OVNIS et armes secrètes américaines

 

source : le livre de Jean-Pierre Petit : OVNIS et armes secrètes américaines, chez Albin Michel, février 2003

commander le livre :  ovnis et armes secrètes américaines

le cadre du livre

le point de départ des travaux en MHD

l'univers double

la source de ce savoir

l'antimatière, cœur de la nouvelle technologie spatiale

les dirigeants des armes antimatières

la mission finale : sauver la vie sur Terre

conclusion de l'auteur

 

le cadre du livre :

début 2001, lors d'un congrès sur la propulsion avancée en Angleterre, Jean-Pierre Petit rencontre des spécialistes américains de projets spéciaux et secrets. Il découvre au cours de ses conversations que l'armée américaine, en mettant au point dans le plus grand secret la propulsion MHD ( magnétohydrodynamique ), détient depuis 1980 des torpilles MHD filant à plus de 2000 km/h ainsi qu'un engin hypersonique " Aurora " volant à 10 000 km/h et à 60 km d'altitude. Les russes ont mené ces mêmes recherches mais faute de moyens financiers, ont du les abandonner. Les européens ont négligé et abandonné les recherches en MHD début des années 1970. Jean-Pierre Petit reste l'un des rares spécialistes français en MHD après en avoir été à l'origine.

 

le point de départ des travaux en MHD :

 

il réside dans le fait que les chercheurs américains ont récupéré des épaves d'OVNIS à la fin des années 1940. Ils ont cherché à copier et à fabriquer des engins capables de ces mêmes performances. En jetant le discrédit sur le dossier OVNIS, les américains ont ainsi su protéger leur secret et ne pas répondre aux chercheurs des autres pays alors qu'ils étaient en train de fabriquer des OVNIS selon le savoir humain.

 

l'univers double :

 

nous n'allons pas ici résumer ce livre surtout sur ses aspects techniques et scientifiques. Par contre, bien des points soulevés sont en relation avec notre entreprise sur fileane.com. En particulier l'existence d'un univers double. Nous parlons sur ce site des mondes supérieur et double et les héros du roman vont chercher et obtenir les forces de ces deux mondes. Dans le livre de Jean-Pierre Petit nous restons sur le terrain scientifique.

L'auteur explique les univers jumeaux.  " Cette idée de second univers peuplé de particules possédant des " flèches du temps " opposées au nôtre a été émise pour la première fois en 1967 par Andreï Sakharov. L'idée est que l'univers est double, qu'il possède un jumeau, un second univers d'où la vie est d'ailleurs absente ( n.d.l.r. : voir sur ce point le théorème de Bell qui parvient à la même conclusion ). Il contient de vastes masses "d'hydrogène gémellaire" semblable au nôtre, à la différence près que cet hydrogène là est "rétrochrone" et vit en quelque sorte à "rebrousse-temps". La vitesse de la lumière dans ce second univers devrait être bien plus élevée que dans le nôtre. La question consiste donc à savoir si nous pouvons propulser un engin dans ce second univers. Ceci consiste à faire céder localement l'espace-temps grâce à une concentration puissante d'énergie sur ses atomes. Il est alors possible de concevoir une nef qui commence par émettre des atomes particuliers selon une sorte de bouffée gazeuse puis la nef déchaîne ses " grasers pariétaux" (lasers à rayons gamma). Les atomes en question se gorgent d'énergie et puis, pouf, plus rien. La nef semblerait se dématérialiser pour un observateur situé dans notre univers. Pour protéger le matériel et les hommes, il faut procéder à une opération préalable : aligner les spins des particules en immergeant tous les composants de la nef en un puissant champ magnétique."

la source de ce savoir :

 

