fileane.com

 4ème partie : les réseaux citoyens de vie

Le deuxième domaine d’activités stratégiques : 

La réalisation des œuvres politiques économiques et sociales

 page entière

texte remanié le 12/01/2017.

« Les problèmes du monde ne peuvent pas être résolus par des sceptiques ou des cyniques dont les horizons se limitent à des réalités évidentes. Nous avons besoin d‘êtres capables d’imaginer ce qui n’a jamais existé ». Albert Einstein.

 

Les réseaux de vie présentent dans leur première partie le fonctionnement des organisations en réseaux, dans la partie 2 le fonctionnement des systèmes de pouvoir, dans la partie 3 l’histoire des conflits entre les systèmes de pouvoir et les réseaux . Dans la partie 4, l’application des principes des organisations en réseaux permet de décrire le fonctionnement des réseaux de vie selon nos connaissances actuelles en trois domaines d’activités stratégiques (DAS)

Nous avons montré précédemment l'opposition entre système de pouvoir et réseaux de vie. Les dirigeants des systèmes de pouvoir interdisent les cultures qui sont antinomiques avec leurs intérêts. De la sorte, une fois que nous connaissons les valeurs, normes et modes de vie qu'ils interdisent pour protéger leur système de pouvoir, nous avons de fortes chances de trouver à travers ces interdits, justement les valeurs, normes et modes de vie qui permettent de développer les réseaux de vie. Il s'agit certes d'un raisonnement a contrario mais qui conserve toute sa logique, son évidence.

Ainsi le système de pouvoir capitaliste libéral utilise trois interdictions principales pour arriver à la domination de ses élites dirigeantes les plus riches :

- son origine juridique officielle date de la révolution française de 1789 et la sacralisation de la propriété privée qui dès 1790 sert de fondement à la loi Le Chapelier sur la liberté du commerce et de l'industrie. Adam Smith poursuivra cette légitimation du pouvoir exclusif de l'entrepreneur, de l'artisan dans la gestion de son affaire et son pouvoir de conserver pour lui le bénéfice réalisé. La propriété privée des moyens de production exclue dès lors la propriété commune et la propriété collective ainsi que toute association, tout comité de salariés susceptibles d'intervenir dans la gestion de l'entreprise. N'utiliser que la propriété privée a pour conséquence évidente le développement sans limites des inégalités en faveur des plus riches qui arrivent à accumuler les richesses dans leur patrimoine privée depuis des siècles. Pour masquer cette injustice fondamentale, les dirigeants du système de pouvoir libéral utilisent l'imposture de la liberté du commerce et de l'industrie : ils affichent et vendent la notion de liberté alors qu'ils utilisent la propriété privée, principal moyen pour dominer les peuples et asservir les citoyens.

- le capitalisme repose essentiellement sur la production marchande et la volonté d'étendre l'activité marchande à l'ensemble des productions de richesses apportées par le travail. L'activité humaine se limite au travail délimité par les dirigeants de ce système de pouvoir économique et exclu les deux autres niveaux de l'activité humaine : la réalisation des oeuvres capables d'élever le niveau de vie et qui sont transmises aux générations futures, ainsi que l'action politique.

- enfin ce système de pouvoir économique capitaliste utilise comme tous les autres systèmes de pouvoir, l'exclusion et l'interdiction de l'utilisation de notre première source de savoir, la source initiatique individuelle et spirituelle. Celle qui permet de trouver nos raisons de vivre et de mourir et nous donne une vision du monde humaine fondée sur les valeurs d'amour et de paix. Celle qui après l'involution et la rencontre avec les mystères de la vie, nous pousse au partage et à la traduction de l'indicible vécu dans cette rencontre initiatrice. Celle qui nous libère de notre condition humaine et nous pousse à refuser toute soumission dans des systèmes de pouvoir hiérarchisés, élitistes, injustes qui ne servent que les intérêts de la minorité des plus riches qui usurpent le pouvoir des citoyens.

La réalisation des oeuvres dans les réseaux de vie s'oppose donc à ces trois interdictions posées par le capitalisme, d'où la nécessité d'abandonner, de quitter nos systèmes de pouvoir. Tout comme le capitalisme impose ces trois interdictions, la réalisation des oeuvres par les réseaux de vie utilise justement ces trois interdits qui deviennent permis. Nous suivons ici le conseil d'un de notre professeur de Droit : un juriste doit connaître ce qui est permis et surtout ce qui est interdit. Car justement ce qui est interdit a certainement été permis dans le passé et peut servir à nouveau dans le futur. Connaître la raison de l'interdiction d'une règle juridique est aussi connaître la raison pour laquelle il faudra utiliser cette règle pour sortir d'une crise ou d'un conflit. Si la règle permise ne fonctionne plus et provoque des crises, un juriste doit être capable de proposer une autre règle, en principe il suffit de rendre à nouveau permis une règle que le régime politique avait interdit.

