Dispute stupide

Amour d’amour par amour
Qu’est-ce que les jours pour toujours
N’y aurait-il pas des pas dans ce grand trépas
Où la vie et la femme s’oublient
Pour mesurer l’ennui

Je t’aime mon aimée d’aimer
Nue ta peau qui me révolte
Pour ne jamais rester collée à la mienne
Les vagues dans ton port m’emportent
Mais tu souris heureuse quand épuisé tu me renvoies

Amour d’ennui par chagrin
Ma mémoire pleure de ces instants
J’aime mouiller tes seins
Prisonnier de tes cuisses
En rêvant au plafond où ta main sur ma joue
M’assagit

Chagrin d’amour pour toujours
Envolé
Je me repose de dormir à tes côtés
Le matin tu veux bien me lever d’un baiser
D’un même pas sans ennui
On se sourit.

Poursuivre la lecture

Nouveau

Verlaine et le voyant des Ariettes oubliées

28 février 2022

Le 10 juillet, Verlaine met la main dans la poche où il y a son revolver. Il est condamné à…

Nouveau

Rimbaud : les illuminations

28 février 2022

Rimbaud dans ses premiers poèmes reste proche de la poésie parnassienne et officielle, adoptant une forme classique malgré la nature…

Peinture Grotte Nouveau

Principes poétiques

21 mars 2022

Les vains efforts d’une quête incertaineLa lumière d’une idée lointaineFugitives traces de ce malheurQui nous tenaille et opprime nos cœursLes mots me trahissent mon cœur s’en vaUne aigreur racle le fond de ma gorgePrémices de mon bienveillant trépasAvec le relent fermenté de l’orgeLes pas lourds des destinées m’aveuglentJe n’ose pas croire à tant de pitiéA […]