Jean-Pierre Petit poursuit sa démonstration en utilisant des connaissances transmises dans des lettres "ummites", c'est à dire envoyées par des extra-terrestres résidant parmi nous et venant de la planète qu'ils appèlent UMMO. Ces lettres donnent des explications scientifiques sur la marche de ces vaisseaux spatiaux inconnus des humains. Cette démonstration provoque la confidence d'un chercheur américain qui dit avoir travaillé sur des dossiers techniques d'épaves d'OVNI récupérées par l'armée américaine. " De telles connaissances sont en priorité utilisées par les militaires afin de développer des armes nouvelles et rien d'autre. Pour protéger ces secrets, les pays utilisent la désinformation afin d'éviter des bouleversements sociaux accompagnés de panique, d'une démobilisation des énergies, d'un refuge massif des populations dans des fondamentalismes religieux. La perte de confiance envers les dirigeants en place qui savaient mais ont organisé la désinformation au niveau mondial, pourrait même conduire rapidement à leur éviction. Actuellement, le problème tient justement dans ce secret qui n'en est plus un mais qui doit être gardé le plus longtemps possible. "

Connaissance et désinformation alimentent donc chez nos dirigeants un vaste mouvement de peur afin d'éliminer des vagues de contestation ou de panique car la finalité des systèmes de pouvoirs civils et religieux qu'ils dirigent, vole en éclat devant les perspectives époustouflantes de ces nouveaux apports de connaissance provenant d'autres êtres vivants venus d'autres planètes et traversant les univers selon des principes physiques que nous avons peine à croire sur Terre. Sur ce site, nous disons que lors de la rencontre, l'initié rencontre d'autres présences pas toutes d'origine humaine et qu'il traverse lui aussi au moins deux sinon trois univers. Ces éléments de connaissance tirés de l'expérience initiatique sont par exemple également contenus dans le rite bouddhique et tibétain de Shambhala. Nous avons aussi montré sur ce site que l'ordre Templier à travers son commerce avec l'empire inca pour amener l'argent et l'établir comme seconde monnaie à côté de l'or, avait pris connaissance et de l'histoire humaine de Jésus et des légendes des Andes qui parlent d'extra-terrestres venus s'établir sur le lac Titicaca et à Tiahuanaco. Ces deux histoires, à travers le peuple de l'Atlantide trouvent leur point commun, les temples d'Égypte dont en premier celui de Dendérah conservant les vestiges de se savoir originel venant d'hommes de la planète bleue, de la Mérica, de Vénus lorsque cette planète a connu un bouleversement de sa navigation céleste et l'a amenée à être trop proche de Soleil pour conserver la vie. Les nazoréens, à l'époque de Jésus, allaient former leurs maîtres spirituels dans les temples d'Égypte comme Moïse l'avait été, comme Pythagore et les savants grecs, comme l'empereur Auguste venait lui aussi d'y être initié. Nous savons comment l'église romaine a combattu ce savoir venu des Amériques et comment elle a couvert le génocide des indiens afin que disparaissent ces connaissances qui venaient contredire et faire voler en éclat les récits douteux de la Bible. Aujourd'hui comme hier, l'introduction de savoirs ne provenant pas de l'esprit humain terrestre risque de provoquer les mêmes conflits qu'hier à partir d'une base religieuse trafiquée de toute pièce pour l'occasion. Il n'est pas évident que le rationalisme scientifique soit en mesure de nous éviter de tels conflits tant il a toujours eu du mal à accepter que les connaissances d'hier soient dépassées par celles d'aujourd'hui et de demain et tant il s'acharne à combattre la source de savoir initiatique pourtant la plus accessible à un être humain pour trouver ses raisons de vivre et de mourir au contact des mystères de la vie.

Jean-Pierre Petit constate que si les États-Unis ont mis au point des technologies très avancées, ils ne semblent détenir aucune donnée propre à déboucher sur une technique de voyage interstellaire. L'auteur français quant à lui se réfère aux lettres ummites et aux connaissances qu'elles apportent sur ces voyages interstellaires

( pour voir le site web : http://www.ummo-sciences.org/ )

l'antimatière, le cœur de la nouvelle technologie spatiale :

 pour une définition de l'antimatière :

 

 

http://cosmosgate.free.fr/antimatiere.html

http://www.cnrs.fr/Cnrspresse/n376a7.htm

 

La discussion qui suit entre l'auteur et ses collègues américains permet de confirmer que " la propulsion MHD a débouché sur la production d'antimatière, la technique de séparation de cette antimatière par triage électromagnétique, et le stockage de cette antimatière dans des bouteilles magnétiques en forme de tore. Cette antimatière permet de développer des systèmes de propulsion fondés sur des accélérateurs MHD avec des vitesses d'éjection de l'ordre de 500 km/s, l'éjection étant du silicium. Ceci permet de construire des vaisseaux spatiaux dont la masse d'énergie est négligeable par rapport au vaisseau alors que dans les fusées conventionnelles, les 9/10 de la masse sont constitués par le propergol.

