LES MARCHES FINANCIERS, LES BANQUES ET LA CRISE ACTUELLE

 

Peut-on encore enseigner l'économie depuis le crise ? Le titre de cet article de Marianne (n° 809 du 20 - 26 octobre 2012) montre que les cours d'économie n'ont pas changé dans les masters d'éco et de finance, dans les grandes écoles de commerce et les futures élites de la nation récitent les mêmes cours - ou presque. La doctrine libérale se poursuit dans la conformisme de la pensée unique à l'abri des murs épais de l'ignorance des intellectuels de salons et d'amphithéâtres estudiantins ou lycéens. Sur fileane.com, Gérard, membre de l'équipe qui anime ce site et également professeur en économie, management, marketing et gestion, communication, etc., publie cette page qui reprend un travail mené avec ses étudiants. Ceci pour montrer qu'il n'est pas si difficile de comprendre la crise et les manœuvres de l'oligarchie financière qui domine le monde.

La lecture de deux revues de presse fait l'objet de 10 questions de contrôle de lecture et dans une deuxième partie, 2 thèmes de réflexion sont proposés. L'idée principale reprend la citation de Roosevelt arrivé au pouvoir en 1933 pour sortir son pays de la crise de 1929 : rien n'arrive jamais par hasard, il y a toujours des dirigeants, des décideurs qui ont agit pour que ce résultat arrive et ce résultat sert leurs intérêts s'il ne sert pas les nôtres. Nous sommes ici au croisement de deux utilisations de l'économie : les sciences économiques et sociales qui s'ingénient à défendre des théories et des modèles qui n'ont pas fonctionné avec force utilisation de mathématiques et de statistiques (et la crise de 2007 provient bien de l'utilisation abusive d'un modèle statistique pour sécuriser les crédits dérivés qui permettent de multiplier les crédits avec un minimum de capitaux en réserve) et d'autre part les gestionnaires, les enseignants en économie gestion et les managers qui utilisent toute nouvelle technologie qui se présente pour adapter leur recherche de la maximisation de ses profits, l'enseigner, la dénoncer et proposer d'autres perspectives économiques pour un développement durable. Les décideurs n'utilisent que les théories économiques qui leur conviennent même si elles sont fausses, pourvu qu'ils arrivent à créer un conformisme sinon une soumission à l'autorité ou tout simplement pourvu qu'ils laissent l'opinion publique et les élèves dans l'ignorance de leurs entreprises prolifiques et criminelles. Cette page web fait partie du travail de facilitation sociale que développe fileane.com dans le but de manager le contre-pouvoir capable de nous amener à quitter nos systèmes de pouvoir pour développer à nouveau des organisations en réseaux citoyens de vie.

Nous parlons de contre-pouvoir pour changer de régime politique. La plupart du temps, les dirigeants de ce système de pouvoir libéral et les enseignants qui diffusent encore la doctrine libérale parlent de la théorie du complot pour écarter celles et ceux qui soulignent les faits, les dates, les noms des décideurs qui interviennent pour spéculer, organiser les crises ou les guerres, mettre en place une banque centrale privée pour soumettre un pays à l'argent-dette. Vu depuis leur côté, effectivement, celles et ceux qui dénoncent leurs agissements, leur dictature financière et leurs crimes, sont bien des opposants qui au minimum complotent contre leur système de pouvoir. Mais ces dirigeants refusent toute allégation à un moindre complot de leur part pour accaparer les richesses produites par le travail des autres. Les enseignants qui diffusent la doctrine libérale sont aussi en principe les premiers à enseigner la théorie du complot à leurs élèves afin de conforter leur fameuse affirmation : il n'y a pas d'autres alternative. Ce sont des non consommateurs absolus de fileane.com et ils refuseront longtemps encore de comprendre que les civilisations florissantes ont été construites en réseaux. Nous dénonçons le complot, les crises et la stratégie des dirigeants de nos systèmes de pouvoir mais nous préférons travailler à la remise en place de nos organisations en réseaux citoyens de vie.

