Miserere

Il y a des jours où l’envie me prend
De regarder par-delà les carreaux
Je reste là trop longtemps bien souvent
A ne savoir plus voir ce qui est beau
Alors ton souvenir réapparaît
Tu es trop belle pour que je le crois
Comme un soûl je divague dans le vrai
J’ai envie de te serrer dans mes bras
Il y a des jours où l’envie me prend
De regarder par-delà les carreaux
Et de contempler un peu tous ces gens
Qui passent repassent comme de l’eau
Hélas je n’y vois plus le voilier
Celui qui voguait quand j’étais enfant
Que je cassais quand j’avais oublié
Son nom que je prononçais en chantant
Il y a des jours où l’envie me prend
De regarder par-delà les carreaux
Il y a des jours où je suis content
Content d’un mal qui me tient à la peau.

Poursuivre la lecture

Nouveau

Verlaine et le voyant des Ariettes oubliées

28 février 2022

Le 10 juillet, Verlaine met la main dans la poche où il y a son revolver. Il est condamné à…

Nouveau

Rimbaud : les illuminations

28 février 2022

Rimbaud dans ses premiers poèmes reste proche de la poésie parnassienne et officielle, adoptant une forme classique malgré la nature…

Peinture Grotte Nouveau

Principes poétiques

21 mars 2022

Les vains efforts d’une quête incertaineLa lumière d’une idée lointaineFugitives traces de ce malheurQui nous tenaille et opprime nos cœursLes mots me trahissent mon cœur s’en vaUne aigreur racle le fond de ma gorgePrémices de mon bienveillant trépasAvec le relent fermenté de l’orgeLes pas lourds des destinées m’aveuglentJe n’ose pas croire à tant de pitiéA […]