de la pensée mène directement à la soumission au travail obligatoire, au conformisme social.

Cette conséquence serait encore minime mais il faut prendre en compte le fait que cette production effrénée épuise les ressources naturelles, énergétiques dans un gaspillage devenu insoutenable pour une part toujours plus importante de l’humanité. Le développement durable de nos sociétés passe d’abord inéluctablement par cette libéralisation de la pensée, la fin de la propagande pour laquelle Bernays a milité à la fin de sa vie. Mais de l’œuvre de Bernays, le système libéral entend conserver ses premiers travaux, ses premiers livres dont celui par qui tout à commencer : Propaganda.

La « grande bête doit être domptée »

Un extrait de la préface donnée à Propaganda

“Mais Bernays cherche également dans les sciences sociales, comme on le pressent dans le passage précédent, une justification (à prétention) scientifique de la finalité politique du travail accompli par le conseiller en relations publiques. Il la trouve dans l’adhésion d’une part importante des théoriciens des sciences sociales naissantes qu’il consulte et respecte à l’idée que la masse est incapable de juger correctement des affaires publiques et que les individus qui la composent sont inaptes à exercer le rôle de citoyen en puissance qu’une démocratie exige de chacun d’eux : bref, que le public, au fond, constitue pour la gouvernance de la société un obstacle à contourner et une menace à écarter. 

Cette thèse, à des degrés divers, est celle de Walter Lippmann, de Graham Wallas (1858-1932) ou de Gustave Le Bon (1841-1931), dont Bernays ne cessera de se réclamer, et elle rejoint un important courant antidémocratique présent dans la pensée politique américaine et selon lequel que la « grande bête doit être domptée » – pour reprendre l’expression d’ Alexander Hamilton (1755-1804).

Cette perspective était déjà celle de James Madison (1752-1836), qui assurait que « le véritable pouvoir, celui que procure la richesse de la nation », doit demeurer entre les mains des « êtres les plus capables » et que la première et principale responsabilité du gouvernement est de « maintenir la minorité fortunée à l’abri de la majorité ».

Bernays se fait l’écho de ces idées quand il écrit qu’avec « le suffrage universel et la généralisation de l’instruction » on en est arrivé au point où « la bourgeoisie se mit à craindre le petit peuple, les masses …”

L’attitude de manipulation est alors utilisée avec tous ces comportements :

• Flatteur, séducteur

• Exagération

• Culpabilisateur

• Dévalorise l’autre

Pour illustrer rien qu’un seul exemple, celui de la transition énergétique et de la lutte contre le dérèglement climatique, tous ces comportement de manipulation sont utilisés :

Flatteur, séducteur : tous les dirigeants politiques sont devenus des écologistes enthousiastes. Ils flattent les citoyens avec ce dogme du Bien commun utilisé par les dirigeants du système libéral : ils travaillent pour le bien de tout le monde. Les graves atteintes aux libertés individuelles durant la pandémie du Covid ont été défendues pour la santé collective et les avis opposés et les dissidents ont été culpabilisés et dévalorisés jusque dans l’exclusion de leur travail et de la société.

Exagération : toujours dans le même domaine, les gaz à effets de serre sont la cause de tout le dérèglement climatique, l’influence du soleil et de son cycle d’activité avec ses fortes éruptions et tempêtes solaires actuelles sont carrément mis de côté sinon niés.

Culpabilisateur : ce comportement est destiné à faire peur et à maintenir un certain niveau de peur parmi les populations. Lors de la pandémie du Covid, il a été utilisé de manière outrancière pour soumettre les citoyens aux multiples vaccinations qui finalement n’ont servi à rien puisque la protection contre les formes graves de maladie provoquées par ce virus n’a pas été prouvé scientifiquement et que ce virus n’a jamais été isolé et prouvé.

Dévaloriser l’autre : ce comportement est essentiellement utilisé contre les dissidents automatiquement affublés du titre de comploteur ou complotiste alors que ce sont les dirigeants de l’oligarchie anglo-saxonne et la secte des puritains qui appliquent leurs plans de domination des peuples à travers leur gouvernement mondial. Nous avons vu précédemment la technique financière de la permutation de l’impayé qui a mené au plus grand hold-up de l’histoire. Nous sommes ici dans l’utilisation de la même technique pour inverser la situation, mentir et nier la vérité sur leurs agissements criminels.