 

Les deux revues de presse et le corrigé du travail sont à télécharger dans ce dossier

 

Revue de presse

 sommaire :

  page
L’histoire des marchés financiers et des banques : liens avec des sites web  1
La crise de la dette et la spéculation : lien avec la video de la conférence de Genève en 2011 1
La naissance de la Banque de France en 1800 sous Napoléon  2
737 maîtres du monde contrôlent 80% de la valeur des entreprises mondiales  4
le cartel de la Réserve Fédérale : les 8 familles  5
Comment les banquiers sont parvenus à contrôler les États-Unis  9
Les victimes américaines de la crise des subprimes depuis 2007  14
La Réserve Fédérale des États-Unis  15
Pour tout comprendre des crédits toxiques  16
Blythe Masters, chronique d’une apocalypse financière annoncée  19
La séparation des marchés financiers, le Glass-Steagall Act  21
Lyndon LaRouche s’exprime sur la chute imminente du système financier  22
Les banquiers ont pris possession de l’ Europe : Goldman Sachs a pris le pouvoir  23
Après-guerre, l’ Allemagne n’a pas remboursé toutes ses dettes  26

LES CRISES FINANCIÈRES

Revue de presse

  page
La crise financière de 1354 , la lutte entre Florence et Venise  1
La crise financière de 1929  2
En 1929, les banquiers qui contrôlent la FED organisent un coup d’état économique en créant de toutes pièces un effondrement de la bourse  2
la guerre oubliée de l’Amérique contre les banques centrales  3
Le secret de la réorganisation bancaire de Franklin Delano Roosevelt  3
En 1931, Moody’s conduisait déjà la Grèce au chaos  4
La crise financière de 2007  5
La crise, moteur du capitalisme 5
Comment les banquiers ont volé et volent le monde  6
Les capitaux fuient la France  9
Le plus grand hold-up de l’histoire  10
Les hedges funds sont le trou noir de la finance mondiale  12
Des opérateurs puissants et discrets qui restent à réguler  13
La spéculation des hedges funds sur les dettes publiques  15
Les hedges funds américains spéculent sur une baisse de l’euro  15
L’accord secret des spéculateurs pour parier contre l’euro  16
Les requins nagent à présent vers l’Espagne  18
La police tire sur une manifestation en Espagne : 76 blessés  21
Les fonds d’investissement, nouveaux maîtres du capitalisme mondial  22
Un dîner de malfrats (pour mettre les Européens à genoux…)  25
S’affranchir des banques  28
Ressources video  29

 

Études de documents

 Thème : la création monétaire, les marchés financiers, les crises financières

 1ère partie : Questions de contrôle de lecture

à partir des 2 polycopies « revue de presse » et des liens hypertexte vers des sites web (textes ou video), vous répondez aux questions suivantes ( 3 à 5 lignes par réponse) :

1) lors de l’indépendance des États-Unis d’ Amérique, Benjamin Franklin et Thomas Jefferson étaient-ils d’accord ou en désaccord sur la manière d’organiser la création monétaire dans leur nouveau pays ?

2) après la mort de Benjamin Franklin, en 1790, les idées de Jefferson sur les banques ont-elles été appliquées dans la constitution américaine ? Pourquoi ?

3) que s’est-il passé en novembre 1910 sur l’île de Jekill dans la propriété de J.P Morgan ?

4) A combien passa la fortune de Joe Kennedy ( le père de John et de ses frères) entre 1929 et 1935 ?

5) Quelle est la cause la plus certaine de l’assassinat de John Kennedy à Dallas le 22 novembre 1963 ? Qu’avait-il pu comprendre à travers l’exemple de l’enrichissement de son père ?

6) En 2010, combien les spéculateurs empruntent-ils pour « jouer un effet de levier » et amplifier les chances de gains ou de pertes à travers leurs spéculations contre l’euro ?

7) Pourquoi jusqu’à présent l’euro est restée une monnaie forte et la spéculation des hedges funds anglo-saxon est restée vaine au point que ces hedges funds ont du s’attaquer depuis aux dettes souveraines des pays européens, à commencer par la dette des pays du sud de l’union européenne ?

 8) Comment fonctionne la fameuse technique du L.B.O. (leverage buy out) ?

 9) Quelle est la date du dîner de malfrats ou du dîner des chevaliers de l’Apocalypse où 5 dirigeants de hedges funds de Wall Street ont décidé d’attaquer l’euro et la dette de la Grèce ?

 10) Comment se nomme la femme qui en 1999, a tenté de freiner l’utilisation des crédits dérivés mis au point par Blythe Masters et son équipe de la J.P Morgan ? A l’aide d’une recherche rapide avec le moteur de recherche Google, indiquez sa fonction en 1999 et indiquez les mots clés que vous avez utilisés pour trouver cette information.

