fileane.com

Mahomet, le messager

VI le mouvement musulman

 (Partie 3 : l'histoire des conflits entre les organisations en réseau et les systèmes de pouvoir)

 

Vers l’an 600, en Arabie et au Moyen-Orient, se développe le mouvement musulman à partir du message de Mahomet qu’il dit recevoir de l’ange Gabriel. L’histoire de ce messager est davantage connu sur le plan humain et par la suite, les dirigeants de la religion musulmane n’ont pas cherché à nier sa condition humaine pour l’intégrer dans une trinité divine comme les dogmes des papes chrétiens l’ont fait pour le personnage de Jésus. Mohamed lors de ses voyages avec ses caravanes en Palestine a été en contact avec des chrétiens, des juifs, des sectes chrétiennes qui refusaient la divinité de Jésus et il avait compris que les mœurs et les religions des tribus arabes étaient des freins au progrès et à la paix. Son message qui est très proche du message chrétien au départ fera qu’il sera chassé de sa ville natale de la Mecque et il devra se réfugier à Médine. C’est par l’emploi des armes qu’il prit le pouvoir dans la région pour instaurer des règles nouvelles. Mohamed est un initié qui pratique la démarche spirituelle avec des retraites dans une grotte jusqu’à trouver un dialogue avec une présence du monde supérieur. Au contraire de la religion catholique qui interdit la démarche initiatique individuelle, la religion musulmane reste largement un mouvement spirituel qui accepte la démarche initiatique individuelle à travers des communautés qui pratiquent le soufisme ou d’autres approches pour trouver la baraka. Mais cette dispersion des mouvements spirituels n’a pas empêché le développement d’une ou plusieurs théocraties musulmanes avec leurs dogmes aussi fallacieux que ceux des papes de Rome et des pratiques fanatiques tout autant criminelles que celles cautionnées par les papes. Les règles mises en place par Mohamed constituent un progrès pour son peuple : interdire d’ensevelir vivante sa fille dans le sable du désert, prendre comme épouse la veuve ou une femme afin de lui épargner l’esclavage, racheter les esclaves pour leur accorder la liberté, limiter l’usage de l’alcool qui sous le soleil de ces régions détruit rapidement un être humain, de même écarter la viande de porc que les échanges commerciaux vers l’extrême-orient et l’Asie peuvent apporter en Arabie car les conditions climatiques ne se prêtent pas à la conservation de cette viande qui transporte facilement des virus et des bactéries capables de déclencher des épidémies dévastatrices ( la peste au moyen-âge viendra en Europe par des bateaux venus depuis l’Asie Mineure et l’Extrême-orient ). Ces règles, notamment celles qui portent l’amélioration des conditions sanitaires de vie sont les mêmes que celles développées dans les monastères et les abbayes chrétiens, mais devant le peu de message spirituel nouveau et différent du message chrétien, la plupart des dirigeants du mouvement musulman vont transformer la nature de ces règles sur l'amélioration des conditions de vie matérielles et sanitaires pour en faire des dogmes capables de légitimer un système de pouvoir religieux qui utilisera constamment un système de pouvoir militaire pour s’étendre à travers le monde. Ils utiliseront l’exemple des chrétiens qui se sont alliés au pouvoir des empereurs romains d’occident et d’orient puis plus tard les guerres de conquêtes coloniales pour lesquelles, les papes donneront l’autorisation de mener des génocides dans les Andes et en Amérique centrale afin de défendre les dogmes de l’église.

Le système de pouvoir religieux catholique romain va porter son effort sur la construction de dogmes religieux qui n’ont pour la plupart aucune relation avec un enseignement spirituel. Le système de pouvoir religieux musulman ne va pas tomber dans le même piège que le système religieux catholique romain mais il va se concentrer sur des règles et des modes de vie qui ont été utiles au temps de Mohamed. Cependant ces règles et ces modes de vie ont été transformées dans une tradition aussi invariable que les dogmes de l'église de Rome et cette tradition, également, n’a aucune relation avec un enseignement spirituel universel capable de franchir les siècles. Ces modes de vie sont plus proches du fonctionnement des organisations en réseau du mouvement bénédictin que des préceptes de vie recommandées par le Bouddha, Confucius, Lao-Tseu, sans parler des rites initiatiques des temples égyptiens détruits à l'époque de Mohamed, pour suivre une démarche spirituelle capable d’atteindre le samadhi, l’illumination qui éclaire l’évolution d’un être humain. Il est évident que le développement d’un système de pouvoir religieux s’accompagne inéluctablement d’un appauvrissement ou d’une perte de la spiritualité, d’un manque de savoir provenant de la première source de savoir qui est interdite. Il est tout aussi évident qu’un mouvement spirituel qui se désintéresse de l’organisation de la société sur le plan politique, économique et social pour se réfugier dans la compassion envers les êtres humains prisonniers de leur condition humaine dans l’attente de leur libération et accession à leur dimension d’éternité, n’est pas capable d’assurer le développement de la paix et d’un meilleur niveau de vie pour les populations en venant éliminer les dirigeants des systèmes de pouvoir et leurs entreprises despotiques au service de leurs intérêts personnels. Comme le système de pouvoir théocratique catholique, le mouvement musulman sera dominé par un système de pouvoir théocratique musulman qui devra s'allier lui aussi à des systèmes de pouvoirs militaires dirigés par des rois et des seigneurs de guerre toujours en quête de nouvelles victoires pour étendre leur domination sur les peuples.

 Nous allons y venir car les guerres furent nombreuses de part et d’autre pour défendre et étendre ces deux systèmes de pouvoir religieux.

 lire la suite

Plan de la Partie 3 : l'histoire des conflits entre les organisations en réseau et les systèmes de pouvoir

l'antagonisme entre les deux logiques

après le dernier grand cataclysme, les premiers empires et systèmes de pouvoir

le monothéisme, le mouvement chrétien, le système de pouvoir théocratique de la papauté de Rome

le mouvement musulman

le mouvement cénobite et les ordres monastiques

les templiers

les malheurs qui ont suivi la destruction de l'ordre du Temple

la guerre de cent ans, l'intervention de Jeanne d'Arc

la renaissance et la conquête des Amériques, Christophe Colomb

le mouvement protestant

 le système de pouvoir économique capitaliste

l'histoires des richesses, tableau récapitulatif

les ressources disponibles pour approfondir l'histoire des conflits

l'histoire du droit de propriété et des richesses

les flibustiers

le traité de Tordesillas

lire les épisodes du roman "D'Eleusis à Dendérah, l'évolution interdite" qui présente l'histoire de ces conflits entre les organisations en réseaux et les systèmes de pouvoir

la conférence de Nancy :    épisode 12       épisode 13

     

 

le plan du site

accueil