Une sonde cosmique peut ainsi filer à 100 km/s, tout va dépendre de sa masse. L'armée américaine dispose donc de bombes à antimatière de toutes puissances. Elles sont très simples, elles n'ont pas besoin de détonateurs, elles explosent au contact du sol comme les bombes chimiques. Avec ces bombes, la guerre va redevenir possible car très efficace et très peu chère en matériel et en hommes ( de son armée évidemment ).

ceux qui dirigent ces programmes d'armes antimatières :

 

Le collègue américain de l'auteur expose que le danger ne serait cependant pas si terrible car le réel pouvoir aux États-Unis ne serait pas détenu par qui que l'on croit. " Le dernier étage du magasin avec terrasse ne serait pas habité par les locataires de la Maison Blanche et leur salon ovale mais par des pensionnaires mystérieux habitants dans les tréfonds de l'aire 51. "

Alors quel serait le travail de ces extra-terrestres : participer à la mise au point de bombes phénoménales à antimatière capable de volatiliser les astéroïdes et autres comètes qui menacent la Terre et qui de temps à autres viennent s'écraser sur notre planète et modifient la vie sur Terre.

la mission : sauver la vie sur Terre

 

L'auteur relate que des expériences ont eu lieu : des propulseurs MHD alimentés par de l'antimatière iraient s'écraser sur Jupiter, sur Io et sur Europe pour tester ces armes. Lors de chaque essai, par coïncidence troublante, la sonde Galileo la mieux à même de filmer les impacts de ces bombes, est tombée en panne sans grande explication possible.

La réalité de la menace des astéroïdes et des comètes pour notre Terre se confirme d'année en année au fur et à mesure que nos moyens de détection et de suivi de tout ce qui bouge dans l'espace se perfectionnent. L'auteur expose le cas de l'astéroïde YB5, objet de 300 m de diamètre qui est passé à 830 000 km de la Terre. " Il fut découvert fin décembre 2001 et frôla la Terre le 7 janvier 2002. En 2002, un objet grand comme un terrain de football est passé à 120 000 km de la Terre, il n'a été détecté que 3 jours avant son passage. La collision entre ces objets et notre planète provoque un effet secondaire d'un impact colossal qui a été appelé : l'hiver nucléaire. Les particules envoyées dans la haute atmosphère empêchent les rayons solaires de parvenir au sol ( n.d.l.r. cet hiver nucléaire serait bien évidemment aussi la conséquence d'une guerre nucléaire comprenant l'explosion de plusieurs bombes nucléaires, conséquence qui conduirait également la destruction de la vie du pays à l'origine de la guerre ou du pays vainqueur de cette guerre nucléaire ). Ce phénomène de l'hiver nucléaire a été mis en évidence par Alexandrov, assassiné par la suite à Madrid. " L'auteur à partir de la constatation que la vie sur terre a été modifiée à plusieurs reprises par de telles catastrophes célestes, fonde un scénario de développement multi catastrophe. 