 

 2ème partie : entraînement au raisonnement et au développement structuré

exercice 1 :

à partir des deux documents suivants, vous établissez une relation entre ces deux phénomènes économiques propres au système économique libéral actuel et vous identifiez le rôle majeur de l’agent économique chargé de maintenir cette relation pour éviter l’explosion sociale. Vous structurez votre raisonnement à l’aide de quelques arguments présentés brièvement ( 3 à 5 lignes par arguments).

 Document 1 :

 En 1933, Albert Einstein expliquait déjà que la mauvaise utilisation des gains de productivité des années 1910 - 1925 (Ford et Taylor) était la cause fondamentale de la crise : « cette crise est singulièrement différente des crises précédentes. Parce qu'elle dépend des circonstances radicalement nouvelles conditionnées par le fulgurant progrès des méthodes de production. Pour la production de la totalité des biens de consommation nécessaire à la vie, seule une fraction de la main-d'oeuvre disponible devient indispensable. Or, dans ce type d'économie libérale, cette évidence détermine forcément un chômage (...).

 Ce même progrès technique qui pourrait libérer les hommes d'une grande partie du travail nécessaire à leur vie est le responsable de la catastrophe actuelle. » Écrivait Einstein avant de demander une « baisse de la durée légale du travail ».

 Voilà la principale explication du chômage et de la précarité qui ronge nos sociétés depuis 30 ans, voilà donc la cause fondamentale de la crise qui a éclaté depuis cinq ans : notre incapacité collective à gérer des gains de productivités colossaux. Car ces gains sont vraiment considérables : entre-temps, l'économie française produit 76 % de plus avec 10 % de travail en moins. Or, dans le même temps, grâce au baby-boom et grâce au travail des femmes, la population active disponible passait de 22,3 à 27,2 millions de personnes.

 Du fait des gains de productivité, l'économie a besoin de 10 % de travail en moins mais, dans le même temps, le nombre de personnes disponibles a augmenté de 23 % ! Un écart de 33 % s'est donc creusé entre l'offre et la demande de travail.

 Source : collectif Roosevelt 2012, proposition 13, janvier 2012.

 Document 2

le rapport du député UMP Gilles Carrez publié le 5 juillet 2010 montre que si on annulait l'ensemble des baisses d'impôts votées depuis 2000, l'État aurait chaque année 100 milliards de plus dans ses caisses. Si nous revenions simplement à la fiscalité qui existait en 2000 (nul de la jugeait confiscatoire), notre déficit se transformerait en excédent !

Quand Roosevelt arrive au pouvoir, le taux d'impôt applicable aux citoyens les plus riches était de 25 %. Roosevelt décide de le porter immédiatement à 63 % puis à 79 %. « Pendant près de 50 ans, jusqu'à l'arrivée de Ronald Reagan, explique Thomas Piketty, le taux supérieur de l'impôt ne descendit jamais au-dessous de 70 %. » Et l'économie américaine a très bien fonctionné pendant ces 50 années. Elle a fonctionné sans avoir besoin de s'endetter…

Si on crée un impôt européen et si on annule ne serait-ce que la moitié des baisses d'impôts votées depuis 10 ans, notre déficit public n'est plus que de 25 milliards. À peine 1,2 % du PIB. Et si dans le même temps, on diminue le coût de notre vieille dette (45 milliards prévus en 2012), nous ne sommes plus très loin de l'équilibre...

 Source : collectif Roosevelt 2012, proposition 2, janvier 2012. 

Exercice 2

 Après avoir mené une rapide recherche documentaire avec les mots clé suivants :

vous établissez une relation possible sinon probable entre ce phénomène lié à notre planète et la multiplication des crises financières provoquées par l’oligarchie financière anglo-saxonne avec ses banques centrales privées, ses fonds spéculatifs… sachant que ces dirigeants connaissent bien cette menace sur la vie de notre planète. A quelle attitude tout ceci peut-il les conduire ? Tirez en une brève conclusion capable de défendre votre intérêt personnel.

 

Complément de ressources pour sortir de la crise financière : 

Un ex-agent de la CIA explique comment se débarrasser de l'Élite et de leur système

https://www.youtube.com/watch?v=9u41AvdCK5M

les ateliers constituants, initiative d'Etienne Chouard, compte-rendu du groupe de Nancy

http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Atelier_d%C3%A9mocratique_%C3%A0_Max%C3%A9ville_%2854%29

Victoria Grant, 12 ans, explique la fraude du système bancaire canadien

https://www.youtube.com/watch?v=OczQOkvqLgA

 

Citations en guise de conclusion

 

« Laissez moi décider et contrôler la régulation de la masse monétaire d'une nation, et je me fiche de ce qui fait les lois. » Mayer Amschel Rothschild, fondateur de la dynastie de banquiers du même nom.

" Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout. Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation" . Thomas Jefferson

“Le peuple est le seul sur lequel nous puissions compter pour préserver notre liberté.” Thomas Jefferson, 3ème président des États-Unis

" Dans son essence, la création de monnaie ex nihilo actuelle par le système bancaire est identique à la création de monnaie par des faux-monnayeurs. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents ". Maurice ALLAIS, prix Nobel d’économie.

 « le travail précède le capital. Le capital est seulement le fruit du travail et il n’aurait jamais pu exister si le monde du travail n’avait tout d’abord existé. Le travail est supérieur au capital et mérite donc une plus grande considération (…). Dans la situation actuelle, c’est le capital qui détient tout le pouvoir et il faut renverser ce déséquilibre ». Abraham Lincoln 

 

« Je crains que les banquiers étrangers ne dominent entièrement l’abondante richesse de l’Amérique […]ils n’hésiteront pas à précipiter les États chrétiens dans les guerres et le chaos, afin de devenir les héritiers de la terre entière » Otto Von Bismark, Chancelier de Prusse, suite à l’assassinat de Lincoln :

"Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin". HENRY FORD 

"Si l'on permet aux orgies de spéculations de s'étendre, la crise qui en viendra n'affectera clairement pas seulement les spéculateurs eux-mêmes, mais prendra le pays entier dans une dépression générale." Paul Warburg, mars 1929.

« Le crash de 1929 n’a rien eu d’accidentel. C’est un événement soigneusement planifié. Les Banquiers internationaux ont cherché à engendrer ici une condition désespérée, de façon à devenir nos maîtres à tous ». Louis T. McFadden, Chairman of the House Banking and Currency Committee, 1933.

 « Nous aurons un gouvernement mondial, qu’on le veuille ou non. Reste à savoir si le gouvernement mondial sera établi par consentement ou par conquête. »   James Paul Warburg, 17 février 1950, au Conseil des Relations Internationales des États-Unis.

« Le problème principal, c'est celui de la croissance de la population. (...) ll n'y a que deux manières d'éviter un monde de 10 milliards d'individus. Ou l'on fait baisser rapidement les chiffres actuels de la natalité, ou l'on fait augmenter les chiffres de la mortalité. »Robert McNamara, ancien ministre de la Défense et ancien président de la Banque mondiale, en 1980.

« La monnaie est un lien entre le présent et l’avenir » John – Maynard Keynes (1930), KEYNES lui-même nous mettait en garde : "Le capitalisme, c'est la croyance stupéfiante selon laquelle les pires hommes vont faire les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde" (années 30)

« J’ai de la sympathie pour ceux qui veulent minimiser plutôt que maximiser l’imbrication économique entre les nations. Les idées, la connaissance, l’art, l’hospitalité, les voyages : autant de choses qui sont, par nature, internationales. Mais que les marchandises soient de fabrication nationale chaque fois que c’est possible et commode. Et, surtout, que la finance soit avant tout nationale » John – Maynard Keynes. Cité par Herman E. Daly, ancien économiste en chef au département de l’environnement de la Banque mondiale, dans un article lumineux sur les méfaits du libre- échange : « The perils of free trade », Scientific American, novembre 1993.

John Maynard Keynes dans sa Théorie générale, «les esprits pratiques, qui se croient totalement à l’abri de toute influence intellectuelle, sont généralement les esclaves de quelque économiste défunt».

«Une vérité nouvelle, en science, n’arrive jamais à triompher en convainquant les adversaires et en les amenant à voir la lumière, mais plutôt parce que finalement ces adversaires meurent et qu’une nouvelle génération grandit à qui cette vérité est familière» Max Planck, Autobiographie scientifique, 1960, pp. 84–85.

 AL CAPONE: "Le capitalisme est le racket légitime organisé par la classe dominante" (années 30).

JOSEPH SCHUMPETER: "Le capitalisme peut-il survivre ? Non, je ne crois pas qu'il le puisse" (1947)

FRANÇOIS PERROUX: "Le capitalisme n'a cure de la morale" (1948).

"Le capitalisme s’adresse à des enfants dont l’insatiabilité, le désir de consommer sans trêve vont de pair avec la négation de la mort. C’est pourquoi il est morbide. Le désir fou d’argent, qui n’est qu’un désir d'allonger du temps, est enfantin et nuisible. Il nous fait oublier le vrai désir, le seul désir adorable, le désir d’amour. " B. Maris - Houellebecq économiste

"La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l'amour de leur servitude" Aldous Huxley.

