Partie 3 – L’histoire des conflits

Les survivants du dernier grand cataclysme et de la fin de l’Atlantide.

Les réseaux des survivants

Après le dernier grand cataclysme, les survivants s’organisèrent naturellement en réseaux pour s’entraider, préserver leur savoir, retrouver les traces des autres colonies de survivants ou des peuples avec lesquels ils étaient en relation, pour découvrir les changements géographiques entraînés par le basculement de la planète sur un nouvel axe et un nouveau centre de gravité.

Ce dernier grand cataclysme, avant le prochain qui arrivera un jour, est aussi le point de départ de l’histoire de notre humanité actuelle, contemporaine.

Ce déluge précédent a eu lieu, d’après les extraordinaires recherches de Slosman dans La Grande Hypothèse, le 27 Juillet 9792 avant Jésus Christ. L’étude comparative des calendriers et l’observation du zodiaque de Dendérah, aujourd’hui au Louvre, en fait foi. Cet évènement colossal, les Égyptiens, héritiers des Atlantes, l’ont appelé : Le Grand Cataclysme. Nous y reviendrons plus loin.

Les archéologues retrouvent des traces de ces civilisations antérieures à douze mille ans ainsi que des vestiges de citées encore plus anciennes.

Un couple de paléontologues amateurs a mis au jour un gisement de fossiles vieux de 470 millions d’années, une époque ou la France se situait au pôle Sud de notre planète. L’explication de ce positionnement par la dérive des continents est admise mais suffit-elle à démontrer ce basculement actuel dans l’hémisphère nord. Les cycles du basculement de l’axe de la Terre enregistrés et calculés par les savants de l’Antiquité dont les Égyptiens, démontrent un peu mieux que tout ceci non seulement est possible mais s’est déjà réalisé.

document :

Les Atlantes, descendants de la colonie venue se réfugier à Tiahuanaco dans les Andes, vivaient sur des montagnes de plus de 4 000 mètres d’altitude car la pression atmosphérique était compatible avec le métabolisme de leurs corps charnels et elle correspondait à la pression atmosphérique de la planète Venus avant que celle-ci change d’orbite pour venir dangereusement se rapprocher du soleil et devenir invivable pour eux.

Osiris, le survivant à la peau vert olive.

Lors du dernier basculement de l’axe de la terre et l’engloutissement de l’Atlantide dans les profondeurs de la terre, les survivants accostèrent sur les rivages du Maroc et le fait de vivre au niveau de la mer a provoqué un changement de métabolisme, notamment la couleur de leur sang est passée du bleu à la teinte vert olive. Ces survivants n’avaient pas le sang rouge.

Osiris le survivant à la peau vert olive

Cette image d’Osiris, le survivant, témoigne d’un phénomène médical qui a été vérifié aujourd’hui sur le plan scientifique.

source : Albert SLOSMAN : Le grand cataclysme, Robert Laffont, 1976 et Les survivants de l’Atlantide, Robert Laffont, 1978.

Albert Slosman Le grand cataclysme
cliquez sur l’image du livre pour le découvrir
Albert Slosman Les survivants de l'Atlantide

Survivre suite au dernier grand cataclysme

Ils mirent en place des réseaux de résistance et de survie face aux conséquences climatiques et aux bouleversements géographiques qui ont suivi le grand cataclysme et ceci sur plusieurs milliers d’années marquées par des pluies diluviennes. 

L’utilisation des réseaux était aussi naturelle chez eux car sur le continent disparu, le peuple qui avait hérité du savoir des êtres venus d’ailleurs utilisait le savoir global et était organisé en réseau : la famille est le principal réseau humain et les descendants des dieux et des demi-dieux formaient des tribus et des peuples sur le modèle familial. 

Par la suite ce modèle servira d’exemple lors de la construction de la légende de la fondation de Rome : ce sont les enfants du dieu Mars qui sont à l’origine des fondateurs de la ville et ils venaient d’une colonie des descendants des survivants du continent disparu. La légende nous dit qu’ils étaient en relation directe avec la ville de Troie.

Il en allait de même pour les cités grecques et surtout pour la civilisation égyptienne qui trouve son origine dans l’histoire du dernier grand cataclysme dont la date a été conservée à Dendérah, et dans l’histoire d’un groupe de survivants capable d’utiliser le savoir initiatique le plus élevé pour disposer de certains pouvoirs du monde supérieur.

Le contexte n’était donc pas favorable à la remise en place des systèmes de pouvoir si jamais un groupe social avait eu l’idée de dominer les autres de cette manière autocratique ou despotique.

Garder la mémoire de ce grand cataclysme est une priorité politique

La première finalité pour les survivants a consisté à garder la trace et la mémoire de ce grand cataclysme pour transmettre ce phénomène aux générations futures et les préparer un jour à faire face eux aussi à un nouveau grand cataclysme. 

C’est une question de survie de l’humanité qui passe par la mémoire de la civilisation détruite ainsi que par la mémoire des survivants et de leurs techniques, principalement les bateaux de haute mer, les mandjits, qui permirent aux survivants de résister à la furie des océans pour trouver une nouvelle terre.

Cette mission est optimisée dans le cadre de réseaux de savoirs qui travaillent sur le très long terme en initiant, génération après génération, des groupes de savants qui resteront humbles face aux mystère de la vie sur Terre et ne seront pas tentés d’utiliser des éléments de ce savoir pour bâtir des mythes et des dogmes capables de leur donner la domination d’un système de pouvoir. Seule la pratique de l’initiation spirituelle peut garantir chez un être humain qu’il n’utilisera pas ce savoir ancien pour devenir un despote cynique capable des pires crimes dans sa volonté altière de soumettre les peuples à ses volontés de richesses matérielles.

Pour les savants de l’Antiquité et notamment ceux du temple de Dendérah, l’espèce humaine doit être capable de survivre au prochain grand cataclysme et elle doit être capable de sauver sa part d’éternité qui la distingue des espèces animales.

Les technologies nouvelles et spécialement l’observation de la Terre par des satellites de plus en plus puissants pour observer les moindres détails sur les terres mais aussi depuis peu, au fond des océans, nous apportent de nouvelles découvertes. Ainsi ces images du fond de l’océan pacifique à l’ouest des côtes du Mexique, pas très loin de Tiahuanaco, des civilisations Maya, Aztèque et Inca et d’autres civilisations encore plus anciennes.

pyramides au fond de l'océan pacifique près des côtes du Mexique
pyramides au fond de l’océan pacifique près des côtes du Mexique

Cette localisation possible de l’Atlantide reste à vérifier par l’envoi d’expéditions scientifiques. La découverte a été publiée dans une video en 2016. La pyramide la plus grande à des côtés qui mesurent environ 13 à 15 kms.

