fileane.com

l'avancement de la rédaction du site  par Pierre, webmaster de fileane.com

Actualités du 03 avril 2016

 

Après une coupure d'environ un mois et demi, je vais tout doucement me remettre à écrire. Les 10 semaines de la précédente période d'écriture, de début décembre 2015 à la mi-février 2016, ont été particulièrement rudes parce qu’il s’est agit d’avancer en territoire inconnu car interdit par les dirigeants du système de pouvoir actuel. Tracer le chemin pour écarter ces obstacles intellectuels et prétendument rationnels a exigé une attention permanente afin d’avancer pas à pas. Ce travail s'est ajouté à mes occupations professionnelles, familiales.

Suite à une alerte grosse fatigue après dix semaines intenses, j'ai dû interrompre ce travail de rédaction du site.  Ma pratique de la compétition sportive, vélo et ski de fond, randonnées en haute montagne, mes expériences pour revenir en forme après des accidents ou des maladies ou tout simplement avec l’avancée en âge, sont mises à contribution pour retrouver des forces et poursuivre le chemin.

 Rédiger un poème est très bref, quelques heures de cogitation et moins d'une minute par ligne de rédaction. Plus jeune, 20 vers me prenaient 10 minutes. L'écriture d'un roman possède un rythme plus long et moins épuisant, voire très ludique lorsque les personnages vous emportent à bon port. Et puis la source est bienveillante, elle respecte les limites du corps charnel, elle prévient et à force de nous connaître, elle sait que nous reviendrons vers elle dès que notre enveloppe charnelle faite d’eau sera capable d’y épancher de nouvelles soifs.

Je vais donc reprendre la partie quatre de la rédaction des réseaux de vie qui a pour objectif la description du fonctionnement d'une société qui a abandonné les systèmes de pouvoir pour développer une culture humaniste. Cette description d'une façon de vivre en ayant quitté le capitalisme manque actuellement même si des apports ponctuels et parcellaires existent sur tel ou tel problème.

 Pour progresser et utiliser le fil rouge de la monnaie pleine dans cette vision holistique de la société humaniste, j'ai commencé par suivre le plan type d'analyse d'une culture humaine : les valeurs, les normes et les modes de vie qui concrétisent le choix de ces valeurs. J'ai fait ce travail pour la culture Moso, pour celle des indigènes des villes Trobriand à partir du livre de Malinoskwi, pour la culture des nations iroquoises réunies par la grande loi qui lie et qui servit de modèle à la constitution de la confédération des États-Unis d'Amérique du Nord. Le point de repère pour décrire les valeurs  économiques de la culture humaniste m'avait été donné par Christian, ce qui confirme la position que j'avais déjà retenue chez Éric Reinert dans son livre « Comment les pays riches sont devenus riches. Pourquoi les pays pauvres restent pauvres. » Il s'agit bien de repartir en économie de la valeur d'échange et de la valeur d'usage, comprendre pourquoi les fondateurs du capitalisme ont exclu la valeur d'usage pour les échanges marchands. J'ai fait appel à l'approche du juriste que je suis et qui doit connaître ce qui est interdit autant que connaître ce qui est permis. Ce travail de recherche en-dessous de la valeur d'usage, grâce à l'utilisation des trois formes de propriété, m’a permis de délimiter le chemin qui mène à la gestion des biens communs et finalement à la valeur de l'abondance. J'ai suivi ma source et j'ai été un peu surpris sinon dépité de devoir abandonner l'écriture en restant sur cette valeur d'abondance.

 Alors qu'il est question de mener toutes les politiques économiques possibles et non conventionnelles pour éviter la déflation et une crise bien plus grave que celle de 2008, me revoilà à devoir développer la valeur d'abondance. Mais en fait cela n'a rien de surprenant pour un poète qui connaît la portée de son travail si bien décrite par Victor Hugo " si l'écrivain n'écrivait que pour son temps, je devrais briser, jeter ma plume " Choses vues, 1869...

 J'ai achevé la description des valeurs économiques humanistes et je passe à celle des normes et des règles. La création monétaire pour concrétiser l'abondance va être décrite dans le cadre du fonctionnement des réseaux de vie. L'axe principal du propos est de montrer qu'il va y avoir de moins en moins utilisation d'une monnaie au fur et à mesure que le développement des liens sociaux permet l'utilisation du droit de propriété commune et la gestion des droits sociaux dont le premier à les réclamer fut Pierre Leroux, le fondateur du socialisme français. C'est tout l'enjeu de l'action politique dans les réseaux de vie. Au niveau de la réalisation des oeuvres, je vais utiliser le système des effets de commerce et l'adapter, comme Schacht l'avait fait au cours du miracle allemand de 1933 1937, de manière à ne pas utiliser le crédit monétaire pour autoriser la réalisation de travaux mais pour utiliser une simple autorisation politique à travers un bon de travail qui après réalisation des travaux, sera échangé avec de la monnaie pleine ou un tirage de droits sociaux.. Ceci doit éliminer le risque d'une thésaurisation de la monnaie et le risque de fuite de capitaux financiers. À ce stade il s'agit de pouvoir faire une démonstration avec des tableaux de chiffres macro économiques. J'ai déjà présenté le travail de Jacques Mazier et Dominique Plihon  et j'ai donc besoin d'une aide sur ce point pour rendre cette approche vivante à travers un exemple précis, sachant que la macroéconomie n'a pas été une discipline forcément soutenue ces dernières années dans le milieu économique universitaire.

 Dans la partie cinq des réseaux de vie, je rédige les mesures de transition entre système capitaliste et réseaux de vie humanistes. C'est dans cette partie que je range les textes sur l'initiative monnaie pleine. Je souhaite donc commencer par décrire la situation finale pour ensuite voir comment passer du premier stade, la restauration du pouvoir citoyen sur la création monétaire au sein de la banque centrale nationale dans une économie de marché capitaliste, au stade suivant qui mène vers une société humaniste. Cette progression sera ainsi bien plus claire une fois que la situation finale aura été auparavant convenablement décrite.

 Pour la suite de la rédaction de la partie quatre, les modes de vie, l'action politique, l' oeuvre intellectuelle et spirituelle, je retrouve mon cadre de référence habituel. Je vais compléter la définition de l'abondance pour bien montrer qu'elle n'a rien à voir avec le paradis sur terre ou l'égalité stricte des richesses entre chaque être humain. Elle est bien la réalisation concrète du principe de subsidiarité et de l'alliance des contraires et elle trouve sa limite humaine à travers le mystère de l'Apocalypse tel qu'il a été enseigné sur les bords du Nil dans le temple de Dendérah. Sur ce point, je me réfère aux livres d'Albert Slosman. L'abondance est bien une valeur humaine qui a certes une concrétisation matérielle mais dont la principale caractéristique est de ne pas accumuler des biens inutiles qui nuisent aux bonnes relations sociales et aux valeurs de paix et d'amour. Nous devons donc utiliser le savoir global qui utilise nos deux sources intellectuelle et spirituelle. C'est l'axe principal de développement du site Web fileane.com.

 

 

Accueil

actualités       le plan du site         Nos réseaux de vie           bibliothèque            Formations          liens