Le développement au niveau mondial de ce contrôle de l’image mère directement au contrôle de l’information non plus dans le seul domaine commercial mais directement dans le domaine politique, économique, social, culturel.

Le contrôle de l’information le C.F.R.(Council on Foreign Relations) (Conseil des Relations étrangères) 

Fondée en 1919, par l’éminence grise du président Wondrow Wilson, Edward Mendell House, pour un mondialisme qui, par la révolution “silencieuse” réalisera la grande synthèse entre capitalisme et socialisme.

La grande synthèse entre capitalisme et socialisme.

En clair cette grande synthèse se traduit par un seul fascisme d’obédience religieuse fondé sur le dogme puritain de la prédestination des élites à gouverner le monde.

Les étapes intermédiaires que sont ou ont été le système de pouvoir capitaliste et le système de pouvoir socialiste et communiste, n’ont plus d’utilité.

Ceci correspond à l’objectif de ces dirigeants d’éliminer les états, cette structure administrative dont la fonction est de soumettre une population à un pouvoir centralisé quel qu’il soit, monarchie, république, démocratie représentative, tyrannie et dictature, théocratie. L’oligarchie financière anglo-saxonne n’a pas pour objectif de financer et de payer des millions de fonctionnaires ou d’agents pour contrôler le fonctionnement de leur gouvernement mondial.

Puisqu’il n’y a pas d’alternative à une soumission aux élites prédestinées à gouvernement le monde !

Objet officiel: stimuler dans le public américain un esprit international pour adhérer au gouvernement mondial de l’élite et de la secte des puritains anglo-saxons.

Instigateurs et participants : Le grand nom du CFR est David Rockefeller, président de la Chase Manhattan Bank. Pour citer deux noms connus, nommons George Bush père et Bill Clinton comme membres de la CFR. Le président du CFR, Winston LORD, répondant à un de nos confrères américains qui lui demandait si vraiment c’était la Trilatérale qui menait le monde: “Pas du tout, c’est le CFR qui dirige tout”.

Le Gouvernement invisible des États-Unis

Influence : Gouvernement invisible des États-Unis, le CFR compte environ 2700 membres, dont les groupes de travail examinent en permanence tous les problèmes d’actualité. En place depuis les années trente, il a réussi à ce qu’aucun secrétaire au Département d’État, à la Défense, au Trésor, aux postes clés de ces ministères, dans les principales ambassades, à la direction de la CIA, ne soit choisi hors de son groupe.

Depuis 1933, toute élection présidentielle a été conditionnée par le CFR. 

Les affiliés du Council on Foreign relations sont des américains qui exercent un contrôle étroit sur les états occidentaux par l’intermédiaire de sociétés annexes, ou d’organismes internationaux présidés par leurs membres, comme la Banque Mondiale. 

Il s’agit en l’espèce dans les Pays d’Europe, de cercles semi-occultes adeptes de ceux qui, simultanément, financèrent et le communisme et le nazisme, offrirent la moitié de l’Europe au communisme après 1945, financèrent dans les deux camps la lutte dialectique et la survie du communisme du moment qu’il feignait de se débarrasser du stalinisme, empêchèrent à l’Est toute “décommunisation” des États malgré la chute du Mur de Berlin. Ils veulent à présent passer à l’étape suivante, pour donner le temps de placer ces régions sous la même houlette qui soumet “l’Amérique” aux initiés qui, à travers le CFR, ont progressivement retiré à ses gouvernements toute autonomie de décision.  

Principes de base du CFR : 

  • Commerce et aide aux pays les moins développés, même révolutionnaires. En attendant un “Gouvernement mondial”, prendre en charge: recherche, exploitation, distribution des ressources énergétiques et matières premières; rationalisation du commerce; règlement des conflits en faisant en sorte qu’il n’y ait jamais ni vainqueurs ni vaincus, mais seulement des débiteurs;
  • Conserver le communisme, bonne idéologie athée, en réduisant les débordements;
  • Créer les 10 zones de nouvelle souverainetés mondiales en noyant les patries et nations dans de “grands ensembles économiques et géopolitiques”. Le grand ensemble pan-américain (Canada-USA-Mexique), l’Europe, la zone islam/afrique, le conglomérat sud-américain, etc… On laisse délibérément durer des conflits comme en ex-Yougoslavie pour qu’à la longue, les populations se soumettent à n’importe quelle solution, c’est à dire la solution mondialiste ( voir à ce propos le document Armes silencieuses pour des guerres sans bruit).