D’après la légende des Andes, les premiers colonisateurs venus d’une autre planète se sont installés à Tiahuanaco,

leur premier refuge souterrain, une fois acclimatés à la vie sur notre planète.

Pour Tiahuanaco, des géologues parlent d’un soulèvement brutal de plus de 3 000 mètres de cette région du lac Titicaca autrefois au niveau de la mer. La colonie venue d’une autre planète se serait installée sur ces montagnes de plus de 4 000 mètres d’altitude autour de ce lac. Puis leurs descendants plus nombreux se sont installés sur d’autres montagnes de même altitude et cette région a été engloutie lors du dernier grand cataclysme.Ils savaient que de nouveaux cataclysmes de même ampleur sont possibles sur Terre et cette civilisation de l’Atlantide a conservé les connaissances de leurs ancêtres fondateurs pour prévoir quand aurait lieu un nouveau grand cataclysme. Ils s’y sont préparés et le moment venu, une expédition maritime a réussi à survivre.

L’activité sismique résiduelle de ce soulèvement de la région du lac Titicaca,se retrouve dans la chaîne des volcans et des montagnes située tout au long de l’océan pacifique depuis l’Alaska jusqu’au bout de l’Amérique du Sud. Ces évènements seraient antérieurs de centaines de milliers d’années au dernier Grand Cataclysme qui nous intéresse ici.

Cette ville engloutie près de Cuba devait se trouver à une altitude plus élevée. S’est-il produit ici une effondrement de 3000 mètres ou plus? Sinon cette région au niveau de la mer était-elle habitée par des descendants de Tiahuanaco mieux acclimaté à la vie sur Terre et d’autres étaient-ils restés sur les hautes montagnes de plus de 4000 mètres qui elles aussi ont été englouties dans le magma ?

Le mystère des Andes à ce jour n’est pas résolu mais commence à être compris. Une fois de plus ce qui perturbe les recherches, ce sont les indices, les vestiges d’une civilisation apportée par des êtres venus d’une autre planète pour trouver un refuge sur Terre. Une pyramide de plus de 13 kms de côté n’a pas été construite par des êtres humains, voire même des géants humains. Mais les bâtisseurs de cette pyramide qui devaient connaître la puissances des cataclysmes possibles sur la planète Terre, ont eu raison de la bâtir aussi gigantesque à nos yeux puisqu’elle se trouve encore sous l’océan.

En 2023, ces grands cataclysmes sont ignorés par les dirigeants des systèmes de pouvoir et des théocraties fanatiques. Par contre ils nous soumettent au nouveau dogme de la réduction du CO2 et à celui du dérèglement climatique comme si les climats sur notre planète avaient été toujours stables. Eux veulent des profits mirifiques stables et ils se croient prédestinés à gouverner le monde selon leurs directives divines. Ils ignorent tout des Lois divines et des Mathématiques célestes enseignées par les survivants du dernier Grand cataclysme dans le premier temple qu’ils ont reconstruit sur les bords du Nil, là où le fleuve fait un coude et borde le temple sur deux côtés, en face de Thèbes, à Dendérah.

Les véhicules volants qui surveillent ce qui se passe sur Terre

Après le dernier grand cataclysme, il y a douze mille ans, une partie des survivants qui se sont trouvés près de l’actuel pôle nord, conduits par Rama, ont marché vers l’Himalaya puis sont descendus dans les vallées de l’Inde actuelle. L’Himalaya et l’Inde ont été épargnés par les conséquences de ce dernier grand cataclysme et la vie a pu reprendre son cours plus rapidement. Les écrits conservés sont ainsi très précieux pour compléter les vestiges du savoir ancien sauvé par les survivants venus fonder la civilisation égyptienne.

Document :

L’Inde ancienne a l’une des plus longues histoires du monde et ses textes anciens majeurs, les Vedas, sont l’un des plus grands écrits anciens de la planète Terre. Il est intéressant de noter que ces textes anciens datant de milliers d’années parlent de « véhicules volants qui ont visité leur continent il y a plus de 6 000 ans ». Composés en sanskrit védique, ces textes constituent la plus ancienne couche de la littérature sanskrite et les plus anciennes écritures de l’hindouisme.

Beaucoup trouvent ces textes anciens à la fois fascinants et déroutants. Le très ancien livre Vaimanika Shastra ou La science de l’aéronautique mentionne des détails incroyables sur les véhicules contrôlés par l’esprit, grâce à une technologie aujourd’hui perdue à laquelle les anciennes cultures avaient accès.

Mais ces écrits fascinants ne mentionnent pas seulement les véhicules contrôlés par l’esprit, ils détaillent des technologies fascinantes telles que la lévitation et l’anti-gravité, des technologies futuristes qui étaient présentes sur Terre il y a plus de 6 000 ans.

De nombreux chercheurs ont considéré le livre sacré du Vaimanika Shastra comme un guide consacré à l’espace, aux voyages spatiaux et aux voyages interstellaires.

Pour comprendre ce que nous dit le Vaimanika Shastra, nous nous tournons vers un érudit sanskrit bien connu, le Dr V. Raghavam, qui a écrit plus de 120 livres et 1200 articles et a remporté le prix Sahitya Akademi pour le sanskrit en 1966.

Selon le Dr V. Raghavam, des êtres humains vivaient sur d’autres planètes et des êtres extraterrestres ont rendu visite à nos ancêtres il y a des milliers d’années. Le Dr Raghavan aurait déclaré : « Cinquante ans de recherches sur ces travaux anciens m’ont convaincu qu’il existe des êtres vivants sur d’autres planètes et qu’ils visitaient la Terre dès 4000 ans avant Jésus-Christ. »

Il explique en outre : « Il existe une foule d’informations fascinantes sur les machines volantes, voire sur les armes fantastiques de science-fiction, que l’on peut trouver dans les traductions des Vedas (écritures), des épopées hindoues et d’autres textes anciens en sanskrit. »

De nombreux autres chercheurs et auteurs sont d’accord avec le Dr Raghavan. Il existe de nombreuses preuves écrites dans le Mahabharata et le Ramayana où l’on trouve toutes sortes de technologies.