« Après 1981, je demandais à François Mitterrand : - pourquoi maintenant que tu en as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais promis ? Il me répondait qu'il n'avait pas le pouvoir d'affronter la Banque Mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu'il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir. J'appris ainsi qu'être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J'ai vécu l'expérience directement durant 14 ans. En France, on élit, et les élus font des lois qu'ils n'ont jamais proposées et dont nous n'avons jamais voulu. La France est-elle une démocratie ? Une puissance mondiale ? Je le dis en tant que Française : cela ne veut rien dire. » Danielle Mitterrand.

  «la défaite [de la révolution prolétarienne] vouerait la société à une longue période de barbarie et [...] cette alternative est condensée dans ce moment historique que sera la Troisième et dernière Guerre mondiale» [Cornelius Castoriadis, "Capitalisme moderne et révolution I", Paris, éditions 10/18, 1979, p. 345].

«Je ne sais pas quelles armes seront utilisées pour la troisième guerre mondiale, si elle a lieu. Mais la quatrième se règlera à coups de massues» [Albert Einstein].

" Le monde est dangereux à vivre non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ". - A. Einstein

" Croyez moi, ne craignez pas les fripons ni les méchants, tôt ou tard ils se démasquent. Craignez l'honnête homme qui se trompe ; il est de bonne foi avec lui-même, il veut le bien et tout le monde s'y fie ; mais, malheureusement, il se trompe sur les moyens de le procurer aux hommes." Fernandino Galiani, économiste italien, 1770.

" Et quel que soit le mal que puissent faire les méchants : le mal que font les bons est le plus nuisible des maux." Friedrich Nietzsche, 1885.

" L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »" Friedrich Nietzsche

" Parfois les gens ne veulent pas entendre la vérité, parce qu'ils ne veulent pas que leurs illusions se détruisent ". Friedrich Nietzsche

" Les grands hommes appellent honte le fait de perdre et non celui de tromper pour gagner. " Machiavel Nicolas (1469-1527) Florence - Italie.

" Il est aussi dans l'intérêt d'un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu'il soit si occupé à ses tâches quotidiennes qu'il n'ait pas le temps pour la rébellion." Aristote.

" Le chemin d'Auschwitz fut construit par la haine, mais pavé d'indifférence " Ian Kershaw

“Bien informés les hommes sont des citoyens, mal informés ils deviennent des sujets.” Alfred Sauvy.

"En général, tout pouvoir, de quelque nature qu'il soit, en quelques mains qu'il ait été remis, de quelque manière qu'il ait été conféré, est naturellement ennemi des lumières. On le verra quelque fois flatter les talents, s'ils s'abaissent à devenir les instruments de ses projets ou de sa vanité : mais tout homme qui fera profession de chercher la vérité et de la dire, sera toujours odieux à celui qui exercera l'autorité." Condorcet.

" La vérité appartient à ceux qui la cherchent et non à ceux qui la prétendent détenir "  Condorcet.

« La première victime d’une guerre, c’est la vérité. » Rudyard Kipling.

 " Un homme conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix mille individus endormis et soumis ". Mahatma Gandhi.

" La non-violence suppose avant tout que l’homme soit capable de se défendre " est une pensée peu connue du Mahatma Gandhi (1869-1948)

" D'abord ils nous ignorent, ensuite ils se moquent de nous, puis ils nous combattent, et enfin nous gagnons! " Mahatma Gandhi (1869-1948)

" La vraie démocratie ne viendra pas de la prise du pouvoir par quelques uns mais du pouvoir que tous auront de s'opposer aux abus du pouvoir " Mahatma Gandhi.

" Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. "  Mahatma Gandhi.

" Ce que tu penses tu le deviens, ce que tu ressens tu l'attires, ce que tu imagines tu le crées " Bouddha.

" Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire " Confucius (551 av JC, 479 av JC).

"Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence." Arthur Schopenhauer.

«J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre». Nelson Mandela

«La tyrannie d'un prince dans une oligarchie n'est pas aussi dangereuse que l'est l'apathie des citoyens dans une démocratie», Montesquieu (1689-1755)

" Le secret d'une autorité, quelle qu'elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu'ils sont coupables". Raoul Vaneigem.

« Si nous comprenons les mécanismes et les motivations de la pensée de groupe, ne pouvons-nous pas contrôler et enrégimenter les masses selon notre volonté, sans qu’elles ne s’en doutent ? La pratique récente de la propagande a prouvé que c’était possible, du moins jusqu’à un certain point ».Edward Bernays, Propaganda, 1928.