Éroder morceau par morceau les souverainetés nationales, puisqu’elles entravent la marche du mondialisme.

En 1974, Foreign Affairs (article de Richard N. Gardner :CFR, Bilderberg, Trilatérale), la revue du CFR recommande qu’en attendant le moment d’un gouvernement mondial, l’ONU devrait utiliser tous les moyens “d’éroder morceau par morceau les souverainetés nationales, puisqu’elles entravent la marche du mondialisme”.

En 1992, dès l’élection de CLINTON (qui fait partie du CFR, soit dit en passant), Richard N. Gardner est devenu un de ses conseillers permanents à la Maison Blanche. 

source : http://www.alterinfo.net/Les-Rothschild-et-les-crises-mondiales_a32261.html

Les Illuminati et le programme Monarch : le Mind Control, le contrôle mental. 

source : http://dailynuts-news.over-blog.com/article-le-programme-monarch-et-les-illuminati-84587693.html 

résumé du document : 

A partir d’une émission sur une radio canadienne CKLN 88.1 FM, le présentateur et ses invités abordent le thème du contrôle mental (Mind Control). Les invités sont Fritz Springmeier et Cisco Wheeler, coauteurs des livres “La Formule Illuminati utilisée pour créer un esclave indétectable sous contrôle complet du comportement” (The Illuminati Formula to Create an Indetectable Total Mind Control Slave) ainsi que “Aperçus plus profonds de la Formule Illuminati” (Deeper Insights the Illuminati Formula), des ouvrages sur le conditionnement et le contrôle de l’esprit fondé sur le trauma et l’usage de situations traumatiques.

Cisco Wheeler affirme provenir d’une lignée familiale Illuminati et souligne que le contrôle du comportement fondé sur le trauma est une pratique qui a été perpétrée contre elle dès sa naissance. Fritz Springmeier s’exprime à propos des familles Illuminati et de quelles manières ces dernières ont utilisé le contrôle du comportement pour affermir leur pouvoir à travers l’histoire. 

Le ” Nouvel Ordre Mondial “

En étudiant le fonctionnement des témoins de Jéhovah et de l’église des Mormons, cet auteur découvre leurs relations étroites dans un projet plus vaste pour contrôler le monde. Le but poursuivi par les familles Illuminati consiste à construire un homme qui focalisera toute l’attention planétaire dans un contexte précis que les gens ont surnommé le ” Nouvel Ordre Mondial “. Cet homme portera le nom d’Antéchrist. C’est leur but ultime.

Si vous allez participer à la vie secrète des Illuminati, le fait d’être programmé sur le mode des personnalités multiples est une chose très basique, essentielle.

Prenons un certain nombre de rituels standards : St Weinbald, St Agnes, Grand Climax (rituel d’apogée), Walpurgis, Beltane, tous les solstices et les équinoxes, Lamas, All Hallow’s Eve, High Grand Climax, ces rituels sont vraiment horribles. Ils impliquent des sacrifices humains. Des sacrifices de bébés à l’occasion du rituel Grand Climax, par exemple. Lors de différents Sabbats, un jeune homme ou une jeune femme sont sacrifiés. C’est une chose qu’un esprit normal n’est pas capable de concevoir et de supporter. Le contrôle de l’esprit et la création de personnalités multiples interviennent lorsque vous avez un effet ” Dr. Jekyll et Mr. Hyde “. Il est crucial pour eux que ces choses se poursuivent de génération en génération

Maîtriser les pouvoirs occultes.

Les Illuminati sont le prolongement des Religions des Mystères. Ces hommes et ces femmes deviennent alors très compétents en matière de connaissances ésotériques et occultes. Ils sont très entraînés en matière d’alchimie, en sorcellerie indienne, en druidisme, en magie ” énochienne “, en Gnosticisme, en magie hermétique, en Cabale, dans le Platonisme, le Soufisme. En fait, ils finissent par connaître toutes les branches des systèmes occultes.

L’idée est d’amasser du pouvoir occulte pour vous-mêmes. Bien entendu, la dynastie mérovingienne possède beaucoup de pouvoir magique ainsi qu’un fort pouvoir politique. De la sorte, cette dynastie occupe l’un des sommets des lignées occultes parce qu’il y avait parmi eux de très puissants magiciens noirs. Les croyances religieuses ne peuvent pas être séparées du contrôle mental. Cette conception est une partie intégrante du contrôle de l’esprit.