Le Dr A.V. Krishna Murty, professeur d’aéronautique à l’Indian Institute of Science de Bangalore, affirme : « Il est vrai, dit le Dr Krishna Murty, que les anciens Vedas indiens et d’autres textes font référence à l’aéronautique, aux vaisseaux spatiaux, aux machines volantes, aux anciens astronautes ».

« Une étude des textes sanskrits m’a convaincu que l’Inde ancienne connaissait le secret de la construction de machines volantes, et que ces machines étaient conçues d’après des vaisseaux spatiaux provenant d’autres planètes ».

Il semble que, où que l’on aille et où que l’on se trouve, toutes les cultures anciennes mentionnent des détails fascinants qui sont mal interprétés par les spécialistes du courant dominant.
De nombreux textes anciens font état de morceaux d’une « histoire oubliée » et d’une « histoire cachée ».

source : Astro Univers, 23 septembre 2022, Astro

Nous pouvons comprendre à partir de ces textes hindous qu’il y a bien eu des visites d’engins volants après le dernier grand cataclysme pour évaluer la situation de la Vie sur Terre mais nous pouvons également comprendre que des régions non détruites ont pu conserver des connaissances pour construire des engins volants.

Il est certain que dans les quatre millénaires qui ont suivi le dernier grand cataclysme, même ces régions de L’Inde et de l’Asie, ont perdu la possibilité de continuer à construire des engins volants. Les destructions des mines, des usines et des moyens de transport quasiment partout sur Terre, ont rendu impossible la poursuite de ces technologies. Seules les connaissances ont pu être sauvées.

Dans les temples des bords du Nil, les mathématiques célestes enseignaient les mesures du globe terrestre pour surveiller ses déformations et la date prochaine d’un nouveau grand cataclysme. Les savants formaient leurs élèves aux calculs des ellipses, à celui des trajectoires des fusées sans possibilités pour eux de construire de nouveaux engins volants. La priorité restait la survie des espèces vivantes avec l’agriculture et la conservation des vestiges du savoir ancien dans des temples et des villes capables de survivre à de nouveaux cataclysmes.

La cité des géants en Éthiopie et la présence des géants sur tous les continents

Le mystère des Andes, bien avant le dernier grand cataclysme, raconte que les explorateurs venus de Vénus sur les bords du lac Titicaca, ont voulu repeupler la Terre et ils ont fait des expériences biologiques pour créer différentes races dans l’espèce humaine.

Leur but a été d’offrir une grande possibilité de survie et d’expansion pour la race qui serait la mieux adaptée à la vie sur Terre. Ce qu’ils ne savaient pas puisqu’ils venaient d’une autre planète. Les descendants ont reçu un conseil : la race la plus adaptée devait éliminer les autres les moins adaptées.

Les habitants de Tiahuanaco ont fait partie du groupe humain le mieux adapté puisqu’ils sont les descendants directs des explorateurs venus d’une autre planète, Venus, dont les conditions de vie étaient encore à ce moment là assez proche de celles de la Terre. Dans les Andes vivaient aussi la race des géants, nettement moins bien adaptée et ces géants savaient qu’ils devaient disparaître comme les autres races mal adaptées. Il est probable que les géants ont su malgré tout s’adapter et ils ont disparu récemment, parmi les dernières races mal adaptées à la vie sur Terre.

Les survivants du dernier grand cataclysme et parmi eux les descendants de l’Atlantide, connaissaient les géants et savaient où ils résidaient. Un cas est très intéressant : celui des hauts plateaux de l’est africain en Éthiopie. Cette région a servi également de refuge pour les survivants comme l’Himalaya, le Caucase, le haut Atlas marocain et bien entendu les Andes de Tiahuanaco.

La découverte en 2017 d’une cité des géants en Éthiopie vient compléter le puzzle de l’histoire antique des civilisations de ces régions depuis l’Éthiopie, la Nubie, la vallée du Nil jusqu’au bassin méditerranéen et à l’Europe du sud. Les géants, notamment en Amérique centrale et du sud, d’après les légendes locales, ont aidé la race la mieux adaptée de l’espèce humaine pour construire des monuments imposants capables de traverser les millénaires et les catastrophes naturelles. Le but de ces monuments est reconnu aujourd’hui : témoigner du dernier grand cataclysme et préparer l’humanité et les espèces vivantes à l’arrivée du prochain grand cataclysme pour tenter également de survivre à ces destructions et ces milliers d’années de vie dans les refuges naturels des hautes montagnes en attendant que l’atmosphère redevienne respirable pour la vie sur Terre.

Au Mexique, les pyramides Maya, selon les habitants, ont été construites par des géants. Pourquoi en serait-il différemment sur les bords du Nil ? Les égyptiens descendants des atlantes n’ont pas été en Nubie uniquement pour chercher l’or qui se ramassait à la pelle sans se courber. A proximité se trouve cette cité des géants qui vient d’être redécouverte…Alors ?

document :

Skeletons Found in an Ancient City Reʋeal Historical Secrets of East Africa

Arсhаeologіѕtѕ froм the Unіʋerѕіty of Exeter аnd the Ethіoріаn Authorіty for Reѕeаrсh аnd Conѕerʋаtіon of the Culturаl Herіtаge hаʋe unсoʋered а long-forgotten мetroрolіѕ іn the Hаrlаn аreа of eаѕtern Ethіoріа, known аѕ the аnсіent ‘Cіty of Gіаntѕ’ eѕtаƄlіѕhed іn the 10th сentury BC

Well, thаt truly hаррened іn thіѕ Ethіoріаn regіon. The сonteмрorаry reѕіdentѕ tell of gіgаntіс сonѕtruсtіonѕ Ƅuіlt of gіаnt Ƅloсkѕ thаt enсіrсled the Hаrlаа ѕіte, leаdіng to wіdeѕрreаd ѕрeсulаtіon thаt іt wаѕ forмerly hoмe to а fамouѕ Cіty of Gіаntѕ.

City of Giants at Harlaa
City of Giants at Harlaa

source : Skeletons Found in an Ancient City Reʋeal Historical Secrets of East Africa

Les découvertes récentes en Sibérie et dans le Grand Nord

documents : extraits

À l’heure actuelle, uniquement à Taimyr, plus de 30 sites d’anciens peuples ont été découverts. L’âge des colonies est de 40 000 ans à 230 000 ans. Traces d’une civilisation inexplorée de métallurgistes datant de 12 mille ans dans le Grand Nord.

