Le récit de l’opération de sabotage de Nord Stream 2

7 juin 2023 Mise à jour du document

Les enquêtes sur le sabotage de Nord Stream 2 se poursuivent

mais le contexte géo politique n’a pas changé depuis ainsi que l’affrontement entre les deux super puissances que sont les USA et la Russie. Ainsi l’explication reste soit sur l’action des USA, soit sur celle de la Russie elle-même.

document : du 29 avril 2023

Un navire de la Marine russe spécialisé dans les opérations sous-marines était présent à proximité des lieux des sabotages des gazoducs peu avant les explosions, selon le quotidien danois Information.

Que faisait le SS-750 dans la région, quatre jours avant le dynamitage des deux gazoducs ? Pour Joakim von Braun, “il est très probable que ces navires aient été impliqués dans l’opération de sabotage”. D’ailleurs, évoque Information, le fait même que des patrouilleurs danois, suédois et polonais aient été envoyés dans la zone à ce moment-là confirme que, pour ces pays, “quelque chose de suspect s’est produit vers le 21-22 septembre”.

Le New York Times avait lui affirmé début mars, sur la base d’informations consultées par le renseignement américain, qu’un “groupe pro-ukrainien” serait à l’origine du sabotage, mais sans implication du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Depuis des années, les deux gazoducs ont été au cœur de tensions géopolitiques, attisées après la décision de Moscou de couper les livraisons de gaz à l’Europe en représailles présumées contre les sanctions occidentales.

document : du 7 juin 2023

Une enquête du “Washington Post” révèle que la CIA avait été informée par une agence de renseignement d’un pays européen que des forces ukrainiennes s’apprêtaient à saboter le gazoduc Nord Stream.

C’est ce que dévoilent des documents classifiés, divulgués en ligne au printemps. Les services américains auraient été informés en détail de ce plan en juin 2022, soit trois mois avant l’attaque.

Le journal s’appuie sur des informations issues des nombreux documents confidentiels qui auraient été publiés en ligne par le jeune militaire américain Jack Teixeira, avant que la fuite ne soit découverte par l’armée et le suspect appréhendé mi-avril. Ces documents indiquaient qu’une agence de renseignement d’un pays européen non spécifié avait informé la CIA dans un rapport, quatre mois après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, que des plongeurs militaires répondant directement au commandant en chef des forces armées ukrainiennes prévoyaient cette attaque contre Nord Stream.

Selon le Washington Post, les services de renseignements américains s’inquiètent depuis longtemps des opérations que l’Ukraine souhaiterait diriger contre la Russie, qui pourraient faire basculer la guerre dans un conflit direct opposant Moscou aux États-Unis et leurs alliés de l’Otan. En février dernier, l’agence de renseignement militaire ukrainienne a accepté, “à la demande de Washington”, de reporter des frappes prévues sur Moscou, selon un autre document classifié divulgué. Depuis, un raid de drones a été lancé sur la capitale russe le 30 mai dernier, une offensive inédite, et des incursions armées se multiplient dans la région russe de Belgorod, frontalière de l’Ukraine. Kiev continue de se défendre de toute implication dans ces attaques.

fin des documents

La recherche des mobiles parmi les états présents dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine :

mobile 1 : la Russie est la grande gagnante de cette opération de sabotage.

La Russie savait que son invasion de l’Ukraine allait entrainer des sanctions économiques et un embargo sur ses exportations de gaz et de pétrole. Elle savait aussi que ce sabotage allait avoir des conséquences négatives sur l’activité économique de l’Allemagne, principale base de l’OTAN proche de la zone de conflit et qui a fondé son développement sur l’utilisation du gaz russe peu cher.

Du même coup, cet absence de gaz russe en Europe de l’Ouest allait provoquer une crise de l’énergie et limiter d’autant l’aide européenne à l’Ukraine.

L’arrivée du gaz de schiste et du pétrole américain pour compenser cette perte des importations venant de Russie va prendre plusieurs années et ce, après la fin de la guerre contre l’Ukraine pour son rattachement au bloc russe, à la Grande Russie dont cette province avait été un pilier économique autant sur le plan agricole que sur le plan industriel.

Et nous devons ajouter la destruction mardi 6 juin 2023 du barrage ukrainien de Kakhovka. La Russie qui en avait la possession avait les moyens de miner ce barrage pour obtenir une telle destruction et l’inondation d’une région qui devient impossible à franchir temporairement pour l’armée ukrainienne. Mais cet argument vaut également pour l’Ukraine qui ne pourra plus prochainement être envahi par les troupes russes sauf que les conséquences pour elle sont désastreuses sur le plan civil et économique.