Pour les Illuminati, le but suprême est d’équilibrer les actes bénéfiques avec les actes négatifs ; ils sont dualistes.

A leur plus haut niveau, on peut les considérer comme des Lucifériens. C’est la raison pour laquelle les plus grands philanthropes seront en même temps les satanistes hiérarchiquement les plus élevés. Si vous considérez l’affaire de près, ils ne font que se servir eux-mêmes avec leurs actions philanthropiques. Tout cela n’est pas aussi généreux que cela en a l’air. Ils tentent de faire de bonnes actions et les équilibrent avec les actes négatifs car ils croient à cette notion d’équilibre dans leur religion. C’est ce que l’on appelle du ” Luciférisme gnostique “.

Le ” contrôle mental total “, -Total Mind Control- concerne un contrôle de la personne dans sa globalité, le corps, l’âme et l’esprit. Ce contrôle mental est totalement indétectable et manipule la personne dans sa totalité.

Toutes ces techniques pouvaient être subdivisées et regroupées en 12 sciences. L’une de ces sciences est la science basée sur le trauma et la torture. Une autre se fonde sur l’usage des drogues pour contrôler une personne, une autre encore sur la capacité à utiliser des états mentaux comme l’hypnose, la dissociation, l’état de transe. Il y a aussi l’art de tromper les gens, de leurrer les victimes elles-mêmes. Il y a toute une série de techniques d’emploi de la fiction, de leurres, de fausses identités de façade pour tromper. Il existe une science qui revient à employer des éléments spirituels pour contrôler une personne. Il s’agit en réalité de l’une des principales méthodes de contrôle d’un individu si pas la plus importante.

La manipulation de la spiritualité. 

Aujourd’hui, il n’est ni populaire ni politiquement correct d’admettre au niveau scientifique que le genre humain possède une contrepartie spirituelle alors que les êtres humains ont un côté spirituel et que les Illuminati savent très bien comment contrôler spirituellement quelqu’un. Leur compréhension de ce fait m’a toujours stupéfié. Ils ont toujours laissé les gens dans l’ignorance.

Même les Chrétiens et leurs prêtres ont maintenu les gens dans cette même ignorance sur la façon de se développer spirituellement et ils ont préféré leur donner à consommer les miettes du gâteau en cette matière.

Il faut remonter en grande partie aux Temples du Sommeil des Égyptiens. Nous devons remonter à la prêtrise égyptienne et aux religions des Mystères. Ils avaient déjà appris à cette époque comment utiliser des chocs électriques. Ils utilisaient des anguilles électriques et des poissons torpilles et d’autres choses du genre pour électrocuter les gens. Ils avaient déjà commencé à comprendre comment utiliser des drogues et des plantes pour créer des états altérés de conscience pour contrôler les gens.

Ce sont des connaissances secrètes qui sont jalousement gardées par les familles Illuminati et leur prêtrise de la religion des Mystères. Depuis des siècles, la “manipulation crâniale” est demeurée une technique secrète au sein des lignées sanguines occultes. Ces techniques peuvent être utilisées de façon bénéfique pour guérir. Elles peuvent être employées pour changer l’apparence d’un visage ou encore dans des buts maléfiques, pour torturer quelqu’un ou contrôler son esprit. En manipulant le crâne, vous pouvez en fait changer la façon dont une personne pense de manière à rendre sa personnalité plus apte à se dissocier, plus obéissante également ou encore pour développer le processus de pensée de quelqu’un de différentes façons. 

fin du document

Les Illuminati sur le plan historique correspondent à un mouvement plus ou moins ésotérique et secret développé en Bavière. En réalité, ce mouvement sert à cacher les détenteurs réels du pouvoir secret rassemblés dans la secte des puritains anglo-saxons. Tout comme, nous l’avons vu, dans le développement industriel du 19ème et 20ème siècle, la famille Rockefeller occupe le devant de la scène alors que son capital est très largement la propriété de la famille Rothschild., elle même alliée à la secte des puritains anglo-saxons lorsque ces derniers l’acceptèrent dans l'”Establishment new-yorkais” fondé en 1620 par le pacte passé sur le Mayflower.