Arkaim: la ville antique de Russie et l’origine arctique de la civilisation.

Il y a peut-être 100 000 ans ou plus, selon l’hypothèse, un grand peuple de l’ère glaciaire qui observait les étoiles vivait dans la région arctique, à l’époque une zone tempérée, avant de migrer vers le sud en Asie intérieure à mesure que les conditions changeaient et que les grandes calottes glaciaires fondaient.

Pourtant, c’est l’Asie centrale et intérieure plus à l’est, une vaste terre de steppes, de montagnes et de déserts de sable, dont les habitants conservent les souvenirs les plus significatifs d’une époque inimaginable où les villes peuplaient les déserts et où une race aînée marchait sur la terre. Et ce sont ces régions ouralo-altaïques qui occupent désormais le devant de la scène alors que la recherche se poursuit pour les racines de l’homo sapiens et la voie vers un avenir viable.

Arkaim : une ville de l’âge du bronze dans le sud de l’Oural. En 1987, au milieu de la steppe russe, une équipe d’archéologues russes a déterré les ruines d’une ville fortifiée appelée Arkaim, provoquant une grande effervescence dans les rangs scientifiques et une vague d’enthousiasme néo-païen et nationaliste parmi les intellectuels russes.

Construit sur un principe circulaire autour d’une place centrale, avec une soixantaine de maisons semi-pirogues construites dans ses remparts, le règlement était situé dans le sud de l’Oural, près de la ville russe de Chelyabinsk. Il était défendu par deux remparts concentriques de blocs d’argile et d’adobe sur un cadre en bois, et ne pouvait être pénétré que par quatre passages complexes qui auraient rendu l’entrée des ennemis extrêmement difficile.

Les habitants et la place centrale commune étaient ainsi bien protégés par le plan défensif d’Arkaim tourné vers l’intérieur. La ville s’est avérée être étroitement alignée sur plusieurs points de référence célestes et aurait donc été un observatoire ainsi qu’une forteresse, un centre administratif et religieux.

Surnommé « le Stonehenge russe », cette colonie de l’âge du bronze avait environ 3 600 ans et était contemporaine de la civilisation créto-mycénienne, de l’Empire égyptien du Milieu et des civilisations mésopotamienne et de la vallée de l’Indus, et plus ancienne de plusieurs siècles que la légendaire Troie d’Homère, dont la disposition circulaire lui ressemblait si étroitement.

À la suite de ces fouilles passionnantes, plus de vingt autres colonies fortifiées et nécropoles ont été découvertes dans la vallée d’Arkaim, certaines en pierre, plus grandes et plus impressionnantes qu’Arkaim. Avec Arkaim peut-être sa capitale, le complexe a été appelé le pays des villes et a présenté aux scientifiques de nombreux mystères.

C’était la première preuve concrète d’une civilisation néolithique perdue dans le sud de la Russie, confirmant ce que l’on avait longtemps cru, que le sud de l’Oural et le nord du Kazakhstan, situés à la jonction de l’Asie et de l’Europe, étaient une région importante dans la formation d’un complexe aryen.

D’autres révélations de la science astronomique sophistiquée des Sumériens ont convaincu Wilson que les astronomes chaldéens comprenaient notre système solaire aussi bien qu’Isaac Newton.

En effet, Wilson en est venu à croire qu’une connaissance scientifique de l’univers existait sur Terre il y a 64 000 ans, sinon bien plus longtemps.

De toute évidence, Arkaïm était un Centre de Sagesse dans un réseau de tels Centres qui reliaient autrefois tous les peuples préhistoriques de la terre les uns aux autres sous l’égide spirituelle de la religion du Pilier et de ses élites sacerdotales.

Les restes d’innombrables cercles de pierres, menhirs et villes de Troie similaires sont dispersés dans toute l’Europe, les Amériques, l’Eurasie et les terres du Pacifique, mémoriaux de grandes migrations entrecroisées de peuples, tous fidèles au même principe axial qui relie la terre aux cieux.

fin des documents.

Ces découvertes dans le Grand Nord prouvent deux connaissances jusqu’ici transmises par d’autres civilisations :

  • ces régions ont eu un climat tempéré avec une végétation abondante avant qu’un grand cataclysme les place près du pôle nord. Les découvertes de fossiles de mammouths conservés intacts dans la glace avec dans l’estomac des végétaux non digérés, indiquent que ce changement de latitude a été très rapide et que le gel de ces régions a été immédiat.
  • la civilisation de Thulé et de ses survivants au dernier grand cataclysme il y a douze mille ans, n’est pas seulement un mythe conservé dans les temples des bords du Nil, mais cette civilisation a réussie elle aussi à survivre en restant sur place ou en migrant vers l’Asie centrale et l’Inde au delà de l’Himalaya. Cette migration conduite par Rama est connue depuis longtemps à travers les millénaires de notre humanité survivante au dernier grand cataclysme. Les prêtres de Dendérah ont confié au grec Pythagore, après avoir réussi son initiation égyptienne, qu’il devait poursuivre cette initiation dorénavant avec les savants de Thulé qui possédaient des connaissances plus élevées qu’en Égypte.

Un autre exemple du soulèvement d’un massif montagneux, les Pyrénées

Ce massif doit devenir selon les géologues un nouvel Himalaya et probablement avec des sommets encore plus élevés.

document :

Vue aérienne du massif du Lardana dans les Pyrénées, Espagne. Un lieu unique pour tous ceux qui aiment la géologie structurale, la tectonique (avec beaucoup de plis, de failles, etc. ) et un paysage merveilleux !! Lardana est une montagne importante de 3375 m d’altitude dans les Pyrénées espagnoles. C’est le résultat de deux orogenies : Au début ses rochers ont été pliés et pressés il y a environ 310 millions d’années, lorsque le microcontinent ibérique s’est écrasé sur le continent eurasien. Plus tard, quand l’Afrique a dérivé contre l’Eurasie et les Alpes se sont développées, les rochers de Lardana ont été poussés vers le haut.

Llardana 0062

Regardez cette photo aérienne sur votre bureau – il y a beaucoup de détails bien visibles en agrandissant l’image

source : Bernhard Edmaier Photography

Il reste la question essentielle : combien de temps l’élévation de ces massifs montagneux a-t-elle pris ? Combien de puissants séismes ont eu lieu pour arriver à ce résultat ?

