Partie 4 – L’art de vivre

L’Art de Vivre

Nous aurions pu commencer cet Essai par montrer ce qu’est l’Art de Vivre dans une civilisation humaniste car une fois de plus, nous n’allons rien inventer de nouveau. Après nous aurions montré comment le retrouver et le développer une fois de plus dans notre humanité. 

Nous avons préféré commencer aujourd’hui par présenter notre choix de civilisation alors que les peuples n’en peuvent plus de subir la domination des systèmes de pouvoir ainsi que le conflit entre le gouvernement mondial de l’oligarchie financière anglo-saxonne et les deux empires qui subsistent en Russie et en Chine. 

Une fois notre choix établi, le plan se dessine clairement. 

Montrer comment les institutions politiques, économiques, sociales et culturelles assurent le développement de l’activité humaine dans une culture humaniste après avoir quitté les systèmes de pouvoir.

Décrire le fonctionnement des systèmes de pouvoir nous permet ensuite de ne rien oublier de la menace qui pèse sur les Réseaux de Vie. Nous devons connaître d’où nous sortons pour mieux ne plus y revenir et être capable d’aider les nations qui restent dominées par le système capitaliste néo libéral, par les théocraties plus ou moins fanatisées, par les systèmes de pouvoir militaires et policiers au service d’une minorité mafieuse et criminelle.

Pour élargir nos propos, nous rappelons l’histoire de ces conflits entre systèmes de pouvoir et organisations en réseaux de vie pour montrer que la résistance au despotisme et à la tyrannie n’a jamais cessé. A travers cette histoire, nous avons de quoi nourrir nos consciences et nos volontés pour vivre libre.

C’est alors le moment pour présenter l’Art de Vivre fondé sur notre histoire certes mais aussi sur nos méthodes, nos principes, notre culture, une fois abandonnés les systèmes de pouvoir, maintenant que nous récoltons les réussites, les succès des Institutions de Nos Réseaux de Vie.

Il restera uniquement la question du comment quitter, abandonner les systèmes de pouvoir. Sachant notre choix de civilisation, connaissant le fonctionnement des Institutions qui servent nos intérêts pour vivre mieux et les leçons laissés par nos aînés qui depuis des siècles n’ont pu que subir, se soumettre, rester sous la domination de leurs maîtres plus ou moins riches et cruels, nous saurons trouver la manière de réussir cette libération pour développer résolument une nouvelle civilisation humaniste, prospère, florissante, garante de la pratique des valeurs fondamentales de notre humanité, l’amour et la paix.

Retrouver l’Art de Vivre

A cette étape de notre cheminement, nous savons qu’il dépend de l’utilisation de nos deux sources de savoir et spécialement de notre source personnelle spirituelle et initiatique.

Utiliser notre première source initiatique de savoir

Nous commencerons par cette source interdite par les systèmes de pouvoir et les théocraties. Une fois de plus nous partirons des expériences personnelles des initiés, en particulier du poète voyant à travers son dialogue de l’âme pour l’âme. La démarche spirituelle et notre initiation à la rencontre avec les mystères de la vie nous apportent une vision de notre condition humaine apaisée par rapport à la mort de notre corps charnel. Ce sera le premier thème que nous développerons.

Les expériences de mort imminente sont de nouveau connues et elles apportent également leurs enseignements. Nous commencerons par le livre du Docteur Moody, la Vie après la Vie, que nous avons lu quelques années après notre troisième décorporation et qui a permis de comprendre que nous n’étions pas seul à avoir vécu une telle rencontre et que nous n’avions pas à la cacher en nous.

Nous poursuivrons en tirant quelques enseignements de notre proche cheminement puis nous ajouterons d’autres rites, d’autres enseignements dont le rite du Kalachakra chez les bouddhistes. 

Apprendre des cultures des peuples premiers

Puis nous irons vers la culture des peuples qui ont développé leur Art de Vivre, hier comme aujourd’hui encore. Ces témoignages sont précieux et maintenant qu’ils ont été préservés, nous puiserons un trésor de connaissances, de mythes et de rites, pour mieux forger nos propres modes de vie pour développer notre Art de Vivre.

Nous verrons notamment ce que nous apprend le livre de B. Malinowski, “la vie sexuelle des sauvages du nord ouest de la Mélanésie”. Nous irons également du côté des dessins rupestres des Andes et des autres cultures anciennes de notre humanité.

A partir de cette vision du monde et des réponses à nos raisons de vivre obtenues par notre démarche spirituelle initiatique solitaire et en groupe, nous organiserons les aspects matériels de notre vie sur Terre, la production et la répartition des richesses selon notre culture humaniste.

Imaginer, donner des exemples de notre Art de Vivre

Pour enfoncer un peu plus cette perspective dans nos esprits dépourvus de repères précis tant nos  éducations se sont faites dans l’ignorance de cette alternative à notre soumission aux systèmes de pouvoir ainsi que dans un manque de pratique du cheminement initiatique, nous présenterons des cas, des situations et surtout des expériences de vie réelles, concrètes, possibles immédiatement ou des expériences imaginées pour le moment mais que nos efforts rendront tout aussi réelles et présentes chaque jour que nous les vivront ensemble.

Un poète sait vivre et écrire au-delà de la frontière imposée par les interdits et les tabous prononcés par le pouvoir que les dirigeants des systèmes ont usurpés. Nous briserons, dépasserons ces interdits et ces tabous avec enthousiasme et gaieté. 

Ces chapitres resteront ouverts aux apports de l’actualité pour se nourrir des expériences de vie en commun qui ne cessent de se développer. 

Nous ne serons plus chez les Moso, les Nations iroquoises, les indigènes des îles Trobriands, en Amazonie ou ailleurs, nous serons chez nous, à commencer dans notre imaginaire, nos groupes de référence avant qu’ils ne deviennent nos groupes d’appartenance, nos œuvres qui élèvent notre niveau de vie et qui seront transmises à nos générations futures dans une nature retrouvée, respectée et sauvegardée du mieux possible, sans problème de partage des énergies disponibles sur Terre ou provenant du soleil, des ondes parcourant notre univers, sans conflit pour piller les richesses des autres mais avec le partage de nos solidarités obtenues par notre travail rémunéré équitablement avec notre monnaie pleine et nos droits sociaux.

Poursuivre la lecture