Nuit et Brouillard

NACHT UND NEBEL

On leur avait peint deux grands N dessus le dos
Beaucoup dorment encore vous savez badauds
Ces croix blanches qu’on trouve près des barbelés
Nuit et Brouillard ainsi on les a appelés

Du temple romain en face à la cheminée
Des chevaux de frises déchirent le regard
Et le cailloux des allées abandonnées
Hurle à la bise qui siffle de toutes parts

De Moussey de Belval les jeunes sont partis
Sur les camions de la Gestapo en otages
Leurs yeux scrutaient la forêt Là-bas le maquis
Mais là-haut ils les attendaient pour le carnage

Le vent n’a pas amené l’air de Viombois
Les derniers ont les emmenés dans un train
Qui partit pour Dachau Tout là-haut dans les bois
Les sapins ont fléchi sous leur poids de chagrin

Nuit et Brouillard l’hiver dans la bise affolée
Des larmes des cris d’horreur courent sur la neige
Sous la botte des bourreaux le sang s’est collé
Mais les traces sont là comme prises au piège

On dirait que la tôle est toujours rouge chaude
Que le four laissé entrouvert s’est refermé
Sur le chemin de ronde un gardien noir rôde
Et écoute la haine au feu se consumer

Le défilé hagard de ces hommes martyrs
Active le feu de leur souffle libéré
Des barbelés fondus un anneau va sortir
Pour la noce du monde et de sa liberté

Au dessus des sapins qu’ont bleuis les midis
Et plus haut encore que les sommets des Vosges
S’écoule inlassablement une mélodie
Où le monde et la paix enfin mariés logent.

Poursuivre la lecture

Verlaine Rimbaud Nouveau

Verlaine et le voyant des Ariettes oubliées

28 février 2022

Le 10 juillet, Verlaine met la main dans la poche où il y a son revolver. Il est condamné à…

Nouveau

Rimbaud : les illuminations

28 février 2022

Rimbaud dans ses premiers poèmes reste proche de la poésie parnassienne et officielle, adoptant une forme classique malgré la nature…

Peinture Grotte Nouveau

Principes poétiques

21 mars 2022

Les vains efforts d’une quête incertaineLa lumière d’une idée lointaineFugitives traces de ce malheurQui nous tenaille et opprime nos cœursLes mots me trahissent mon cœur s’en vaUne aigreur racle le fond de ma gorgePrémices de mon bienveillant trépasAvec le relent fermenté de l’orgeLes pas lourds des destinées m’aveuglentJe n’ose pas croire à tant de pitiéA […]