Le 8 septembre 2023, le séisme de l’Atlas au Maroc de puissance 7,2 a entrainé un déplacement d’un mètre pour une élévation de 15 cm des montagnes.

Et ces séismes n’ont rien à voir avec l’Apocalypse, le Grand cataclysme et le basculement de la terre sur son axe pour trouver un nouveau centre de gravité. De plus ce basculement est cyclique et il est lié à la précession des équinoxes dans la course de la Terre autour du Soleil. Parfois ce Grand cataclysme cause moins de dégâts et parfois, il détruit un continent qui s’affaisse dans l’océan alors qu’un soulèvement important a lieu ailleurs, à chaque fois accompagné par une intense activité volcanique qui empêche les rayons solaires de pénétrer sur les sols et surtout qui remplit l’atmosphère de gaz toxiques qui détruisent les espèces vivantes.

Les migrations provoquées par la dernière période glaciaire avant le dernier Grand Cataclysme.

Le dernier grand cataclysme est aussi la fin de la dernière période glaciaire en Europe. Pendant cette période glaciaire, les peuples du nord de l’Europe ont migré vers l’Afrique du nord pour trouver des régions au climat plus clément.

Exemple : les Berbères blonds aux yeux bleus.

Les Berbères sont une population d’Afrique du Nord qui compte environ 35 millions de personnes. Une partie de celle-ci, maintenant pas très grande, a la peau extrêmement claire, les yeux bleus et les cheveux blonds. Cette population, étrange pour une région aux cheveux foncés, est connue depuis l’antiquité et était autrefois, proportionnellement, beaucoup plus grande.

Les Romains disent, sûrement exagérant, qu’il y a plus de blondes en Afrique (Tunisie) qu’en Allemagne.

Mais toujours au début du Moyen-Âge, la reine berbère Kahina, qui régnait sur une confédération des Berbères et des Berbères-Romains (lien vidéo dans les commentaires), est décrite comme ayant des “cheveux de couleur miel”. Rappelons aussi que les Berbères ont construit une composante fondamentale pour l’Afrique romaine : ils faisaient partie substantielle de l’armée d’Héraclius, ils avaient la citoyenneté, ils utilisaient le latin comme langue officielle, leurs dirigeants se proclamaient “rois des Romains” etc. Saint Augustin était d’origine berbère ou mi berbère.

la reine berbère Kahina,

Les preuves archéologiques nous parlent d’une population blonde extrêmement ancienne, datant d’il y a peut-être 50 000 ans. Ensuite, lors des dernières grandes migrations Celtes, une partie de ces populations sont aussi venues dans ces régions d’Afrique du nord où leurs ancêtres s’étaient établis plusieurs millénaires auparavant.

La France il y a 21 000 ans, avant le dernier grand cataclysme

Cette carte présente la situation avec les glaciers et la végétation, les lacs du Rhin, celui du Jura….

Albert Slosman dans ses livres indique que d’après les écrits des temples d’Égypte, papyrus et fresques murales, le continent de l’Atlantide qui a été englouti dans le magma se situe sur le même parallèle que le Maroc et la région d’Agadir où les survivants ont débarqué. Cette région n’était donc pas dans la zone de glaciation. Elle avait des montagnes de plus de 4 000 mètres d’altitude et elle avait été colonisée par les descendants des premiers habitants de Tiahuanaco venus d’une autre planète, certainement de Vénus, et qui au dessus de cette altitude ont trouvé des conditions de vie semblable à celle de leur planète devenue inhabitable.

Cette carte présente ainsi la France telle que ces atlantes ont du la connaître avant la destruction de leur continent.

document : FB 07/03/2024 posté par Bertrand Bordage Léneau

Un peu de préhistoire pour changer… voici à quoi ressemblait la France il y a 21 000 ans alors qu’Homo Sapiens décorait la grotte de Lascaux et que la température moyenne était seulement de 6 degrés plus basse qu’aujourd’hui : le glacier polaire recouvrait la Grande Bretagne, la Manche se traversait à pied, la Bretagne était bien plus étendue comme toute la côte atlantique !
A retrouver dans le fabuleux atlas archéologique de l’Inrap qui vient de paraitre aux Ed_Tallandier
https://x.com/Lucius_Gellius/status/1729212930267230288?s=20

Le mystère de l’Apocalypse

L’enseignement du mystère de l’Apocalypse clôturait la plus haute initiation à Dendérah. 

Le coeur du temple est bien le saint des saints, la chambre close dans laquelle les initiés se séparent de leur corps charnel pour fusionner leur esprit avec leur âme et parvenir au-delà du puits de lumière, dans l’éternité et la présence du monde supérieur. Les initiés qui revenaient de cette décorporation, recevaient les mystères de l’Apocalypse puis, à la sortie du temple, le titre de fils de Dieu, ce dieu perçu comme le créateur de l’univers.

Ils savaient que les êtres venus de Vénus n’étaient pas des dieux et il est probable que ces êtres ont appris à leurs créations humaines, la démarche spirituelle qui nous permet de trouver nos raisons de vivre et de rencontrer les mystères de la vie créés par quelqu’un qu’il est plus simple d’appeler Dieu, un dieu unique créateur de tout puisqu’il est impossible d’entrer directement en contact avec lui sans avoir franchi la frontière de la zone d’éternité.

Par contre les initiés de ces civilisations savaient comme aujourd’hui, qu’il est possible de rencontrer des présences dans le monde supérieur une fois sorti du puits de lumière.

Le savoir sacré égyptien était double pour une question de sécurité et pour préserver la mission essentielle qu’était la survie de ce savoir sur des milliers d’années jusqu’à la période du prochain grand cataclysme : il fallait être initié sur le plan spirituel pour recevoir le savoir hermétique le plus ancien dans le cercle d’or de la double maison de vie de Dendérah : les lois divines et les mathématiques célestes.

Pour les non initiés et ceux qui ne voulaient pas le devenir, les grands prêtres et les maîtres spirituels ont mis en place une religion conventionnelle qui utilisaient des noms de dieux et demi-dieux. Nous sommes ici en présence d’une utilisation optimale de la première source de savoir pour constituer un groupe de savants et de dirigeants capables d’assurer un niveau de vie matériel convenable et de garantir à leurs peuples des réponses valables pour qu’ils trouvent leurs raisons de vivre.

