Ton déshabillage

Pour avoir trop bu le fond de mon verre
En rêvant ton joli petit visage
Je ne tiens plus à être bien très sage
Viens et enlève ton chemiser vert

Pour avoir raclé le fond de ma gorge
De ces mots que je n’ai pas su te dire
Trop faibles à côté de mon délire
Viens et dégrafe ton soutien-gorge

Pour avoir trop vu voleter ta jupe
Sans apercevoir ta culotte blanche
Pitié pour la largesse de tes hanches !
Libère-les laisse tomber ta jupe

Et dans ta petite culotte blanche
Ma belle aux doux seins blancs durs et fiers
Approche-toi et allons aux enfers
Mais avant descends ta culotte blanche

Pour te contempler à jamais tout’nue
Et apprendre les courbes de ton corps
Mes lèvres sur tes lèvres en accord
Sauront te laisser encore plus nue.

Poursuivre la lecture

Nouveau

Verlaine et le voyant des Ariettes oubliées

28 février 2022

Le 10 juillet, Verlaine met la main dans la poche où il y a son revolver. Il est condamné à…

Nouveau

Rimbaud : les illuminations

28 février 2022

Rimbaud dans ses premiers poèmes reste proche de la poésie parnassienne et officielle, adoptant une forme classique malgré la nature…

Peinture Grotte Nouveau

Principes poétiques

21 mars 2022

Les vains efforts d’une quête incertaineLa lumière d’une idée lointaineFugitives traces de ce malheurQui nous tenaille et opprime nos cœursLes mots me trahissent mon cœur s’en vaUne aigreur racle le fond de ma gorgePrémices de mon bienveillant trépasAvec le relent fermenté de l’orgeLes pas lourds des destinées m’aveuglentJe n’ose pas croire à tant de pitiéA […]