Nous sommes ainsi en mesure de définir la culture humaniste des réseaux de vie au niveau de chacun de ses composants : valeurs, normes et modes de vie. Nous montrons au fur et à mesure que l'activité humaine sur ses trois niveaux de réalisation assure l'élimination des conséquences négatives du capitalisme et la mise en place d'une civilisation florissante. Le développement de la culture humaniste représente la première oeuvre des réseaux de vie, celle qui définit le cadre de référence dans lequel se développe les projets qui élèvent le niveau de vie et sont transmis aux générations futures dans le cadre d'un développement durable de la vie sur la planète Terre. 

Les systèmes de pouvoir interdisent également toutes possibilités d'évolution de leurs systèmes sauf les aménagements qui permettent d'augmenter leur domination, notamment vers un gouvernement mondial de la minorité devenue les nouveaux maîtres du monde. Nous avons montré que pour défendre leur pouvoir, leurs dirigeants utilisent les formes d'influence sociale qui leur sont favorables : le conformisme, la normalisation, la soumission librement consentie, la soumission à l'autorité. Par exemple, depuis 1789, toutes les constitutions sont verrouillées par leurs auteurs en France. Aucune ne prévoit comment les institutions peuvent évoluer vers plus de démocratie, ce qui démontre bien que la minorité dirigeante ne veut pas d'un quelconque partage de son pouvoir avec les citoyens. Ce conservatisme plus ou moins virulent repose sur une peur fondamentale, celle de perdre le pouvoir et d'être renversé par des révolutions populaires. Ce qui fut le cas pour tous les changements de constitutions depuis 1789, la constitution de 1958 n'échappant pas à cette règle, à cette tradition républicaine française, puisque ce sont les évènements d'Algérie qui ont permis sa mise en place. Cette tradition républicaine, cette coutume qui est une source de droit, doit être utilisée évidemment pour quitter les systèmes de pouvoir actuels afin de développer nos réseaux de vie. Mais il ne s'agit pas de verrouiller aussitôt les institutions des réseaux de vie, de rendre intangible la culture humaniste au niveau de ses modes de vie et de ses normes, voire de ses valeurs.

Les réseaux de vie, une fois leur culture humaniste définie et mise en oeuvre, doivent s'atteler au développement d'un savoir qui garantit justement cette évolution sereine et opportune des éléments de leur culture. Ce savoir global qui utilise nos deux sources de savoir, la source initiatique et spirituelle ainsi que la source intellectuelle et rationnelle a pour but l'exercice de la mission d'autorité par chaque membre des réseaux de vie. Nous avons défini la mission d'autorité comme la minimisation des violences en nous et autour de nous. Dans le DAS1, nous avons montré quels sont les réseaux qui assurent le développement de la mission d'autorité et particulièrement les réseaux initiatiques. Ces réseaux qui assurent la pratique, ont besoin non pas de théorie mais d'un cadre de  référence, d'un savoir et de connaissances tirés de la complémentarité de nos deux sources de savoir et qui évolue en fonction des apports de chacun. Le développement du savoir global représente la deuxième oeuvre des réseaux de vie. La finalité de cette oeuvre intellectuelle et spirituelle est le mariage des cultures humaines.

La troisième oeuvre sert à protéger, à défendre la culture et le savoir global des réseaux de vie pour garantir leur transmission aux générations futures. Nous savons qu'à la fin, les forces de l'esprit sont toujours vainqueurs sur la puissance des armes, de l'épée jusqu'au canon, bombes, etc. Encore faut-il savoir organiser ces forces de l'esprit qui ont pour finalité la mise des armes sous la garde du sacré, formule pas si hermétique que cela, une fois que nous utilisons justement un savoir global.  Il est question ici du contrôle des armes et des opérations militaires pour éliminer les armes des adversaires. Il est aussi question ici de régler la menace essentielle qui pèse sur les réseaux de vie. Nous avons montré que les organisations en réseaux de vie, au cours de l'histoire humaine, les civilisations les plus florissantes ont toujours été pillées et détruites par d'autres peuple " barbares " même si la plupart des temps ces peuples barbares une fois vainqueurs se sont empressés d'adopter la culture, l'éducation, les connaissances et les moeurs de ces civilisations qui les ont tant attiré. Bertrand Russel s'était avancé dans les années 1950 pour déclarer qu'avec l'arme atomique, enfin les pays riches ne seraient plus pillés par les barbares que l'on pouvait détruire avant qu'ils ne pénètrent dans les pays riches. Nous connaissons la controverse qui s'en est suivi avec Albert Einstein. Nous connaissons aussi le conflit interne au mouvement bénédiction après son développement en Europe : une fois l'organisation monastique mis en place depuis Cluny, son succès et les richesses gérées ont été la cause d'excès et de déviance. En réaction, les bénédictins les plus religieux ont choisi de développer leurs propres abbayes depuis Cîteaux et ce mouvement bien plus radicale et théocratique dans l'utilisation de la voie initiatrice mystique, soutint avec force les entreprises des papes de Rome pour éliminer les mouvements spirituels contraires aux dogmes catholiques. Bernard de Clairvaux décida de créer son propre ordre de moine soldat, l'ordre du Temple, justement pour mener des politiques économiques, sociales et culturelles défendues par sa propre armée. Les cisterciens ont soutenu les croisades et l'Inquisition menée par les "chiens de Dieu " alors que les Templiers ont refusé de s'y associer. Cette troisième oeuvre pour défendre les réseaux de vie s'appuie donc étroitement sur la culture humaniste et sur le savoir global. Nous avons montré que cette manière de garantir la paix fut enseigné par les templiers aux Nations Iroquoises établies dans la baie du Saint Laurent lorsqu'ils installèrent à cet endroit un camp de base pour accueillir les expéditions qui avaient traversé l'Atlantique et qui poursuivaient leurs voyages vers l'Amérique centrale et les Andes.