John Kennedy avait découvert ce pacte secret en comprenant ce qu’avait fait son père et comment il s’était enrichi énormément durant la crise de 1929 et après, lors de la razzia. Le couple Clinton chercha à découvrir quel groupe dirigeait réellement les USA et le monde, il semble qu’il ne l’ ai pas trouvé. Et que dires des présidents suivants. La famille Bush descend des puritains du Mayflower et nous l’avons vue, elle a grandement travaillé à la prise du pouvoir par Wall Street après 2008 et lors du plus grand hold-up de l’histoire…

“La soumission librement consentie”

livre paru au PUF en 2010: Comment amener les gens à faire librement ce qu’ils doivent faire ? par Robert-Vincent JOULE  Professeur des Universités, Directeur du Laboratoire de Psychologie Sociale de l’Université de Provence. 

Robert-Vincent JOULE définit ” Comment s’y prendre pour modifier les mentalités et les comportements des gens ? “

Extraits : “

(…) Ces travaux montrent que l’on peut efficacement influencer autrui, dans ses actes et ses convictions sans avoir à recourir à la séduction, à l’autorité, ni même à la persuasion.. On connaît les limites de la séduction : le charme rompu, on peut s’attendre au pire et, du reste, ne séduit pas qui veut….L’autorité est incontestablement efficace pour peser sur les comportements, tant il est vrai qu’il suffit le plus souvent d’ordonner pour être obéi (…) Mais pas suffisante puisque : ” (…) il suffit le plus souvent de tourner le dos pour voir, enfants, employés, patients, citoyens, retrouver leurs mauvaises habitudes. La persuasion peut s’avérer très efficace pour modifier les idées que quelqu’un peut avoir sur telle ou telle question. Malheureusement, contrairement à l’autorité, elle l’est moins pour obtenir des changements de comportement

(…) Reste un moyen : le recours aux procédures de soumission librement consentie. Ces procédures, pragmatisme oblige, sont bien connues dans les pays anglo-saxons. C’est moins le cas en France et pourtant … Leur intérêt est de conduire à la responsabilisation des acteurs qui en arrivent à modifier librement leur comportement et à intérioriser les traits ou les valeurs qui vont en assurer la pérennité

(…) ” 

“La soumission librement consentie” ? Présentation par Wikipedia: ” (…) concept de psychologie sociale (Compliance without pressure) introduit par Freedman et Fraser en 1966 pour décrire la conséquence d’un procédé de persuasion qui conduit à donner l’impression aux individus concernés qu’ils sont les auteurs de certaines décisions (…) Ce procédé s’apparente à une manipulation, d’autant plus qu’elle fait usage de pression pour arriver à ses fins (…) “

Cette technique est utilisée dans la vente agressive pour faire acheter à un consommateur qui n’en a pas besoin un bien ou service quelconque. Elle fait aussi partie de la panoplie des moyens pour développer le conformisme et la soumission insensible aux intérêts des dirigeants des systèmes de pouvoir. 

Le contrôle des technologies et du développement social qui menacent l’ordre établi et le pouvoir des maîtres du monde.

Le World Wildlife Fund (WWF)

Document :

De ces considérations naquit en 1961 le World Wildlife Fund (WWF) qui devait opérer parallèlement à son organisation soeur, l’UICN. Le président sera l’un des initiateurs, le prince Bernhard de Hollande. Nous avons déjà vu qu’outre le groupe de Bilderberg, celui-ci présidait aussi la Fondation culturelle européenne, à laquelle il avait donné naissance. Bernhard de Hollande a joué un rôle crucial au sein de l’oligarchie européenne pour opérer un changement de phase : l’ennemi n’est plus tant le communisme international ou l’empire soviétique, mais bien « le progrès technique, industriel et économique, de même que le développement social et politique [qui] menacent la nature dans toutes les régions du monde (…) La pollution sera un danger plus grand que la possibilité d’un conflit a l’échelle mondiale. » (Discours pour l’inauguration de la branche allemande du WWF, en 1964.) 

La diffusion plus intense des idées écolo-malthusiennes

Voilà donc l’ennemi clairement identifié : le progrès technique industriel économique et social et le développement social et politique. Pour le prince Bernhard, la nature n’est qu’un prétexte et ce qu’il cherche en réalité à défendre, c’est bien la permanence d’une structure sociale oligarchique, l’ordre établi. Cette même vision se retrouve chez des naturalistes comme Robert Hainard ou Teddy Goldsmith. 