" Les pôles de la Terre se sont inversés à plusieurs reprises. On le sait parce qu'on dispose d'images fossiles du magnétisme de la Terre, figées dans des coulées de lave susceptibles de conserver la trace de ce magnétisme. Personne n'est capable de fournir un modèle crédible de ce qui crée le magnétisme de la Terre. Il se peut que le noyau de la Terre ne soit que le reliquat de celui du noyau de fer de la supernova, très intense. Cette supernova correspond à la fin explosive d'une étoile massive dont il ne subsiste en principe que son noyau de fer. D'autres éléments lors de l'explosion se sont éloignés de ce nouvel ensemble organisé autour du soleil alors que d'autres sont restés plus ou moins captifs de l'attraction de notre système solaire et lorsqu'ils passeraient dans notre système et à proximité de la Terre, à cause de leur champ magnétique, ils pourraient créer des effets considérables. Une comète de métal ( et non plus d'amas de roche et de glace ) pourrait avoir provoqué à plusieurs reprises l'inversion du champ magnétique terrestre ou créer plus facilement des forces nouvelles au sein du noyau de la Terre de manière à provoquer des distorsions importantes de la croûte terrestre : effondrement de continent, raz de marée, élévation de chaînes montagneuses, etc... le tout accompagné d'un phénomène secondaire :l'hiver nucléaire capable par exemple de faire disparaître les dinosaures, des races de géants humains, etc...

Avec ces propulseurs MHD alimentés à l'antimatière et équipés de bombes phénoménales à antimatière, l'humanité pourrait ainsi faire exploser ces astéroïdes et ces comètes avant leur impact avec notre planète. 

conclusion de l'auteur :

 

En 50 ans, les techniciens militaires ont converti " ce savoir venu d'ailleurs " en armes des plus performantes. Les techniciens civils préfèrent s'enfermer dans le scepticisme aveugle et le reste de nos dirigeants, par ignorance, sous couvert de protéger notre défense, nous préparent des bêtises capables de mettre en danger la vie de millions de personnes. En réponse l'auteur explique que dans une lettre " ummite ", cette colonie d'extra-terrestre venant d'UMMO se serait engagée à prendre le pouvoir sur Terre pour empêcher les hommes de détruire eux-mêmes la vie sur notre planète. Ils instaureraient en quelque sorte une dictature du bien dans le cas où ils auraient la certitude que l'homme pourrait disparaître de la Terre...

 

La discussion de ces éléments et d'autres informations du livre est faite dans les étapes : sélection des données, position des alternatives et mesure des risques du schéma de prise de décision qui sert de trame de travail dans nos ateliers sur fileane.com.

voir et acheter le livre : ovnis et armes secrètes américaines

 

d'autres liens avec les crop circles : cercles de blé ou de plantes écrasés mystérieusement, témoignages du passage d'ovni ?

 

documentation non contenue dans le livre mais en relation avec les armes secrètes américaines : 

autre document sur les OVNI capables de neutraliser les missiles atomiques américains

Prenons un autre récit, celui du capitaine Robert Salas, diplômé de l’Air Force Academy.

Il était de service à l’Oscar Flight (groupe surveillant des missiles stratégiques nucléaires) le 16 mars 1967.

A 18 mètres sous terre, il reçu un appel d’un garde de sécurité de surface, lequel observant « des lumières étranges volant sans bruit autour du site  », a fait sortir tous ses hommes, armés, prêts à faire feu…quelques instants après, tous les missiles étaient désactivés sans qu’ils aient pu faire quoi que ce soit pour l’empêcher.

A 90 kilomètres de là, sur un autre site, appelé « Echo Flight », la même situation s’est reproduite, et les dix missiles à tête nucléaire ont tous étés mis « hors d’état de fonctionner ». (Page 216 tome 1)

L’ordre lui a été donné de ne jamais parler de ça à qui que ce soit, famille, équipiers, « même pas entre nous  ».

Il y a mieux.

C’est le professeur Robert Jacobs, professeur dans une grande université aux USA, et officier dans l’Air Force en 1960, qui le raconte.

Lors du lancement d’un missile Atlas, alors que chacun se félicitait de sa réussite, lequel avait été filmé, il fut convoqué dans le bureau du commandant afin de visionner le document.

Sur le document, on voit parfaitement les trois étages se séparer les uns après les autres, puis, grâce au télescope, on voit s’approcher de la tête factice un objet qui émet un faisceau lumineux en direction de celle-ci provocant la chute de celle-ci.

L’objet, les traits de lumière .., la tête étaient en train de grimper directement à travers les couches supérieures de l’atmosphère à environ 110 km d’altitude, évoluant à  20 000 km/h quand cet OVNI les a rejoint, à volé à coté d’eux, et est reparti.