Mais ce choix fait par les maîtres spirituels égyptiens présentait des risques importants : le petit groupe ayant partagé la plus haute initiation au delà du puits de lumière pouvait être massacré lors d’une invasion et la pratique de cette haute initiation pouvait alors se perdre. C’est ce qui arriva lors de l’invasion des peuples de la mer, les phéniciens venus du  pays de Canaan, soit le Liban et la Palestine actuels.

L’autre risque, une fois le groupe des initiés éliminés, était de ne laisser que la trace d’une théocratie et d’un système de pouvoir religieux comme il en existait chez les autres peuples, ce qui amène une confusion et des erreurs de compréhension dans la lecture de la civilisation égyptienne. Nous verrons par la suite que des maîtres spirituels prendront en compte ces faiblesses et ces risques pour développer des mouvements spirituels plus solides et universels.

Les premiers empires et le choix des réseaux ou des systèmes de pouvoir.

Dans l’Antiquité, tous les peuples de la Terre à travers les continents n’avaient pas ce haut niveau d’organisation pour utiliser les deux sources de savoir dans le développement d’une civilisation brillante. À partir de 2000 ans avant Jésus-Christ, les premiers empires sont en réalité des ensembles de peuples parfois conquis militairement mais qui restent des organisations en réseaux tout simplement parce que les moyens de transports ne permettent pas de contrôler avec un pouvoir   centralisé de vastes territoires.

Les peuples sont reliés entre eux sous une forme confédérale, les vaincus ayant accepté le pouvoir et le savoir du vainqueur qui se prétend la plupart du temps être un descendant des dieux et donc des survivants, afin de développer le commerce et un niveau supérieur de richesse. Le contrôle politique se développe à travers des mariages ou la plupart du temps l’épouse et sa suite sont les otages ou tout au moins le gage, la garantie de la soumission du peuple et du chef politique dont elle est la fille.

Les colonies de survivants cherchent à retrouver un nouvel âge d’or comme avant le cataclysme.

L’histoire de l’Antiquité qui va du dernier grand cataclysme situé vers 10 000 ans avant Jésus-Christ jusqu’à l’empire romain, montre ces échanges et ces conflits entre les colonies de survivants qui utilisent un savoir supérieur aux autres peuples et la volonté des descendants de ces survivants de reconquérir le monde afin de l’organiser dans un nouvel âge d’or comme avant le dernier grand cataclysme. Dans ces 10 000 ans, il faut enlever 4 000 ans durant lesquels les survivants durent affronter les conséquences désastreuses de ce dernier basculement de l’axe de la Terre et les écoulements de magma sur la plupart des continents. Air toxique chargée des gaz échappées des éruptions volcaniques dont la lourdeur stagnait sur les plaines et obligeait les survivants à s’établir à 4 000 mètres d’altitude dans les Andes, l’Himalaya, le Haut-Atlas marocain et le Caucase pour ce qui concerne l’Europe.

Ce n’est que vers 6 000 ans avant J-C que les survivants redescendirent de ces refuges naturels. Ont-il trouvé les vestiges des civilisations et des peuples d’avant le grand cataclysme ? C’est à dire qui aujourd’hui datent de 12 000 ans et des périodes encore plus lointaines ? L’archéologie depuis ces dernières années commencent à retrouver ces vestiges d’avant le dernier grand cataclysme.

documents : extraits.

Bien avant les Sumériens

Jusqu’à il y a une vingtaine d’années, on pensait que la “civilisation” était apparue avec les Sumériens, il y a environ 7 000 ans. Puis, à la frontière entre la Syrie et la Turquie, Göbekli Tepe et les colonies voisines ont été découvertes. Tout a changé depuis lors.

Les vestiges les plus anciens de Göbekli Tepe remontent à au moins 12 000 ans. Mais certains monolithes découverts dans les ruines représentent des êtres humains vêtus uniquement de pagnes.

Göbekli Tepe statues
cliquez sur l’image pour découvrir le site archéologique

Mais il y a 12 000 ans, nous étions au milieu du Younger Dryas (une mini-période glaciaire). Il est donc impossible que les gens se soient promenés vêtus uniquement de pagnes. Pour pouvoir se promener habillé comme ça, il fallait que la température soit douce. Mais la dernière période “douce” avant le Younger Dryas s’est terminée vers 110 000 avant J.-C., lorsque la dernière période glaciaire a commencé. Donc, au moins certaines parties de Göbekli Tepe pourraient remonter à cette période ancienne.

À Göbekli Tepe, on a gravé des idéogrammes, c’est-à-dire des sculptures qui ne représentent ni des animaux ni des choses, mais des concepts abstraits. Ils pourraient représenter le plus ancien exemple d’écriture humaine, précédant celle des Sumériens d’au moins 5 000 ans. Les constructions de Göbekli Tepe ne sont pas faites de bois, ni de chaume, mais sont composées de calcaire. Certains piliers pèsent près de 20 tonnes. Les habitants de Göbekli Tepe ont pu construire des maisons et des villages en pierre des milliers d’années avant les Sumériens.

Sur une dalle de pierre appelée “stèle des grues”, les sages de Göbekli Tepe racontent une rencontre entre eux et des “êtres extérieurs”, venus du ciel, alors qu’une comète traversait le ciel. De plus, le récit gravé fait allusion à une période où un bombardement de comètes a provoqué une immense destruction sur la Terre. Quelle est la fiabilité de ce récit, qui remonte à au moins 12 000 ans ?

L’article se poursuit dans le livre :
HOMO RELOADED – L’histoire cachée des 75 000 dernières années

HOMO RELOADED - L'histoire cachée des 75 000 dernières années
cliquez sur l’image pour le découvrir

D’anciens tunnels de 18 km de long découverts en Iran font probablement partie d’une ville souterraine

Le Savoir Perdu des Anciens 20 octobre 2022

Bien qu’il soit quelque peu oublié, l’Iran est un havre de paix pour l’architecture troglodyte, qui est pleine de caractère et de créativité.Selon un expert du site archéologique de Belqeys, des vestiges d’anciens couloirs souterrains ont été découverts il y a quelques jours. On estime que Belqeys a au moins 6 000 ans, d’après les fouilles archéologiques effectuées sur les monticules et les collines avoisinantes.

fin du document.

La Turquie abrite également certaines des plus grandes villes souterraines du monde.