La logique de ce sabotage engage la responsabilité russe. De là à revenir aussi tôt sur la responsabilité du sabotage du gazoduc Nord Stream 2, il n’y a qu’un raccourci de l’histoire à parcourir…

mobile 2 : les USA sont les grands gagnants de ce sabotage

Dans le document suivant du 8 février 2023 publié par le journaliste d’investigation Seymour Hersh, les USA depuis plusieurs années ont cherché le moyen de stopper l’arrivée du gaz en Europe et spécialement en Allemagne. Leur objectif est de vendre leur gaz de schiste et leur pétrole en Europe.

La logique est donc pleinement en action lors de ce sabotage de Nordstream 2.

Il y a une coutume cependant dans les agissements des services secrets que l’on attaque pas soi-même un pays allié comme l’Allemagne ou dorénavant l’Ukraine mais que l’on soustraite cette action à un autre pays allié.

L’exemple du Réseau Echelon mis en place par la NSA pour contrôler les télécommunications par satellites est connu avec la sous-traitance de cette mission à l’Angleterre pour ce qui concerne le contrôle de l’Europe.

Les sanctions économiques contre la Russie ont eu pour conséquences des difficultés dans l’économie russe et l’absence des revenus des exportations de gaz et de pétrole ne permet pas à la Russie de soutenir un effort de guerre à un niveau élevé imposé par la résistance militaire de l’Ukraine.

Pour l’industrie de l’armement américaine, au contraire, elle retrouve les profits mirifiques seuls possibles qu’en temps de guerre.

La question d’une sous-traitance du sabotage à l’Ukraine ?

C’est une solution optimale vu du côté américain et de l’OTAN parce que l’Ukraine est la première concernée pour affaiblir l’économie de la Russie en supprimant ses exportations de gaz vers l’Allemagne.

mobile 3 : l’Ukraine décide seule l’action du sabotage pour affaiblir l’économie russe

L’explication est ici également limpide et logique.

La volonté des dirigeants ukrainiens de s’allier à l’Europe n’a pas eu de réponse claire et définitive sur l’acceptation de cette demande hautement stratégique et géo politique. Les accords de Minsk de 2014 n’ont jamais été appliqués et respectés.

L’histoire européenne de la seconde guerre mondiale démontre la manque de volonté et de solidarité pour éliminer la menace nazie en Allemagne tout comme la menace du communisme soutenue par l’Union soviétique de Staline.

Nous avons montré que l’explication de cette situation est connue puisque ce sont les dirigeants de la haute finance anglo-saxonne qui dès 1919 ont préparé puis financé la seconde guerre mondiale principalement pour que l’armée allemande conquière les richesses de la Russie pour leurs plus immenses profits des banquiers du nouveau gouvernement mondial.

Par contre les évènements du Maïdan ont clairement montré la volonté d’une majorité d’ukrainiens de se séparer de l’influence russe et de Poutine.

Alors pourquoi ne pas prendre en main son propre sort et sortir de ce jeu pervers entre Américains, Européens et Russes ?

L’histoire de l’Ukraine a montré son rôle majeur dans la victoire soviétique de 1945 puis sa place prépondérante dans l’économie soviétique.

Le 24 février 2022 , la Russie lance une invasion militaire de l’Ukraine.

Les 26 et 27 septembre 2022, les gazoducs Nord Stream 1 et 2 sont victimes d’importantes fuites de gaz.

Comment imaginer pour l’Ukraine que l’Allemagne et l’Europe vont l’aider de toute leur puissance, justement quand cette puissance industrielle et économique repose en grande partie sur l’utilisation importante du gaz russe ? Certes les sanctions économiques contre la Russie ont été prises dès l’invasion russe mais cette volonté d’utiliser en masse le gaz russe en Europe n’a pas disparu.

Les politiciens européens, une fois de plus peuvent sacrifier l’Ukraine pour conserver cette ressource énergétique si commode et si disponible avec les gazoducs Nord Stream 1 et 2 ?

Couper ce nœud gordien est vitale pour l’Ukraine dans le but de souder le soutien européen et surtout américain dont les conséquences de ce sabotage lui sont tout de même très profitables.