Conclusion du commandant Mansmann qui avait organisé la projection : «  il ne faudra plus jamais que vous reparliez de ça. En ce qui vous concerne  », ajouta-t-il à l’attention de Jacobs, «  tout ça n’est jamais arrivé  ». (Page 233-tome 1)

 

Rendons-nous sur le pont du porte-avion USS John F.Kennedy au cœur de l’été 1971, ou James Kopf travaille en qualité de spécialiste en opération de transmission.

En pleine nuit, les 8 télétypes se sont mis en train d’écrire des messages totalement incohérents.

Un cri venant de l’extérieur « Dieu était là ! C’était la fin du monde  » l’a poussé avec d’autres à se rendre sur la passerelle des transmissions, point le plus élevé du porte-avion.

Une grande sphère lumineuse d’environ 100 mètres de long se tenait au dessus du navire.

« L’objet émettait des pulsations et sa couleur allait d’une sorte de jaune à de l’orangé ».

L’objet est resté stationnaire pendant 5 minutes, et aucun avion n’a été en mesure de décoller : « ils essayaient de faire démarrer ces chasseurs (…) ils étaient hors d’état de fonctionner ».

Tout l’équipage est resté en alerte générale, ou aux poste de combat, pendant à peu près 2 heures.

Quelques jours plus tard, le commandant décida de s’adresser aux 5000 hommes de l’équipage : « j’aimerais rappeler à l’équipage que certains évènements qui ont eu lieu à bord d’un des principaux vaisseaux de combat de la Navy sont considérés comme classés et qu’il ne devra pas en être discuté avec qui que ce soit qui n’aurait pas un droit de savoir ».

Le navire était armé d’engins nucléaires, et le navire s’est retrouvé « électroniquement invalidé  ».

source : http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/meme-si-c-etait-vrai-je-ne-le-128158

 

autre document : LA SOCIETE VRIL

Le premier OVNI allemand vit le jour en juin 1934. C'est sous la direction de Dr W. 0. Schumann que naquit le premier avion circulaire expérimental sur le terrain de la fabrique d'avions Arado à Brandebourg : il s'agissait du RFZ-1.....

Fin 1942, le "HAUNEBU III" était également fin prêt. Son diamètre variait de 26 à 32m, sa hauteur était de 9 à 11m. Il pouvait transporter un équipage de 9 à 20 personnes, Propulsé par un tachyonateur Thulé, il atteignait dans la périphérie terrestre 6.000km/h. Il était apte à se déplacer dans l'espace et avait une autonomie de 55 heures de vol.

Il existait alors déjà des projets pour le grand vaisseau spatial VRIL7 de 120m de diamètre qui devait transporter des compagnies entières. Peu après, on construisit le "HAUNEBU III", exemplaire absolument prestigieux entre tous avec ses 71m de diamètre. Il vola et fut même filmé : il pouvait transporter 32 personnes, son autonomie en vol était de plus de huit semaines et il atteignait une vitesse d'au moins 7.000km/h (et d'après des documents d'archives secrètes des SS, il pouvait atteindre 40.000km/h).

Virgil Armstrong, ex-membre de la CIA et retraité de Green Beret, déclare que les engins volants allemands pendant la Deuxième Guerre pouvaient atterrir et décoller à la verticale et voler en angle droit. Ils atteignaient 3.000km/h et étaient armés de canons laser (probablement le KSK, "canon à rayons forts") qui pouvait traverser une épaisseur de 10 cm de blindage.

Le proresseur J. J. Hurtak, ufologue et auteur de "Die Schlüssel des Enoch" ("Les clefs d'Hénoch"), dit que les allemands étaient en train de construire ce que les Alliés désignaient de "système d'armes miracles". Hurtak eut entre ses mains des documents mentionnant :

source : http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/Lectures/Soci%E9t%E9sSecr%E8tesABC.html#20

 

les armes secrètes, liens avec des sites web sur la NSA, le système Echelon, la guerre économique, les essais de guerre climatique, les armes de l'ombre, le logiciel Promis...

 première partie :  les découvertes de l'univers 

plan du site

accueil

English translation   deutsche Überstezung