Une batterie automobile sans lithium, sans cobalt et sans nickel

Nous vivons une période formidable ! Les progrès scientifiques et technologies se poursuivent loin des sombres officines P4 où sont trafiqués par les apprentis sorciers et les autres fous furieux, les virus et les bactéries les plus dévastatrices et capables des pires génocides.

La Chimie, grande pourvoyeuse d’innovations dans le développement de la société industrielle, lorsqu’elle s’écarte des chimères de la Pharmacie dérivée du Pétrole à la Rockefeller, permet de trouver de nouvelles associations pour doper la Transition Énergétique.

Document :

Alsym Energy travaille depuis 7 ans sur une batterie automobile ininflammable dénuée de tous les composants à problème des technologies actuelles.

Publié le21 juin 2022 à 11:00 ParHadrien Augusto

pour lire cet article : https://www.presse-citron.net/une-batterie-automobile-sans-lithium-sans-cobalt-et-sans-nickel/

Extraits :

” Argument encore plus important pour l’industrie, la batterie d’Alsym divise par deux le coût de production d’une batterie traditionnelle. “La plupart des entreprises se concentrent principalement sur la performance et ne pensent pas à rendre leurs batteries plus sûres et plus rentables, en particulier pour les pays en développement où les consommateurs sont plus sensibles au prix”, disait Nitin Nohria, le président du conseil d’administration de la société. …/…

Les pays en développement, à fortes capacités de croissance, Alsym les a très rapidement retenus et c’est en Inde qu’elle souhaite aboutir à son premier contrat de vente. L’entreprise du Massachusetts s’est rapprochée d’un constructeur automobile local et devrait lui fournir pour 3 GWh de batteries par an. S’en suivront des contrats pour le secteur des deux-roues, mais aussi pour des sociétés de transport maritime, annonçaient-ils dans un communiqué.

Approvisionnement et recyclage

On ne connaît pas précisément la constitution chimique de ses batteries. Dans les grandes lignes, Alsym évoque de l’oxyde de manganèse pour la cathode et de l’oxyde métallique pour l’anode. L’électrolyte serait à base d’eau. En tout cas, le tout permettrait d’atteindre un niveau équivalent à celui d’une batterie lithium-ion. Et à moindre coût.

“L’équipe d’Alsym Energy travaille pour s’assurer que leurs batteries répondent non seulement aux attentes de performance à un coût réduit, mais évitent également la plupart des défis de la chaîne d’approvisionnement associés aux technologies à base de lithium”, ajoutait Nitin Nohria. Depuis sept ans, Alsym a fait appel aux investisseurs à hauteur de 32 millions de dollars d’investissement en capital-risque.

Chez Tesla, le souci d’une batterie plus durable n’est pas secondaire. Fin mai dernier, le centre de recherche et développement du constructeur se rapprochait de l’Université de Dalhousie (Canada) pour développer une toute nouvelle technologie capable d’accumuler une durée de vie de 100 ans. Pour cela, Tesla ne révolutionnait pas les composants, mais la présence de manganèse et de graphite n’y trompait guère. Le lithium-dioxyde de manganèse fait d’ailleurs partie des batteries les plus présentes dans le matériel militaire “

Fin du document.

Bref, nous revoilà ” au pays ” du manganèse.

La première fois que nous l’avons rencontré, en 1984, ce fut à l’émaillerie de l’usine d’électro-ménager où je travaillais. L’eau puisée dans la nappe phréatique était devenue impropre pour fabriquer de l’émail. La cause : du manganèse provenant d’une pollution d’une usine chimique située à 130 kms en amont de cette nappe phréatique. Il a fallu creuser un puits beaucoup plus profond pour retrouver une eau qui convenait.

La seconde fois ce fut dans l’usine chimique le long du Rhin qui parmi les 5 sites de production, avait une importante unité de fabrication de produits phytosanitaires à base de manganèse transporté par péniches depuis Rotterdam et venu d’Australie par bateaux. L’unité de broyage de ce minerai posait de nombreux problèmes de conditions de travail mais le personnel qui y travaillait, comme les mineurs de charbon ailleurs, était fier de sa tâche : sans nous, tous ces chimistes ne pourraient strictement rien faire !

Document :
” Les plantes et les légumes ont aussi besoin de manganèse. Une carence conduit à une diminution de la concentration en chlorophylle, nuisant de ce fait au développement par photosynthèse. C’est pourquoi les engrais comportent du sulfate de manganèse, MnSO4, ou de l’acétate, M n(CH3COO)2 (cf. Acétates). On trouve par conséquent du manganèse dans différents aliments : le quinoa, le riz complet, l’avocat, les haricots verts, les épinards, l’huile d’olive, les huîtres, etc.

Pensée du jour
« Frère du fer, ami du nickel, copain du cobalt, partout à l’aise le manganèse. » “

Par contre pour le corps humain, il n’en va de même que pour les minéraux :

” Le manganèse agit essentiellement au niveau du système respiratoire et du cerveau. Les symptômes d’un empoisonnement au manganèse sont des hallucinations, un manque de mémoire, et des problèmes aux nerfs. Le manganèse peut aussi provoquer la maladie de Parkinson, des embolies pulmonaires et des bronchites.”