Exemple : la découverte de la ville souterraine de Derinkuyu, la mystérieuse ville souterraine longtemps cachée en Turquie

la ville souterraine de Derinkuyu en Turquie

Ces découvertes de villes souterraines datant de 6000 ans et plus attestent que ces survivants devaient se réfugier sous terre. En Iran et en Turquie comme sur les hauts plateaux de l’Afghanistan, la vie des survivants redevint possible quelques milliers d’années plus tôt que dans les plaines proches du niveau des mers et des océans. Ces hauts-plateaux et ces villes souterraines ont pu accueillir des populations plus importantes que celles des survivants réfugiés en haute montagne au delà de 4000 mètres d’altitude tout de suite après le dernier grand cataclysme et pendant environ quatre mille ans.

Alexandre le Grand

Nous trouvons comme exemple le plus proche de nous, les conquêtes d’Alexandre le Grand. Alexandre au départ est originaire d’un peuple barbare par rapport aux cités grecques voisines. Il chercha à dépasser cette culture issue de la colonie de survivants établie en Grèce pour fonder un empire allant de la Grèce, de l’Égypte à l’Inde soit la région parcourue par les survivants pour se réfugier sur les hauts-plateaux au pied de l’Himalaya avant de descendre en Mésopotamie puis sur les bords du Nil. 

A cette époque, les guerres les plus importantes ont lieu entre les peuples dirigés par les descendants des survivants et les barbares, principalement ceux des steppes d’Asie du nord, qui n’ont pas le même niveau de savoir mais qui veulent piller les richesses de leurs voisins.

Les échanges entre les anciennes colonies de survivants.

Il y a deux séries de preuves scientifiques qui montrent les échanges entre les anciennes colonies des survivants de l’Atlantide.

Le trésor de Priam découvert dans les ruines de Troie.

La première preuve se rapporte au trésor de Priam découvert dans les ruines de la ville de Troie par Schliemann : les céramiques sont exactement les mêmes que celles de Tiahuanaco dans les Andes et le bout de métal dont la composition reste inconnue, est semble-t-il un vestige des vaisseaux célestes du peuple venu d’une autre planète.

La coca découverte dans les momies égyptiennes.

La seconde preuve remonte à une découverte faite en 1992 dans un laboratoire allemand de la ville d’Ulm : en recherchant des traces d’ADN dans des momies égyptiennes de 2500 à 3000 ans avant Jésus-Christ, les chercheurs trouvèrent des traces de coca et les études montrèrent que la coca ne pouvait venir que des Andes. Les Andes et Tiahuanaco avaient donc à ce moment-là des échanges avec la Chine et l’Égypte antique. La coca et la soie venaient de Chine jusque sur les bords du Nil.

Un bref rappel chronologique :

Vers –850, fondations de deux colonies qui vont devenir des empires : Carthage fondé à partir des Phéniciens venant de l’ancien pays de Canaan ( Liban et Palestine actuels ), Rome fondé à partir du peuple Étrusque qui prétend descendre de la colonie des descendants des survivants de Troie ainsi que du peuple Latin qui prétend descendre du dieu Mars. Ces républiques vont rapidement se transformer en un système de pouvoir militaire dirigé par des chefs de guerre dont la mission consiste à vaincre les peuples voisins pour développer les richesses matérielles de la minorité au pouvoir.

Vers -600, se développe un échange culturel qui porte sur les enseignements spirituels venus d’Extrême Orient.

Vers –330, Alexandre le Grand voulut reformer un empire comprenant les anciennes colonies établies au bord de la Méditerranée et du Nil avec les peuples d’Inde et d’Asie qui n’avaient pas été détruits par le dernier grand cataclysme. Il réalise un lien entre ces deux grandes cultures puis avec la mort d’Alexandre, ce rêve se brise et chaque culture poursuit isolément son chemin. 

La question du développement de la population sur Terre

Les contacts entre les peuples deviennent plus nombreux et la plupart des maîtres spirituels sur tous les continents enseignent le cheminement de la démarche spirituelle initiatique pour éduquer les populations dans des solutions pacifiques respectueuses de la dignité humaine. 

L’Humanité se trouve à ce moment-là face à un dilemme : le savoir des survivants a été préservé dans les temples d’Égypte et principalement à Dendérah. Les possibilités de formation et de divulgation des connaissances des lois divines et des mathématiques célestes ne sont cependant pas suffisantes pour organiser les peuples dont la population se développe rapidement. 

Ensuite, les calculs pour trouver la date du prochain grand cataclysme sont loin d’être achevés alors que les premières invasions barbares sont venus affaiblir la civilisation égyptienne.

La mémoire des survivants se perd.

Pour assurer le développement de l’humanité, le souvenir des survivants se perd et pour le conserver, la tentation est grande de raconter leur histoire dans le cadre d’un système de pouvoir religieux dirigés par les savants et les initiés qui va se transformer petit à petit en système de pouvoir militaire. 

Le choix des savants égyptiens est la sauvegarde du savoir ancien et le calcul du prochain grand cataclysme. Ils partagent ce savoir avec les initiés venus des peuples voisins et principalement de Grèce mais ils ne dévoilent pas leurs secrets : les initié grecs mettent souvent plus de vingt ans pour obtenir un savoir suffisant avant de retourner dans leur pays et ces enseignements servent le plus souvent à conforter le pouvoir de despotes dans les îles grecques.

La conséquence immédiate est le risque d’une multiplication rapide des guerres de religions et des guerre entre tyrans qui se soucient peu des enseignements spirituels, ce qui n’a semble-t-il pas été le cas dans l’Antiquité mais qui est un phénomène tragique de l’histoire de l’occident depuis deux mille ans. 

Le renouveau spirituel autour du VIème siècle avant J-C

Pour éviter ce développement des systèmes de pouvoir religieux, nous connaissons aujourd’hui le mouvement culturel et spirituel qui s’est mis en marche au VIe siècle avant Jésus-Christ.

En Asie, en Chine et en Inde, les peuples n’avaient pas été détruits par le cataclysme, d’une manière aussi importante que dans la zone Atlantique. De plus, situés autour des Himalaya, ils avaient vu arriver les colonies de survivants de la civilisation détruite et ils avaient partagé leurs conditions de vie difficiles avec eux plusieurs millénaires avant que les descendants des survivants regagnent les plaines de Mésopotamie puis les bords du Nil et de la Méditerranée.