Nous en sommes là au niveau des enquêtes le 7 juin 2023. Comme souvent, il faudra attendre la levée du secret d’état sur les archives secrètes des états pour comprendre réellement ce qui s’est passé. Sauf que depuis quelques années, la numérisation de ces archives permet très facilement des fuites. Et ce fut le cas aux USA.

document pour une conclusion non définitive à ce jour

” Cela pose une tout autre question que de se demander cui bono ? (à qui cela profite-t-il ?) – à savoir : pour qui était-ce le plus facile de commettre ce sabotage ? Si la marine russe avait pu mener une vaste opération de sabotage, au beau milieu d’une zone maritime entourée de pays de l’OTAN ou de pays candidats, à 300 km de la base navale russe la plus proche, alors les Russes auraient ridiculisé l’OTAN. Cela aurait été une démonstration impressionnante des capacités russes en matière de guerre des fonds marins.

Mais les Russes auraient pu accomplir la simple destruction de Nord Stream 1 et 2 – sans aucun effet de démonstration – beaucoup plus facilement à leur porte, dans le golfe de Finlande.En revanche, les choses étaient beaucoup plus faciles pour l’OTAN : pas plus tard qu’en juin, la 6e flotte américaine, avec ses partenaires de l’OTAN, a effectué des exercices au large de Bornholm, au cours desquels des véhicules sous-marins sans pilote ont également été testés .L’exercice BALTOPS 22 aurait pu servir de test ou de toile de fond de camouflage pour installer des engins explosifs sur les gazoducs. Bien sûr, il n’existe actuellement aucune preuve de la paternité de l’exercice par l’une ou l’autre des parties, et il est peu probable qu’une enquête véritablement indépendante ait un jour lieu.Mais l’observateur impartial se pose une question : a-t-on jamais vu un voleur crier « au voleur ! » ?

source : Ralph Bosshard le lieutenant-colonel suisse (cr)(à la retraite) dans son article :

Sabotage des gazoducs Nord Stream : un expert militaire suisse dissipe le brouillard

8 février 2023

auteur : https://substack.com/profile/3455155-seymour-hersh Traduction de Bruno Bertez

Extraits de l’article de presse :

La décision de Biden de saboter les pipelines est intervenue après plus de neuf mois de débats très secrets au sein de la communauté de la sécurité nationale de Washington sur la meilleure façon d’atteindre cet objectif. Pendant la majeure partie de ce temps, la question n’était pas de savoir s’il fallait faire la mission, mais comment la mener à bien sans que l’on puisse avoir la moindre idée de qui était responsable.

Dès ses débuts, Nord Stream 1 a été considéré par Washington et ses partenaires anti-russes de l’OTAN comme une menace pour la domination occidentale. La société holding derrière elle, Nord Stream AGNord Stream AG, a été constituée en Suisse en 2005 en partenariat avec Gazprom, une société russe cotée en bourse générant d’énormes profits pour les actionnaires, dominée par des oligarques connus pour être sous l’emprise de Poutine. Gazprom contrôlait 51% de la société, quatre sociétés énergétiques européennes—une en France, une aux Pays-Bas et deux en Allemagne-se partageant les 49% restants du stock et ayant le droit de contrôler les ventes en aval du gaz naturel bon marché à des distributeurs locaux en Allemagne et en Europe occidentale. Les bénéfices de Gazprom ont été partagés avec le gouvernement russe, et les revenus du gaz et du pétrole de l’État ont été estimés dans certaines années à s’élever à jusqu’à 45 pour cent 45 % du budget annuel de la Russie..

Les craintes politiques de l’Amérique étaient réelles: Poutine disposerait désormais d’une source de revenus majeure supplémentaire et indispensable, et l’Allemagne et le reste de l’Europe occidentale deviendraient dépendants du gaz naturel à bas prix fourni par la Russie-tout en diminuant la dépendance européenne vis-à—vis de l’Amérique. En fait, c’est exactement ce qui s’est passé.

La marine a proposé d’utiliser un sous-marin nouvellement mis en service pour attaquer directement le pipeline. L’Armée de l’air a discuté du largage de bombes avec des dispositifs retardés qui pourraient être déclenchés à distance. La CIA a fait valoir que quoi qu’il soit fait, cela devrait être secret. Toutes les personnes impliquées ont compris les enjeux. “Ce ne sont pas des trucs pour enfants”, a déclaré la source. Si l’attaque était traçable aux États-Unis, “C’est un acte de guerre.