Une application civile d’une utilisation militaire

Comme toujours lorsque l’industrie civile se met à utiliser une nouvelle technologie, celle-ci a été mise au point dans le domaine militaire. Le citoyen doit le savoir car c’est aussi ici que son avenir se joue.

document :

” Ces batteries puissantes au lithium-dioxyde de manganèse (Li/MnO2) sont utilisées par des organisations militaires du monde entier pour alimenter toute une gamme de matériel de communications et d’informatique, d’imageurs, de détecteurs d’agents chimiques, de systèmes d’armement et biens d’autres appareils. Ces batteries à la technologie avancée ont une durée de vie supérieure de 50% aux batteries lithium-dioxyde de soufre (Li/SO2). Elles offrent par ailleurs une plus grande sécurité, une plus grande durée de stockage et une alimentation quasi-instantanée. Elles dépassent en outre les critères de performance exigeants de l’armée.”

Les piles lithium avec du manganèse sont connues pour leur utilisation domestique depuis 1976.

document :

La pile lithium-dioxyde de manganèse (Li/MnO2) a été une des premières piles au lithium à cathode solide à être utilisée commercialement [8], dès 1976, du fait de ses caractéristiques intéressantes en termes de performances, mais aussi de coût. L’oxyde de manganèse conduit à une pile dont la tension est de l’ordre de 3 V en circuit ouvert, et cette tension élevée lui confère d’emblée une forte énergie massique, au moins le double de celle des piles alcalines.

Très approximativement, à format de pile et tension équivalents (deux éléments en série pour les systèmes classiques salins et alcalins), si les piles alcalines ont des temps de décharge environ double de ceux obtenus avec des piles salines, les piles Li/MnO2 permettent des temps de décharge au moins deux fois supérieurs à ceux des piles alcalines ; dans certaines conditions, cette supériorité peut atteindre près de dix fois [4]. De plus, leur tension moyenne de décharge de l’ordre de 2,8 V est également supérieure à la tension moyenne de décharge des éléments conventionnels qui est de l’ordre de 2 x 1,2 V (deux éléments en série).

Ce type de pile présente de bonnes caractéristiques de conservation en stockage et permet une large gamme de température d’utilisation. Il apparaît comme un remplaçant de la pile l’oxyde d’argent-zinc, notamment dans les applications en photographie [4].

En conclusion : si nous le voulons, nous le pouvons !

Surtout lorsque la ressource naturelle de Lithium reste insuffisante face à l’énorme demande d’énergie électrique stockée en batteries. Nous n’oublions pas ici pour l’automobile que selon certains industriels, il serait tout à fait possible de faire fonctionner un moteur à combustion directement avec de l’hydrogène.

Cette question illustre les choix cruciaux qui sont posés pour la transition énergétique.

Les possibilités scientifiques et technologiques sont nombreuses et connues. Gageons que cette fois-ci les choix ne seront pas dictés par les intérêts financiers des dirigeants de l’oligarchie anglo-saxonne. Ce fut malheureusement le cas pour la production d’électricité avec la mise à l’écart des inventions de Tesla. Ce fut la cas pour l’interdiction de la culture de chanvre, nous l’avons montré dans l’article précédent de notre Tribune et d’autres exemples sont connus.

Notre volonté de développer à nouveau la démocratie directe locale participatives avec ses équipes de projet de Vie et son financement par la monnaie pleine et les droits sociaux, se trouve décuplée face à ces progrès scientifiques et technologiques.

Certes il reste à régler urgemment la question chimique de la synthèse des protéines nécessaires au fonctionnement de nos cellules, les ARN messagers et cette fois-ci sans Big Pharma et les politiciens qu’elle paie pour la défense de ses intérêts financiers.

Poursuivre la lecture

cellules covid Nouveau

L’enquête autour des origines du COVID 19

27 septembre 2021

Nous reprenons ici nos contributions et les articles que nous retenons sur Facebook (FB) pour nos lecteurs. source: de nouvelles révélations sur les recherches au laboratoire de Wuhan Document, 27.09.2021, Covid-19 : source: https://www.laselectiondujour.com/index.php?id=148669&lsdj=334680&origine=FA-NL-PLAN-INS-CFAoct1201B C’était en mars 2018, soit 18 mois avant le début de la pandémie dont l’origine demeure un mystère. Des chercheurs chinois […]

Ivermectine Nouveau

Un médicament anti Covid-19 qui ressemble à l’Ivermectine !

1 octobre 2021

Cet article de Zero Hedge revient sur la curieuse similitude entre le dernier remède de Pfizer contre le coronavirus et l’Ivermectine ! Ce « nouveau » médicament de Pfizer partage un mécanisme d’action comme l’Ivermectine en inhibant la protéase du SARS-CoV-2. Ils vont la lier avec un autre médicament et faire croire que c’est une […]

David Graeber, professeur d'anthroplogie à l'université de Yale Nouveau

David Graeber : la bureaucratie permet au capitalisme de s’enrichir sans fin

14 mars 2022

Lors de la présentation de son dernier livre en France : Bureaucratie, l’auteur multiplie les interviewsqui ont le don de nous interpeller par le niveau d‘imprécision et de confusion de l’analyse présentée. D’oùnos réponses sur quelques points que nous avons retenus. Extrait de l’interview accordé à Libération le 16 octobre 2015 Arrêtons avec l’idée qu’il […]