« Le peuple est le même partout. Quand on dore ses fers, il ne hait pas la servitude. » Napoléon Bonaparte

" Il est incroyable de voir comme le peuple, dès qu'il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté qu'il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : il sert si bien, et si volontiers, qu'on dirait à le voir qu'il n'a pas seulement perdu sa liberté mais aussi gagné sa servitude."  La BOETIE, Discours de la servitude volontaire, 1576.

" Dans ce monde il n'y a que deux forces, le glaive et l'esprit. A la longue l'esprit a toujours vaincu le glaive"  Napoléon Bonaparte.

«Le plus excellent symbole du peuple c'est le pavé: on lui marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête !» Victor Hugo, Choses vues

" Ne dites jamais aux gens ce qu'ils doivent faire. Demandez-leur plutôt ce qu'il faudrait faire. Leur ingéniosité vous surprendra." Général George Smith Patton (1885-1945),

" Rien n'arrive par hasard : chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi !" Franklin. Roosevelt.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

"Ne doutez jamais qu'un petit groupe d'hommes conscients et engagés puisse changer le monde. C'est même de cette manière que cela s'est toujours produit" .Margaret Mead.

" Il y a des hommes qui luttent un jour et ils sont bons, d’autres luttent un an et ils sont meilleurs, il y a ceux qui luttent pendant de nombreuses années et ils sont très bons, mais il y a ceux qui luttent toute leur vie et ceux-là sont les indispensables." Bertolt Brecht.

" la chute n'est pas un échec, l'échec c'est de rester là où on est tombé " Socrate.

" ce sont toujours les plus privilégiés qui ne supportent pas la moindre injustice" Tocqueville

" mais toute puissance sur terre meurt quand l'abus en est trop grand. Il n'est pas de pouvoir qui n'aille à ses limites, puis au delà !" Alfred de Musset

"Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons crée une société qui honore le serviteur et a oublié le don". Albert Einstein

" Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre " Albert Einstein

« Les problèmes du monde ne peuvent pas être résolus par des sceptiques ou des cyniques dont les horizons se limitent à des réalités évidentes. Nous avons besoin d‘êtres capables d’imaginer ce qui n’a jamais existé ». Albert Einstein.

"Nous avons à réaliser maintenant le plus beau défi que notre humanité ait jamais eu à relever au cours de son histoire: arrêter nos propres programmes d'autodestruction , et transformer la société par une évolution de l'art de vivre..." MAHATMA GANDHI

" Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse."- Albert Camus

"we shall overcome someday " Martin Luther King.

«  L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde » Antoine de Saint-Exupéry et cité par Nelson Mandela

"Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes [...] Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire !" Antoine de Saint-Exupéry.

" L'école de demain ne servira plus à approvisionner les généraux en chair à canon ou les chefs d'entreprise en chair à profit ; elle aidera des hommes à se construire eux-mêmes au contact des autres."  Albert Jacquard - 1925-2013 - J'accuse l'économie triomphante - 1995

« La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien ». Edmund Burke (1729-1797)

«Les peuples n'ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur» [Stendhal Henri Beyle]

"Ceux qui ne croient pas à l'impossible sont priés de ne pas décourager ceux qui sont en train de le faire " slogan anonyme.

« Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, mais parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. » Sénèque.

« Il arrive souvent de ne rien obtenir parce que l’on ne tente rien.» Jacques DEVAL.

« On commence par dire : cela est impossible pour se dispenser de le tenter, et cela devient impossible, en effet, parce qu’on ne le tente pas. » Charles FOURIER.

« J’ai fait tous les calculs. Ils confirment l’opinion des spécialistes : notre idée est irréalisable. Il ne nous reste qu’une chose à faire : la réaliser. » Pierre-Georges LATÉCOÈRE.

« Vous devez être le changement que vous voulez voir advenir dans le monde.» GANDHI

« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait ! » Mark TWAIN.

« Les seuls combats perdus d'avance sont ceux que l'on ne mène pas.» Auteur inconnu.

" Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. " Évangile selon Matthieu 10:16

 

Les deux revues de presse et le corrigé du travail sont à télécharger dans ce dossier

 

pour une sortie de crise à travers la démocratie directe locale participative :  la monnaie pleine nous appartient

La déclaration des droits à la vie sociale des êtres humains

les formations disponibles sur ce site      

plan du site    accueil