La marine norvégienne n’a pas tardé à trouver le bon endroit, dans les eaux peu profondes de la mer Baltique à quelques kilomètres au large de l’île danoise de Bornholm. Les pipelines ont couru à plus d’un mile l’un de l’autre le long d’un fond marin qui n’avait que 260 pieds de profondeur. Ce serait bien à la portée des plongeurs, qui, opérant à partir d’un chasseur de mines norvégien de grande classe, plongeraient avec un mélange d’oxygène, d’azote et d’hélium s’écoulant de leurs réservoirs, et planteraient des charges de C4 sur les quatre pipelines avec des couvercles de protection en béton. Ce serait un travail fastidieux, long et dangereux, mais les eaux au large de Bornholm avaient un autre avantage: il n’y avait pas de courants de marée majeurs, ce qui aurait rendu la tâche des plongeurs beaucoup plus difficile .

Le 26 septembre 2022, un avion de surveillance P8 de la marine norvégienne a effectué un vol apparemment de routine et a largué une bouée sonar. Le signal s’est propagé sous l’eau, d’abord vers le Nord Stream 2, puis vers le Nord Stream 1. Quelques heures plus tard, les explosifs C4 de forte puissance ont été déclenchés et trois des quatre pipelines ont été mis hors service. En quelques minutes, des mares de méthane qui restaient dans les canalisations fermées pouvaient être vues se répandre à la surface de l’eau et le monde a appris que quelque chose d’irréversible s’était produit.

Quelques mois plus tard, lorsqu’il est apparu que les autorités russes avaient discrètement obtenu des estimations du coût de réparation des pipelines, le New York Times a décrit la nouvelle comme “compliquant les théories sur qui était derrière” l’attaque. Aucun grand journal américain n’a cité les menaces antérieures contre les pipelines proférées par Biden et le sous-secrétaire d’État Nuland.

fin des extraits :

lire l’article dans son intégralité :

https://brunobertez.com/2023/02/08/ne-manquez-pas-revelation-le-recit-de-loperation-de-sabotage-de-nord-stream-2-voila-qui-va-en-gener-beaucoup/?fbclid=IwAR16yd84rSNdRWtCgO3NVlf-cVyWhlPk6WurQ04bg5JigLGZY4iRCpY5lJU

Commentaires

Nous suivons cette affaire depuis 2019 et la rédaction du Discours du poète à la ville de Belfort. General Electric (GE) voulait fermer l’activité turbines à gaz et les autres turbines à Belfort pour transporter les machines dans ses usines des USA. C’était une manière de priver l’Europe de turbines à gaz et de faire en sorte que les décisions sur ces turbines soient prises par le gouvernement américain. Le pipeline Nordstream 2 était en cours d’achèvement et pour utiliser ces nouveaux volumes de gaz naturel, de nouvelles centrales avec des turbines à gaz seraient forcément nécessaires.

Nous avions écrit que pour sauver Belfort et ses turbines à gaz, les Russes devaient intervenir pour s’opposer à la volonté américaine de fermer l’usine.

Présent sur le web depuis février 2002, fileane.com et son équipe ont compris qu’avec Internet, tout peut se savoir et ceci plus ou moins rapidement. Certes les opérations pour contrôler, censurer, fermer des sites web, existent mais les lanceurs d’alertes se multiplient et les internautes mieux renseignés, comprennent plus clairement ce qui se passe dans ces conflits organisés par les dirigeants du gouvernement mondial anglo-saxon.

La destruction par sabotage de Nord Stream 2 sur le plan politique était prévue pour se coupler avec l’invasion russe de l’Ukraine.

La révolution de la Dignité, également dénommée révolution de Maïdan, ou révolution de Février, a eu lieu entre le 18 et le 23 février 2014, à la suite de l’Euromaïdan. Très vite le choix politique ne porte plus sur une indépendance vis à vis de la Russie mais aussi vis à vis des USA et des activités militaires de l’OTAN en Europe. Le gouvernement pro russe est chassé mais les manifestants sont dépassés par le clan pro européen et américain. Et la guerre menée par l’Ukraine contre les régions pro russes commence.

Le 1er mars 2022, Nord Stream 2 SA annonce le licenciement de tout son personnel et dépose son bilan, à la suite des sanctions décidées par l’Allemagne, l’Union européenne et les États-Unis en réaction à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Engie est créancier de Nord Stream 2 SA sous la forme d’un prêt de l’ordre d’un milliard d’euros ; son titre a chuté de plus de 13 % à la Bourse de Paris.

Les 26 et 27 septembre 2022, les gazoducs Nord Stream 1 et 2 sont victimes d’importantes fuites de gaz, se manifestant, en surface de la mer Baltique, par des bouillonnements de plusieurs centaines de mètres de diamètre, suite à plusieurs détonations sous-marines.