 Quitter les systèmes de pouvoir économique, le capitalisme, théocratique, les monarchies et les états théocratiques qui organisent le fanatisme religieux, militaire, les dictatures militaires et policières, ne signifie dans pas se perdre dans des aventures folkloriques, risquées et utopiques. Le chemin est simple : exactement à l'opposé du chemin suivi par les systèmes de pouvoir.  Un peu comme le soleil qui se levait à l'ouest et qui depuis le dernier grand cataclysme se couche maintenant à l'ouest. Sur le plan intellectuel, il s'agit d'un changement de paradigme. En utilisant nos deux sources de savoir, nous allons au delà des paradigmes intellectuels, nous retrouvons nos raisons de vivre qui sont les mêmes que les raisons de mourir pour notre corps charnel humain.

 

« Il s'agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous les jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n'ont été réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement préoccupés de favoriser l'efficacité de l'économie, ni par les socialistes justement attachés à l'équité de la distribution des revenus… Les uns et les autres n'ont cessé d'être aveuglés par la répétition incessante de toutes parts de pseudo vérités et par des préjugés erronés. » Maurice Allais, prix Nobel d'économie.

 "Nous avons à réaliser maintenant le plus beau défi que notre humanité ait jamais eu à relever au cours de son histoire: arrêter nos propres programmes d'autodestruction, et transformer la société par une évolution de l'art de vivre..." Mahatma GANDHI.

 

pour lire la suite  :  I Les valeurs de la culture humaniste.

 

La conception de la monnaie 

dans les deux cultures qui s'affrontent depuis le développement industriel.

 

Plan de la Partie 4 : les réseaux citoyens de vie

la déclaration des droits à la vie sociale pour les êtres humains

les réseaux citoyens : présentation générale

premier domaine d'activités stratégiques : le travail indispensable à la vie.

les réseaux qui développent la mission d'autorité, le niveau de confiance  et la minimisation des violences en utilisant la première source de savoir spirituelle : 

le réseau initiatique

le réseau de prévention et de lutte contre les violences

le réseau d'éducation à la citoyenneté et à la vie en groupe

le centre de gestion des réseaux d'autorité

les réseaux de production et de distribution des richesses matérielles et intellectuelles en utilisant la seconde source de savoir intellectuelle :

I) le cercle vertueux et les biens communs

II) la production des biens indispensables à la vie

III ) l'organisation d'un groupe de production de richesses

le centre de gestion des réseaux de production des richesses

le conseil de l'action politique des réseaux de production et de distribution

second domaine d'activités stratégiques : la réalisation d' oeuvres durables

la réalisation des oeuvres, présentation générale

1ère partie : l' oeuvre politique, économique et sociale.

Les 3 oeuvres développées par les réseaux de vie

1ère oeuvre : la culture humaniste

les valeurs 

1ère oeuvre : la culture humaniste, les normes 

I la complémentarité entre les 3 formes de propriété, les Biens communs

II la Monnaie pleine au service des réseaux de vie

1ère oeuvre : la culture humaniste

les modes de vie 

2ème oeuvre : le savoir global

à partir de nos deux sources de connaissance.

3ème oeuvre : la défense de la culture humaniste

les forces de l'esprit contrôlent la puissance des armes pour la transmission des oeuvres humanistes aux générations futures.

troisième domaine d'activités stratégiques : l'action politique

   
 
   
 

 

les ressources disponibles pour la mise en place de nos réseaux citoyens de vie

ressources en économie, société, droit, politique

de l'assurance à la solidarité

travail-oeuvre-action politique

Évolution culturelle ou culture de la révolution

L’éducation et la formation: pas dans un système de pouvoir mais dans un réseau de compétences

La perception du travail, depuis 1789

les biens communs

les ressources pour l'utilisation de la première source de savoir: la source personnelle et initiatique

la vie après la vie, le livre du Dr Moody

Les quatre situation pour connaître l'illumination et la rencontre surnaturelle

l'extase amoureuse

Colloque sur l'Expérience de Mort Imminente

DOSSIER France 3 sur le colloque du 17 juin 2006 à Martigues

La première rencontre et décorporation

SHAMBHALA, le rite de Kâlachakra

une technique de décorporation

la seconde décorporation

le développement spirituel

la troisième décorporation

TIAHUANACO, 10 000 ans d'énigmes incas, les dessins rupestres des Andes

Les traductions de la rencontre surnaturelle et des

 

le plan du site     la monnaie pleine    bibliothèque    accueil