La Ballade au copain du Fort Saint-Denis

A un copain qui avait été arrêté et fut détenu au fort de l’Est à Saint-Denis devant la cour de Sûreté de l’État.

Y en qui disent qu’il est anarchiste
Socialiste et même antimilitariste
Mon copain qu’on détient au fort Saint-Denis

Moi je trouve qu’il a raison, bien raison
Et je ne comprends pas qu’il soit en prison
Ils l’ont cherché à Besançon et comm’ça
Devant la cour de Sûreté de l’État
Mon copain qu’on détient au fort Saint-Denis
Va pouvoir être condamné sans broncher.

Moi j’en ai assez de constater que chez
Mon copain qu’on détient au fort Saint-Denis
Tout n’serait que lâcheté, stupidité
Il en avait lui aussi de la fierté
Mais il la mit au service de la paix
Et de tout ce que l’on ne croira jamais
Parc’que cela n’a peut-être pas de prix
Pour mon copain qui est au fort Saint-Denis
Et ce n’est pas pour les comités de soldats
Qu’il sera mis en prison de par la loi
Mais pour des choses que personne ne dit
Sur mon copain qui est fort Saint-Denis

Il faut que change l’armée et puis aussi
Que mon copain qui est au fort Saint-Denis
Sois libre à nouveau de son engagement
Pour que quand j’serai devant mon lieutenant
J’puisse lui demander poliment – ” Hé M’sieur
Pouvez-vous m’dire où se trouv’ le comité
Vous savez le comité de ces soldats
Qui ont fait pas mal de prison la fois-là…

Comm’ mon copain…toujours au fort Saint-Denis “.

Poursuivre la lecture

Verlaine Rimbaud Nouveau

Verlaine et le voyant des Ariettes oubliées

28 février 2022

Le 10 juillet, Verlaine met la main dans la poche où il y a son revolver. Il est condamné à…

Nouveau

Rimbaud : les illuminations

28 février 2022

Rimbaud dans ses premiers poèmes reste proche de la poésie parnassienne et officielle, adoptant une forme classique malgré la nature…

Peinture Grotte Nouveau

Principes poétiques

21 mars 2022

Les vains efforts d’une quête incertaineLa lumière d’une idée lointaineFugitives traces de ce malheurQui nous tenaille et opprime nos cœursLes mots me trahissent mon cœur s’en vaUne aigreur racle le fond de ma gorgePrémices de mon bienveillant trépasAvec le relent fermenté de l’orgeLes pas lourds des destinées m’aveuglentJe n’ose pas croire à tant de pitiéA […]