En 1977, John Hugo Loudon, Knight Commander de l’Ordre impérial britannique, directeur de la Royal Dutch Shell, gérant de la fondation Ford, principal conseiller de la Chase Manhattan Bank, etc., succède à la présidence du WWF, remplaçant ainsi le prince Bernhard devenu trop encombrant après son implication dans le scandale Lockheed. Peu après, c’est une autre tête couronnée, le prince Philip d’Angleterre, qui reprend les destinée du WWF, devenu entre temps le Worldwide Fund for Nature (voir au sujet du WWF en p.56). 

L’un des buts fondamentaux du WWF est de « fournir des informations à la presse mondiale et aux médias de masse, ce qui, vu l’influence de ses dirigeants, signifie un véritable ordre de marche pour une diffusion plus intense des idées écolo-malthusiennes. 

source : http://larecherchedubonheur.over-blog.com/article-27829864.html 

Les assassins financiers. 

Document : résumé

Les confessions d’un assassin financier – Révélations sur la manipulation des économies du monde par les États-Unis Broché– 15 septembre 2005 de John Perkins (Auteur), Louis Royer (Traduction) 

« Les assassins financiers constituent un groupe d’élite d’hommes et de femmes qui utilisent les organisations financières internationales pour créer les conditions permettant d’assujettir d’autres nations à la « corporatocratie » formée par nos plus grandes compagnies, notre gouvernement et nos banques.

Comme leurs homologues de la Mafia, les assassins financiers accordent des faveurs. Lesquelles ? Des prêt pour développer les infrastructures : centrales électriques, autoroutes, ports, aéroports ou zones industrielles. Ces prêts sont octroyés à la condition suivante : ce sont des compagnies d’ingénierie et de construction américaines qui doivent réaliser tous ces projets. On peut donc dire qu’en réalité l’argent ne quitte jamais les États-Unis, mais qu’il est simplement transféré des banques de Washington (FMI) aux compagnies d’ingénierie de New-York, Houston ou San Francisco. Bien que l’argent retourne presque immédiatement aux compagnies membres de la corporatocratie (le créancier), le pays récipiendaire doit tout rembourser, capital et intérêts.

Si l’assassin financier a bien travaillé, les prêts sont si élevés que le débiteur faillit à ses engagements au bout de quelques années. Alors, tout comme la Mafia, nous réclamons notre dû, sous l’une ou l’autre des formes suivantes : le contrôle des votes aux Nations Unies, l’installation de bases militaires ou l’accès à de précieuses ressources comme le pétrole ou le canal de Panama. Évidemment, le débiteur nous doit encore l’argent… et voilà donc un autre pays qui s’ajoute à notre empire global. » .

Les confessions d’un assassin financier, John Perkins (2005) 

Les ” assassins financiers “‘ sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots-de-vin, l’extorsion, le sexe et le meurtre. L’auteur sait de quoi il parle, c’était son ” métier “. Il a exercé pour le compte des États-Unis et il confesse aujourd’hui ses terribles manipulations. Broché 15,5 x 23 – 312 pages 

source :   http://www.amazon.fr/Les-confessions-dun-assassin-financier/dp/2896260013 

Les Confessions d’un assassin financier – Révélations sur la manipulation des économies du monde par les États-Unis est la traduction en français du livre Confessions of an Economic Hit Man écrit par John Perkins et publié en 2004. Perkins y relate sa carrière dans la firme de consultants Chas. T. Main de Boston. 

Avant d’être engagé par la firme, l’auteur affirme avoir passé une entrevue pour un travail à la National Security Agency (NSA). Perkins affirme que cette entrevue a servi de test pour devenir ce qu’il nomme un « assassin économique » (economic hit man). 

Selon Perkins, il a commencé à écrire Confessions of an Economic Hit Man dans les années 1980. 

Conclusion du dossier 2 Les procédés qu’ils utilisent.

Ce dossier documentaire montre l’évolution de ces procédés depuis la soumission des rois et empereurs aux banquiers qui leur font crédit. Ce procédé basique a conservé son principe fondamental : endetter les peuples mais les banquiers se sont rendus maîtres de la création de la monnaie avec leurs banques centrales privées dont la FED aux USA et la BCE en Europe.

Ce privilège de battre monnaie accordé aux rois et empereurs une fois volé, usurpé, ces banquiers ont pu organiser les crises financières et économiques et planifier, financer les guerres mondiales. A chaque fois, ils ont ainsi obtenus des profits mirifiques impossibles en temps de paix.