Le sabotage du pipeline utilise les technologies les plus avancées.

Tout d’abord dans le travail des plongeurs. Cet article de presse le démontre et il présente l’école spéciale des plongeurs de la Marine américaine.

L’utilisation des bombes déclenchée plus tard par un signal acoustique basse fréquence produit par une bouée sonar. L’article de presse présente bien ce choix technologique d’utiliser les sondes acoustiques très basses-fréquences comme celles des “flutes”, ces sonars très basses-fréquences qui sous forme de tuyaux suivent les sous-marins plusieurs kilomètres derrière eux pour trouver le silence le plus grand. Ils sont reliés par un fil qui contient un câble fibre optique de manière à ce que ces signaux détectés arrivent au calculateur du sous-marin avec la vitesse de la lumière.

Les bouées sonars, surtout dans la Baltique sont légions pour détecter les moindres déplacements des sous-marins russes tout comme les russes les utilisent pour détecter les mouvements des sous-marins américains ou ceux de l’OTAN. Une de plus ne pose donc pas problème.

Par contre, dans ce sabotage des deux gazoducs, le signal basse fréquence est émis pour déclencher une mise à feu à retardement de manière à brouiller les pistes et à ne pas pouvoir relier ce signal au sabotage. C’est nouveau car ces signaux basses fréquences ne sont pas utilisés pour ce genre d’opération mais comme ce type de sabotage est également une nouveauté d’ailleurs terriblement inquiétante… ??

En conclusion

En février 2023, nous savons maintenant plus clairement ce qui était déductible avec un raisonnement rationnel dès la survenance des faits.

Nous européens et français, sommes face à la guerre en Ukraine et face à l’absence de gaz et de pétrole russes. La soumission aux intérêts anglo-saxons du gouvernement mondial va avoir pour conséquence un appauvrissement de l’Europe sur les plans politique, économique, social, militaire, culturel.

L’épargne des européens va se réduire à travers l’inflation et la guerre des prix de l’énergie qui se répercute immédiatement sur les denrées alimentaires. Leur patrimoine immobilier et mobilier vont perdre une valeur importante avec la remontée des taux d’intérêts pour les crédits bancaires d’une part et d’autre part à travers l’appauvrissement générale de la population qui ne sera plus capable de payer l’acquisition des biens immobiliers et mobiliers de valeurs élevées. La destruction des services publics notamment en France va se poursuivre et s’accélérer avec des gouvernements acquis au dogme néo libéral anglo-saxon.

Nous sommes en guerre, encore faut-il choisir notre camp et vaincre pour conquérir la paix indissociable de notre audace pour reconquérir notre Liberté.

Nos luttes ont un objectif commun que fileane.com décrit, explique : quitter les systèmes de pouvoir qui nous asservissent à des politiques criminelles. Nous savons vivre libre sans eux !

Poursuivre la lecture

David Graeber, professeur d'anthroplogie à l'université de Yale Nouveau

David Graeber : la bureaucratie permet au capitalisme de s’enrichir sans fin

14 mars 2022

Lors de la présentation de son dernier livre en France : Bureaucratie, l’auteur multiplie les interviewsqui ont le don de nous interpeller par le niveau d‘imprécision et de confusion de l’analyse présentée. D’oùnos réponses sur quelques points que nous avons retenus. Extrait de l’interview accordé à Libération le 16 octobre 2015 Arrêtons avec l’idée qu’il […]

Contrôle du statut vaccinal à l'entrée de la 72e Berlinale, à Berlin, la capitale allemande, le 11 février 2022 Nouveau

Covid : L’Allemagne a trouvé son Eduard Schneeten

14 mars 2022

Publié le 21/10/2021 à 10:56 par France Soir.Auteur(s): Moufid Azmaïesh, pour FranceSoir Obliger la population mondiale à se soumettre au dictat d’intérêts privés sous prétexte de “santé publique. Le 22 septembre, Langemann Medien publiait sur sa chaîne YouTube un entretien – visionné à ce jour près de 500 000 fois – avec un jeune mathématicien […]

Nouveau

Sommet scientifique mondial du Covid Mai 2022

24 mai 2022

pour lire cette déclaration : GLOBAL COVID SUMMIT-OVER 17,000 GREAT DOCTOR HERE Cette déclaration montre qu’un contre pouvoir exercé par une minorité active d’experts médicaux et scientifiques s’est mis en place.