Ces peuples d’extrême orient avaient réussi à préserver une haute connaissance spirituelle en utilisant abondamment la démarche initiatique pour aller à la rencontre des mystères de la vie.

Ces peuples n’avaient pas mis en place des systèmes de pouvoir religieux fanatiques mais une conception de la vie qui prend en compte les forces de vie unies entre elles dans un principe unique, sans vouloir nommer ce principe unique de vie d’un nom d’être humain ou divin. Cette manière de concevoir la vie et d’organiser une société représentait un souffle nouveau pour les anciennes colonies de survivants car cette culture reposait sur le présent, sur des mouvements spirituels dynamiques et non pas sur la préservation de savoirs anciens et le culte de dieux ou demi-dieux ou le culte des chefs des survivants qui commençaient à servir de prétexte pour des guerres farouches entre colonies des survivants.

Les maîtres spirituels d’Asie

Nous connaissons l’histoire de ces maîtres spirituels asiatiques qui au sixième siècle avant Jésus-Christ, vinrent à la rencontre des savants grecs et Égyptiens pour leur transmettre les éléments d’une culture plus humaine, moins dominée par le poids des dieux et bien plus éducatrice de sagesse humaine et non pas exclusivement divine.

Ces maîtres spirituels d’Extrême-Orient ont constaté la perte de l’utilisation de la première source de savoir parmi les colonies des survivants alors que chez eux, les mouvements spirituels rencontraient des tentatives de mise en place de dogmes et de systèmes de pouvoir théocratiques. Ils ont pris la décision de venir rallumer la flamme parmi les anciennes colonies des survivants.

Nous savons que l’un d’eux, à la frontière, eût l’obligation de mettre par écrit tout son savoir avant de recevoir l’autorisation de prendre la route de la Mer Noire et de la Méditerranée. Il est probable que ces maîtres spirituels venus d’Asie cherchaient également à savoir où en était la conservation du savoir ancien sauvé du dernier grand cataclysme et dont ils n’étaient pas les dépositaires directs alors que l’Égypte antique perdait de sa puissance. 

La culture des peuples à ce moment-là devait composer à partir de plusieurs valeurs.

La première catégorie de valeurs est liée à la préservation du savoir transmis par les survivants du dernier grand cataclysme et au cœur de ce savoir, il y avait l’intervention d’êtres vivants venus d’une autre planète et qui avaient créé plusieurs races humaines. nous trouvons ici l’origine des religions fondées sur les dieux et les demi-dieux, noms donnés à ces êtres venus d’une autre planète.

La deuxième catégorie de valeurs provient des peuples d’Asie à travers leurs mouvements spirituels créés par les grands maîtres spirituels : Confucius, Bouddha, Lao-Tseu, etc.

Une troisième catégorie de valeurs va se mettre peu à peu en place : la perception d’un Dieu unique qui est à l’origine de tout : de la vie sur Terre comme de la vie sur les autres planètes et ces valeurs reposent sur la plus haute initiation qui n’a jamais cessé d’être connue par les êtres humains et qui permet le contact direct avec les mystères de la vie après la vie humaine terrestre.

L’histoire culturelle de l’Antiquité est donc avant tout une histoire religieuse qui tente d’expliquer la survie de l’espèce humaine sur notre planète.

Cette histoire progresse au cours des millénaires pour enrichir le souvenir tragique des destructions du dernier grand cataclysme avec une vision plus globale des mystères de la vie à travers l’univers afin de s’interroger sur l’origine de la vie et de son créateur. 

Les conflits entre les peuples ne sont pas d’ordre religieux mais ce sont essentiellement des guerres économiques ou des guerres pour affirmer la suprématie d’un peuple par rapport aux autres. La guerre de Troie ( vers – 1200 ) est une guerre entre colonies de descendants des survivants de l’Atlantide et au vu du Trésor de Priam que les armées grecques n’ont pas réussi à trouver, nous pourrions dire que le but de la conquête de Troie, outre la destruction d’une cité rivale, fut probablement la conquête de ce trésor qui prouvait la descendance directe de ce peuple à partir des survivants de l’Atlantide.

Ramener dans les cités grecques ce trésor qui provient de la civilisation disparue et qui contient des bouts de métal qui sont les reliques des vaisseaux utilisés par les êtres venus de l’autre planète, avait une valeur autre que symbolique et bien plus importante qu’une question de querelles à propos de jolies femmes plus ou moins déesses ou humaines.

Les organisations en réseau des peuples de l’antiquité n’utilisaient pas les questions religieuses pour se détruire les unes les autres. Elles étaient tolérantes parce qu’elles utilisaient la première source de savoir et reconnaissait la démarche spirituelle individuelle. Elles cherchaient à perfectionner leurs savoirs par rapport aux mystères de la vie et à préserver les vestiges du savoir supérieur dont disposait la civilisation de l’Atlantide détruite par le dernier grand cataclysme.

Par contre, de nombreuses religions ont utilisé très longtemps les sacrifices humains et les rites de purification du sang de leurs races.

 Nous trouvons ici l’explication dans le mystère des Andes autour de Tiahuanaco et les légendes des géants dans ces hauts plateaux qui se précipitaient dans les volcans à la fin de leur vie justement pour que leurs gènes peu adaptés à la vie sur Terre disparaissent. Cette histoire des origines de l’humanité sur la planète Terre est en totale contradiction avec le récit de la Bible et devant la supériorité de la civilisation des Andes par rapport à celle d’Europe, la papauté romaine imposera à Charles Quint la destruction des orfèvreries en or ou en argent pour que personne en Europe ne constate le retard de notre civilisation par rapport à celle des Andes. L’or et l’argent seront coulés en lingots avant de franchir l’océan et d’arriver dans les ports espagnols ou portugais. L’élimination de cette culture des peuples des Andes  sera commise pour éviter un guerre de religion au détriment de la papauté romaine et de la Bible qu’elle défendait.

Les guerres de religion continueront jusqu’à aujourd’hui et elles seront surtout développées par les dirigeants des systèmes de pouvoir mis en place à la chute de l’empire romain en occident et en orient. Il reste à garder en mémoire leurs origines à travers la culture et le savoir des survivants du dernier grand cataclysme contre la papauté romaine toujours opposée à l’apport de ce savoir dans une culture européenne bien plus humaniste avec cette utilisation de notre première source initiatique de savoir.

Poursuivre la lecture