Mais sortir d’une crise financière devient très risqué pour eux :

  • l’effondrement de l’économie durant la crise a placé l’outil de production industriel en sur capacité de production. Certes l’arrêt des machines et le licenciement en masse du personnel, à très court terme est possible et acceptable pour les citoyens. Mais très vite le spectre de l’explosion sociale du système capitaliste libéral hante tous les esprits, ceux des dirigeants du système comme ceux des citoyens.
  • Le hold-up du siècle a fonctionné une fois avec les contribuables américains mais pour les autres pays et en premier pour la Grèce qui servit de cobaye afin de tester la soumission de l’Europe aux dirigeants de l’oligarchie financière anglo-saxonne, les citoyens ont compris et les électeurs se sont radicalisés, certes dans des camps encore opposés. L’explosion sociale qui met fin au capitalisme reste prégnante et terrible pour tous, sans exception.
  • L’économie Casino fonctionne pour perpétuer les profits à deux chiffres des rentiers qui ont pris le pouvoir sur les travailleurs et qui constituent la garde rapprochée de leurs maîtres du gouvernement mondial. Mais ce sont bien les excès des nouveaux riches de la Folie-Titon qui à Paris en 1789 poussèrent les gens dans les rues pour commencer la Révolution. Paris n’est plus le centre du monde, cependant cette réaction primaire se produit partout lorsque le peuple est trop proche des résidences des nouveaux riches.
  • Reste les moyens pour contrôler l’esprit des gens et leur enseigner les principes de la soumission librement consentie. Les nouveaux problèmes de société, la lutte contre le dérèglement climatique et les effets du CO2, la transition énergétique, la question de l’écologie est ainsi traitée de manière à ce que ce support intellectuel soit le vecteur de ce dogme néo libéral pour imposer l’influence sociale de la soumission librement consentie, mélange subtil entre l’ancien conformisme stérile et la persuasion risquée tant ce dogme est outrancier, mensonger et contraire aux réalités de la vie de notre planète et du bon sens humain.

Alors pourquoi ne pas remettre sur le gril les bonnes vieilles méthodes pour organiser des guerres, des guerres sanitaires trafiquées en pandémie avec un virus qui sort bien de quelque part même s’ils n’osent pas l’avouer. Et que dire des guerres conventionnelles non plus entre anciens pays colonisés mais entre anciens acteurs de la seconde guerre mondiale au risque d’arriver à une troisième guerre mondiale ?

Pour ces dirigeants et cette secte des puritains anglo-saxons, en réalité l’objectif est invariable : dominer le monde certes mais pour atteindre leurs objectifs de réduire drastiquement le nombre de peuples et d’êtres humains à soumettre. Le transhumanisme, l’homme nouveau, contrôlé par les technologies et les robots fidèles exécutants des ordres de leurs maîtres, est bien pour eux la chimère d’une nouvelle humanité soumisse à leurs préceptes divins de prédestinés à gouverner le monde, une humanité enfin résiliente puisqu’il n’y a pas selon eux d’autre alternative.

C’est bien ainsi qu’ils ont agi envers l’Allemagne pour la transformer en peuple dévoué jusqu’au sacrifice total afin qu’il s’engage dans la conquête militaire des richesses de l’Union soviétique. Mais dès 1935, l’Union soviétique avec son industrie et son agriculture, ses terres immensément fertiles, dépassait ses objectifs alors que l’Allemagne peinait à sortir de la crise de 1929 comme le reste de l’Europe.

La suite de cette histoire se lit dans le dossier 3 Nos chers ennemis et l’organisation des guerres… il n’est pas possible d’écrire «  leurs guerres » car mis à part Patton et de Gaulle qui dès 1945, ont trouvé que cette seconde guerre mondiale avait été dirigée étrangement en ne suivant absolument pas les principes militaires de la conduite d’une guerre, tous les autres participants et leurs survivants aujourd’hui encore, ont fait «  la guerre », souvent malgré eux, malgrés-nous.

Si la Troisième guerre mondiale ne pouvait rester que «  leur guerre », sans nous et ainsi disparaître entre «  eux, sans nous ». Les évènement de 2022 en Ukraine mais ailleurs aussi, ne sont pas un bon présage pour une telle fin du système capitaliste organisée par «  eux et entre eux, sans nous ». Sur fileane.com, nos propos comme ces quatre dossiers sur nos chers ennemis ont pour objectif de nous aider à sortir des systèmes de pouvoir « sans eux », entre nous et pour un autre choix de civilisation.

Poursuivre la lecture